Hydrocarbures : la production recule de plus de 3,5%

Le secteur algérien des hydrocarbures a vu sa production décroître de 3,6% au premier semestre de 2018 par rapport à la même période de l'année écoulée, indiquent les dernières évaluations de l’Office national des statistiques (ONS), diffusées hier via l’agence APS.

Crédit photo : DR | Photo archives production pétrole

Le secteur algérien des hydrocarbures a vu sa production décroître de 3,6% au premier semestre de 2018 par rapport à la même période de l'année écoulée, indiquent les dernières évaluations de l’Office national des statistiques (ONS), diffusées hier via l’agence APS.

Deux activités principales ont tiré à la baisse la production du secteur des hydrocarbures, précise la même source. Il s’agit en l’occurrence de la production du pétrole brut et gaz naturel qui a reculé de 3,7% et de l’activité de liquéfaction du gaz naturel qui a connu, elle, un net recul, soit près de 10% sur les deux périodes de comparaison.

L’activité de raffinage en hausse

Seule à avoir enregistré une croissance durant les six premiers mois de l’année en cours, indique encore l’ONS, l’activité de raffinage du pétrole brut a qui a ainsi progressé de 3%, tandis que dans l’ensemble, le secteur de l’énergie (hydrocarbures, électricité…) a marqué un recul de production évalué globalement à 0,6% entre janvier et fin juin 2018 par rapport à la même période de 2017.

Adsence Milieu article

Contraction générale

Ailleurs, soit dans les autres segments de la production industrielle publique, l’Office national des statistiques évoque une contraction générale de l’ordre de 2,6% sur la période considérée. Cette  tendance défavorable a touché, entre autres, la branche des industries manufacturières à hauteur de 2%, avec des contre-performances enregistrées notamment dans les secteurs des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques, électriques et électroniques (-13,1%), ainsi que dans ceux des mines et carrières et du textile et industries du bois, liège et papier. Dans le détail, les données de l’ONS font ressortir une croissance négative à -51,4% pour la filière de la construction des véhicules industriels, -49,4% pour la transformation de fonte et acier, -32,6% pour la fabrication de mobilier   métallique, – 23,2% pour la fabrication des biens de consommation électriques et enfin, -10,9% pour la fabrication des biens d’équipements mécaniques.

Performances appréciables

A contrario, cinq autres filières parmi l’ensemble des secteurs industriels ont enregistré, selon l’ONS, des performances appréciables au cours du premier semestre de 2018, comparativement à la même période de l’année dernière. Ainsi, autre la production du secteur des cuirs et chaussures qui a connu le plus fort niveau de croissance, soit 11,7%, des performances positives ont également été enregistrées dans les branches des matériaux de construction, céramique et verre, de la chimie, caoutchouc et plastique, des industries diverses, ainsi que dans l’agro-alimentaire.

En 2017, faut-il rappeler enfin, la production industrielle du secteur public a connu une croissance moyenne annuelle de 2,3% comparativement à 2016.