Suivez-nous

Politique

Il a nommé Mohamed Saïd et a reçu Benbitour : Tebboune veut-il impliquer l’opposition ?

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Abdelmadjid Tebboune, président de la République
© DR | Abdelmadjid Tebboune

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, abat ses premières cartes. Il dévoile une partie de sa stratégie pour l’édification, comme promis lors de son investiture, « de la nouvelle Algérie ». Pour cela, il entame la chasse sur le terrain de l’opposition et du Hirak.

En effet, dans sa quête du consensus, nécessaire pour pallier l’handicap de la légitimité, qui lui fait défaut, le chef de l’Etat cible des figures qui ont pris part, d’une manière ou d’une autre, au mouvement populaire.

Après la nomination, hier, de l’universitaire ayant soutenu le Hirak, Abdelaziz Djerad en tant que Premier ministre (même s’il avait fait partie du système), Abdelmadjid Tebboune a continué sur sa lancée, aujourd’hui encore, en désignant un ancien chef d’un parti d’opposition au poste de ministre conseiller à la communication et porte-parole de la présidence.

Ce dernier n’est autre que l’ancien bras droit d’Ahmed Taleb Ibrahimi et président démissionnaire du parti pour la justice et les libertés (PLJ), Belaïd Mohand Oussaïd, connu sous le nom politique de Mohamed Saïd.

Ce dernier avait, certes, fait partie, en 2012, du staff gouvernemental de l’ancien président déchu, Abdelaziz Bouteflika, avant de démissionner, mais le désormais ex-président du PLJ est vite revenu dans l’opposition. Il avait exprimé des positions critiques à l’égard de la démarche du pouvoir depuis le mois d’avril dernier.

Mohamed Saïd a aussi pris part au forum du dialogue organisé, en juillet dernier, à Ain Benian à Alger et qui avait réuni plusieurs leaders de l’opposition en vue de proposer une sortie de crise. L’ex-président du PLJ avait aussi refusé de prendre part à la dernière présidentielle, en estimant que les « conditions n’étaient pas réunies pour une élection ouverte et libre ».

Tentative de démarcher Benbitour

Durant la même journée, Abdelmadjid Tebboune a aussi tenté de démarcher l’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour. Le premier à avoir quitter le pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika en 2001 a été reçu au siège de la présidence, selon un communiqué de cette institution.

 « Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu, dimanche 29 décembre 2019 (hier ndlr), au siège de la présidence de la République, Ahmed Benbitour, ancien chef du Gouvernement », précise le communiqué de la présidence.

Et d’ajouter : « Cette rencontre de consultation a permis de passer en revue la situation générale du pays, sa situation économique ainsi que les perspectives d’une action sérieuse pour la mobilisation des compétences nationales et des bonnes volontés en vue d’asseoir les bases de la nouvelle République ».

Le chef de l’Etat- cela n’est pas mentionné dans le communiqué officiel- aurait même proposé un poste dans le prochain exécutif à l’économiste. Mais ce dernier, selon ses proches, aurait rejeté diplomatiquement la proposition et a demandé au chef de l’Etat « de satisfaire les revendications du Hirak ».

Est-ce le début d’une stratégie visant à constituer le « consensus national » évoqué par Abdelmadjid Tebboune dans son premier discours, le 19 décembre dernier ? 

Politique

Coronavirus : Tebboune ordonne au gouvernement “de faire preuve de la plus grande vigilance”

Avatar

Publié

le

© DR | Abdelmadjid Tebboune, candidat à la présidentielle du 12 décembre 2019 (archives)

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné au gouvernement et à toutes les autorités sanitaires de faire preuve de la plus grande vigilance suite à l’annonce par le ministre de la Santé d’un premier cas de contamination au Coronavirus en Algérie.

“J’ai ordonné au gouvernement et à toutes les autorités sanitaires du pays de faire preuve de la plus grande vigilance”, a écrit Tebboune sur son compte Twitter.

Il a également demandé aux autorités de lancer “une grande campagne de sensibilisation par tous les moyens de communication afin de protéger la santé publique”.

Hier un cas a été confirmé positif au coronavirus (Covid-19) parmi les deux cas suspects de nationalité Italienne, indique mardi soir le ministère de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière dans un communiqué.

“Le dispositif de surveillance et d’alerte mis en place au niveau national a permis de détecter deux (02) cas répondant à la définition du cas suspect (fièvre, symptômes respiratoires et notion de voyage d’une zone de circulation du coronavirus Covid-19)”, note le ministère de la Santé, précisant que “les deux cas suspects de nationalité Italienne, âgés de 55 ans et 61 ans, présentant les deux une comorbidité, ont été pris en charge conformément aux directives nationales”.

Lire la suite

Politique

L’émir du Qatar : “Nous avons besoin, aujourd’hui, de l’Algérie, d’autant que le monde arabe vit plusieurs crises”

Avatar

Publié

le

Par

L’émir de l’Etat du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani a valorisé, mardi à Alger, “le rôle de l’Algérie aux niveaux régional et arabe” et sa contribution au “règlement de nombreux conflits”.

Dans une déclaration à la presse à l’issue des discussions qu’il a eues avec le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune au siège de la Présidence de la République, Cheikh Tamim a indiqué: “nous valorisons le rôle de l’Algérie aux niveaux régional et arabe”, soulignant que “l’Algérie a une histoire honorable en matière de résolution des conflits survenus dans la région et le monde arabe. Nous avons besoin, aujourd’hui, de l’Algérie, d’autant que le monde arabe vit, malheureusement, plusieurs crises”.

Dans le même cadre, l’émir de l’Etat du Qatar a souhaité “la réussite” du prochain sommet arabe prévu à Alger.

Concernant ses discussions avec le Président Tebboune, il a affirmé qu’elles étaient “constructives et bonnes”. “Nous sommes d’accord sur tous les points”, a-t-il soutenu, exprimant sa détermination à œuvrer “à la promotion des relations bilatérales dans tous les domaines, notamment les domaines économiques et d’investissement”.

Lire la suite

Politique

Cour de Blida : “Aucuns propos attentatoires” à Abane Ramdane” n’ont été tenus par le procureur

Avatar

Publié

le

Par

Le Parquet général de la Cour de Blida a affirmé lundi qu'”aucuns propos attentatoires aux symboles de la Révolution de libération ni à la personne du Chahid Abane Ramdhane n’ont été tenus de la part du représentant du ministère public”, rapporte l’agence officielle.

“Le Parquet général de la Cour de Blida informe l’opinion publique qu’il tiens à démentir toutes les informations relayées par certains médias privés, certains sites et réseaux sociaux concernant le procès du nommée H.H qui s’est déroulé au Tribunal de Larbaa le 20 février en cours”, lit-on dans un communiqué de presse dont une copie a été remise à l’APS.

“Après investigation sur le déroulement de ce procès, il s’est avéré que le représentant du ministère public, lors de l’audience en question, n’a tenu aucun propos susceptibles de porter atteinte aux symboles de la révolution de libération ni à l’encontre du Chahid Abane Ramdhane”, a ajouté le communiqué.

Au cours de cette audience, le représentant du ministère public s’est employé dans son réquisitoire à mettre en évidence, conformément à ses prérogatives, les éléments du crime pour lequel est poursuivi le mis en cause.

“Contrairement à ce qui a été relayé, le Tribunal s’est retiré, au terme des plaidoiries, pour délibérer et non pas en raison d’une urgence quelconque qui aurait pu avoir lieu entre le représentant du ministère public et la défense de l’accusé”, a conclu la source.

Lire la suite

Tendances