Connect with us

Politique

Hydrocarbures: le PT affirme qu’ “aucun pouvoir, même légitime, n’est fondé à toucher à la propriété nationale”

Le parti des travailleurs, a réitéré, ce lundi 21 octobre, son rejet du projet de loi sur les hydrocarbures et le PLF 2020 affirmant “qu’aucun pouvoir, même légitime, n’est fondé à toucher à la propriété nationale inscrite dans la mémoire collective”. 

Avatar

Published

on

© DR | Louiza Hanoune, secrétaire générale du parti des travailleurs
© | Louiza Hanoune, secrétaire générale du parti des travailleurs (PT)

Réuni ce lundi, le secrétariat du Bureau politique du parti des travailleurs Le PT a réaffirmé son rejet de loi sur les hydrocarbures qui selon lui, “hypothèque l’avenir de la nation qui se confond avec la propriété collective sur le pétrole et le gaz qui assurent à la nation 98% des rentrées en devises”. 

“Les Algériennes et les Algériens engagés dans le processus révolutionnaire ont perçu à juste titre cet acte comme étant une atteinte grave à la souveraineté nationale sur la principale richesse du pays que le pouvoir de fait veut offrir aux multinationales pour avoir le quitus des grandes puissances pour son simulacre scrutin présidentiel prévu pour le 12 décembre prochain”, écrit le PT dans son communiqué.

Le PT, estime, dans ce contexte, “qu’aucun pouvoir, même légitime, n’est fondé à toucher à la propriété nationale inscrite dans la mémoire collective par le sacrifice de 1 million 500.000 martyrs de la guerre d’indépendance nationale”. 

Outre son rejet de la loi sur les hydrocarbures, le Parti a également exprimé son refus du projet de loi de finances 2020 soulignant que ce dernier “abroge la règle de souveraineté dans le secteur économique (51/49), perpétue la politique d’austérité et réintroduit le recours à l’endettement extérieur synonyme de remise en cause de la souveraineté de décision de l’Etat”. 

Pour le PT “la manifestation populaire massive du 13 octobre dernier devant le siège de l’APN à Alger et dans plusieurs wilayas du pays est un saut qualitatif qui démontre que le changement radical réclamé par des millions a un contenu politique, économique et social…”

Le Parti estime en ce sens qu’il “ne peut y avoir de souveraineté nationale sans souveraineté populaire et sans souveraineté sur les richesses nationales” d’où, selon lui, son engagement militant pour que “le pouvoir soit entre les mains du peuple afin qu’il puisse mettre en place un Etat de droit, des institutions légitimes à même de lui garantir les droits, tous les droits dont il a été privé des décennies durant par le régime en place”. 

“Cette présidentielle confisquera la souveraineté populaire”

Le PT a par ailleurs réitéré son rejet de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain estimant que celle-ci “confisquera la souveraineté populaire par le maintien du régime présidentialiste antagonique avec le principe de séparation des pouvoirs et de l’indépendance de la justice”.

“En accord total avec le rejet général de l’élection présidentielle, voulue par le pouvoir de fait pour organiser le sauvetage du régime/système, le PT qui a refusé de présenter un candidat à la présidentielle du 18 avril (5ème mandat) et celle du 4 juillet, annulées par la mobilisation révolutionnaire, s’inscrit pleinement dans le rejet de cette élection résumé par le peuple dans le slogan « Makanch intikhabet Maa l’Aissabet», souligne le PT ajoutant que “cette élection dénie au peuple algérien le droit de choisir souverainement la nature du régime (présidentiel, semi-présidentiel, parlementaire…) et des institutions qu’il souhaite mettre en place pour réaliser le changement radical”.

Pour le PT, “aucune issue conforme aux exigences de la révolution ne peut aboutir dans le cadre du maintien du régime oppresseur, du régime de la fraude électorale, du régime qui a créé l’oligarchie prédatrice,…”, lit-on dans le communiqué du parti.

“Le moyen qui permettra réellement et pratiquement au peuple d’exercer pleinement et entièrement sa souveraineté, c’est la mise en place d’une assemblée constituante souveraine qui mettra fin au régime décrié par des millions d’Algériens et l’avènement d’une nouvelle république à même de répondre à toutes les aspirations populaires qui s’expriment avec continuité et constance depuis huit mois”, estime le PT soulignant que l’assemblée constituante souveraine “permettra la défense de la souveraineté nationale, la défense et la sauvegarde des richesses naturelles, propriété exclusive du peuple algérien. Des richesses nationales qui se confondent avec l’existence de la nation algérienne”. 

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR