Ils manifestent dans plusieurs wilayas: Les étudiants maintiennent la dynamique contestataire

Crédit photo: Khaled Drareni. 6e mardi consécutif de mobilisation contre le pouvoir

Fidèles, à ce qui est devenu, aujourd’hui, leur rituel incontournable, des milliers d’étudiants sont sortis en masse dans les rues de plusieurs villes du pays pour exprimer pour le 16e mardi consécutif leur rejet du régime en place.

 

Une mobilisation pimpante mais ô combien mature qui dévoile une acuité politique sans égal. Changeant de lieu de rassemblement mais pas leurs revendications, les étudiants se sont donné rendez-vous à la Place des Martyrs pour maintenir la dynamique de la contestation populaire en attendant le 17e vendredi de Hirak.

Déterminés à poursuivre leur engagement jusqu’au satisfaction « sans condition » de leur plateforme revendicative, les étudiants ont investi, par milliers, les rues d’Alger scandant des slogans hostiles au pouvoir et au départ de tous ses symboles à savoir les 2B. L’état major, Gaid Salah a subi, lui aussi, une violente algarade des milliers d’étudiants qui l’appellent à cesser son immixtion dans les affaires politiques du pays laissant ainsi le peuple prendre la responsabilité de gérer le pays faisant valoir l’article 7 et 8 de la Constitution.

Devant un impressionnant dispositif policier déployé dans les tous les coins de la capitale, les étudiants marchent et tentent inlassablement de faire passer leur message au tenants du pouvoir, pour qui, les revendications populaires semblent quasi « chimériques ». « Pas de dialogue ni de concertations avec les figures de l’ancien régime. transition obligatoire », scandent à tue-tête les étudiants.

Même ambiance dans les autres villes du pays, à l’instar de Béjaia, Tizi Ouzou, Constantine, Bouira pour ne citer que celles-ci où des milliers d’étudiants ont investi massivement la rue appelant au changement de la situation sans les anciens hommes de l’ère Bouteflikienne.

Adsence Milieu article