Suivez-nous

Economie

Hydrocarbures : la production recule de plus de 3,5%

Le secteur algérien des hydrocarbures a vu sa production décroître de 3,6% au premier semestre de 2018 par rapport à la même période de l’année écoulée, indiquent les dernières évaluations de l’Office national des statistiques (ONS), diffusées hier via l’agence APS.

Inès Bara

Publié

le

Le secteur algérien des hydrocarbures a vu sa production décroître de 3,6% au premier semestre de 2018 par rapport à la même période de l'année écoulée, indiquent les dernières évaluations de l’Office national des statistiques (ONS), diffusées hier via l’agence APS.

Deux activités principales ont tiré à la baisse la production du secteur des hydrocarbures, précise la même source. Il s’agit en l’occurrence de la production du pétrole brut et gaz naturel qui a reculé de 3,7% et de l’activité de liquéfaction du gaz naturel qui a connu, elle, un net recul, soit près de 10% sur les deux périodes de comparaison.

L’activité de raffinage en hausse

Seule à avoir enregistré une croissance durant les six premiers mois de l’année en cours, indique encore l’ONS, l’activité de raffinage du pétrole brut a qui a ainsi progressé de 3%, tandis que dans l’ensemble, le secteur de l’énergie (hydrocarbures, électricité…) a marqué un recul de production évalué globalement à 0,6% entre janvier et fin juin 2018 par rapport à la même période de 2017.

Contraction générale

Ailleurs, soit dans les autres segments de la production industrielle publique, l’Office national des statistiques évoque une contraction générale de l’ordre de 2,6% sur la période considérée. Cette  tendance défavorable a touché, entre autres, la branche des industries manufacturières à hauteur de 2%, avec des contre-performances enregistrées notamment dans les secteurs des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (-13,1%), ainsi que dans ceux des mines et carrières et du textile et industries du bois, liège et papier. Dans le détail, les données de l’ONS font ressortir une croissance négative à -51,4% pour la filière de la construction des véhicules industriels, -49,4% pour la transformation de fonte et acier, -32,6% pour la fabrication de mobilier   métallique, – 23,2% pour la fabrication des biens de consommation électriques et enfin, -10,9% pour la fabrication des biens d’équipements mécaniques.

Performances appréciables

A contrario, cinq autres filières parmi l’ensemble des secteurs industriels ont enregistré, selon l’ONS, des performances appréciables au cours du premier semestre de 2018, comparativement à la même période de l’année dernière. Ainsi, autre la production du secteur des cuirs et chaussures qui a connu le plus fort niveau de croissance, soit 11,7%, des performances positives ont également été enregistrées dans les branches des matériaux de construction, céramique et verre, de la chimie, caoutchouc et plastique, des industries diverses, ainsi que dans l’agro-alimentaire.

En 2017, faut-il rappeler enfin, la production industrielle du secteur public a connu une croissance moyenne annuelle de 2,3% comparativement à 2016.

 

 

Economie

Montage automobile : Cevital, Achaïbou, Emin Auto et le trésor public indemnisés

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Unité de montage automobile Algérie

Le tribunal de sidi M’hamed a condamné Ahmed Ouyahia, les anciens ministres de l’Industrie, Abdessalem Bouchouareb (en fuite), Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, Amine Tira (fonctionnaire du ministère de l’Industrie), ainsi que les hommes d’affaires condamnés dans l’affaire du montage automobile, à verser au trésor public qui s’est constitué partie civile dans cette affaire des dédommagements à hauteur de 20 milliards de dinars, rapporte l’agence officielle.

Le juge a également décidé un dédommagement au profit de Abdelhamid Achaïbou (propriétaire de KIA) d’un montant de 2 milliards de DA qu’il percevra de la part de Ahmed Ouyahia, les anciens ministres de l’Industrie, Abdessalem Bouchouareb (en fuite), Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, et Amine Tira (fonctionnaire du ministère de l’Industrie), condamné dans la même affaire.

Le groupe Cevital appartenant à l’homme d’affaire actuellement en prison, Issad Rebrab, obtient réparation dans l’affaire du montage automobile. Le Groupe percevra une indemnité de 10 milliards de centimes. Cette somme lui sera versée par l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia ainsi que les deux anciens ministres de l’Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Beda.

Emin Auto, quant à lui, percevra la somme de 50 milliards de centimes à titre d’indemnités.

Lire la suite

Economie

Quelques chiffres à retenir du procès lié à l’automobile

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

© DR | Unité de montage automobile Algérie
© DR | Unité de montage automobile Algérie

Durant le procès tenu, aujourd’hui 4 décembre, au tribunal de Sidi M’hamed, les chiffres cités dans les dossiers sont hallucinants.

300 Milliards de centimes est le montant qui a transité dans le compte de l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia en une année.

75 Milliards de centimes est le montant collecté pour la compagne du président poussé à la porte, Abdelaziz Bouteflika.

19 Milliards de centimes est la somme tirée par Ali Haddad sur le compte de campagne du président Abdelaziz Bouteflika.

6 milliads de dollars est le montant de l’importation de véhicules en 2013.

Lire la suite

Economie

Sonatrach : changements à la tête de trois divisions

La société nationale des hydrocarbures, Sonatrach, connait de nouveaux changements. Après la nomination, il y a quelques jours, d’un nouveau PDG du groupe, trois principales divisions de l’entreprise ont désormais de nouveau responsables.

Achour Nait Tahar

Publié

le

Siège Sonatrach Alger
© DR | Siège de la société Sonatrach à Alger

Il s’agit de la division du Forage avec la nomination de Hammoudi Brahim, actuel PDG de l’ENTP, en remplacement de Bourahla Abderrahim. De son coté la division exploration a connu aussi un changement au niveau de sa direction avec l’arrivé de Badji Rabie à la place de Daoudi Noureddine. Au niveau de la division production Slimani Mohamed est installé à la tête de sa direction à la place de Aouchar cherifa.

Ces changement interviennent deux semaines après la nomination du nouveau PDG de Sonatarch en l’occurrence Kamel Eddine Chikhi, par le chef de l’Etat par intérim Abdelkader Bensalah, le 14 novembre écoulé. Il a remplacé Hachcichi Rachid.

Aucune information n’a filtrée quant aux motifs de ces changements opérés à la tête de ces divisions. Selon des observateurs, les changements répétitifs au sommet de la compagnie des hydrocarbures, pourront être nuisibles à la réputation de la société.

Lire la suite

Tendances