Connect with us

Politique

Il nie à nouveau toute ambition politique : Gaïd Salah baisse le ton

 Le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, semble avoir décidé de se départir des discours violents et provocateurs qu’il avait adopté ses dernières semaines. Sur conseil de son entourage ou par décision personnelle, il a baissé le ton à l’occasion de sa sortie d’aujourd’hui à partir de la 3ème région militaire (Béchar).

Melissa NAIT ALI

Published

on

Ahmed Gaïd Salah

Il nie toute “ambition politique”, estimant au passage que l’institution militaire “n’accorde aucun intérêt aux slogans tendancieux” lancée dans les marches et qui le vise directement. “La paix et la sécurité dont jouit notre pays aujourd’hui, n’ont pas été atteintes sans peine ; elles sont le fruit d’une vision globale du concept de sécurité, adoptée par le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire et de la stratégie profonde et perspicace, dont la mise en application, avec succès et persévérance, a permis au peuple algérien de vivre dans la paix et la sécurité, et démontré à tout le monde l’attachement de l’Armée Nationale Populaire à s’acquitter de ses immenses et nobles responsabilités, conformément aux missions qui lui sont constitutionnellement assignées”, lance-t-il d’emblée.

Ahmed Gaïd Salah estime, dans la foulée, que “seule l’armée a accompagné le peuple algérien sorti pour exprimer ses revendications légitimes de manière pacifique”. ” Il (le peuple ndlr) n’a trouvé à ses côtés que l’institution militaire et son Commandement nationaliste, qui a su le soutenir et le protéger, et qui a réussi avec perspicacité et sagesse, à préserver la cohésion des institutions de l’Etat et garantir leur bon fonctionnement”, lance-t-il.

Ayant à maintes fois exprimé un agacement face aux multiples slogans refusant “un Etat militaire” et demandant “le départ du premier responsable de l’Armée”, le chef d’état-major de l’ANP affirme, cette fois-ci, qu’il n’accord pas un intérêt à ce genre d’attaques. “Toutefois, nous avons constaté ces derniers jours l’acharnement de certaines parties, qui persistent à scander des slogans tendancieux, auxquels l’Armée Nationale Populaire n’a accordé aucune importance, en restant sur ses positions constantes et assurant qu’aucune ambition politique n’anime son Commandement, exceptée celle de servir l’Algérie et son peuple”, dit-il, citant comme témoin de cette position “l’installation de l’Autorité Nationale Indépendante des Elections, qui a entamé d’ores et déjà la préparation effective de cette échéance”.

Cependant, Ahmed Gaïd Salah ne s’est pas privé de lancer à nouveau des flèches à ces adversaires, particulièrement les généraux-majors et le frère cadet du président Bouteflika, dont le procès se déroule, depuis hier, au tribunal militaire de Blida. Mais sans les citer directement. Même le vocable « bande » conjugué à tous les temps ces derniers mois n’a pas été utilisé cette fois-ci.

“L’Algérie a veillé, depuis l’indépendance, à assurer l’éducation et l’enseignement à des générations, dans l’espoir de cueillir les fruits de son labeur en disposant de cadres supérieurs qui prendront le flambeau pour l’édifier et l’élever au diapason des pays développés. Malheureusement, l’histoire se répète. En effet, tel qu’il y a eu un petit groupe qui a trahit le serment des vaillants hommes de la glorieuse Révolution, il y a des individus, parmi la génération d’aujourd’hui, ayant occupé des hautes responsabilités et des fonctions de gestion dans les différentes institutions de l’Etat, qui, sans considération ni gratitude envers la patrie, ont intentionnellement conspiré contre elle avec les ennemis. Tentant de détruire ce qui a été bâti grâce aux efforts des hommes loyaux, leurs actes abjects ont atteint la trahison au moment où leur patrie avait tant besoin d’eux”, lance-t-il.

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR