Suivez-nous

Société

Humain Right Watch : “le dialogue auquel appelle Tebboune est discrédité par la poursuite des arrestations”

Avatar

Publié

le

Dénonçant la répression qui sévit en Algérie depuis l’élection présidentielle, l’ONG de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch, affirme que la poursuite des arrestations arbitraires des manifestants décrédibilise les offres de dialogue formulées par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune.

“Depuis l’élection présidentielle du 12 décembre, les autorités algériennes ont détenu des dizaines d’activistes ayant participé aux manifestations pacifiques, y compris aussi récemment que le 17 janvier“, dénonce HRW dans un communiqué rendu public ce mardi 28 janvier ajoutant que “nombre d’entre eux de demeurent en détention, risquant des poursuites basées sur leur participation aux manifestations pacifiques ou leur critique des autorités après que les autorités aient libéré provisoirement plus de 70 activistes en janvier”.

“Au lieu de libérer tous les détenus ayant participé aux manifestations pacifiques, les autorités ont continué d’arrêter et d’emprisonner les gens pour leur activisme pacifique”, regrette Eric Goldstein, directeur exécutif par intérim de Human Rights Watch pour la région MENA.

Pour l’ONG “les offres de dialogue perdent leur crédibilité lorsque vous emprisonnez des gens simplement pour être sortis dans les rues pour afficher leur désaccord avec vous“.

Au moins un journaliste a été arrêté et menacé de poursuites. Les autorités ont poursuivi un romancier d’avoir “insulté le président de la République” et “porté atteinte à la sécurité de l’État” pour ses messages sur Facebook moquant le président Abdelmadjid Tebboune. Plusieurs fugures emblématiques de Hirak demeurent en détention”, déplore l’ONG.

Société

Justice: 10 ans de prison ferme requis contre Kamel el Bouchi, 2 ans contre Khaled Tebboune

Avatar

Publié

le

Le procureur près le tribunal de Sidi M’hamed a requis, ce mercredi 26 février, une peine de dix ans de prison ferme contre le Kamel Chikhi dit El bouchi, dans l’affaire des assortis d’une amende d’un million de dinars, dans l’affaire “d’octroi et perception d’avantages” ainsi que “d’abus de fonction”. Quant à Khaled Tebboune, le procureur a requis deux ans de prison ferme à son encontre.

Le procès a été reporté le 5 février, pour absence des accusés dont certains sont en détention provisoire, et à cause de l’absence à la barre des personnes qui devaient témoigner.

Des peines allant de deux à dix (10) ans de prison ferme ont été requises à l’encontre d’autres personnes impliquées dans la même affaire, dont l’ancien P/APC de Benaknoun, Kamel Bouarab (10 ans de prison ferme assortis d’un million de dinars), le fils de l’ancien wali de Relizane, Djalal Eddine Lemehal (8 ans de prison ferme assortis de 500 mille dinars) et Abdelkader Ben Zahra, ancien chauffeur de l’ancien DGSN, Abdelghani Hamel (6 ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dinars).

Interrogé sur l’implication de Khaled Tebboune dans l’affaire des promotions immobilières, Kamel Chikhi a nié en bloc la complicité du mis en cause, assurant à la barre que Khaled Tebboune n’a jamais intercédé en sa faveur auprès de quelque administration que ce soit.

De son côté, Khaled Tebboune a indiqué que le seul cadeau qu’il a reçu de Chikhi, qu’il dit connaitre depuis longtemps, était un flacon de parfum qu’il lui avait offert à son retour du hadj.

Lire la suite

Société

Kherata : de violents heurts entre les citoyens et la gendarmerie

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

© DR | Violents heurtes entre les citoyens du village Snadla et la gendarmerie

Des heurts ont éclaté tôt ce matin au village Senadla, commune Draâ El-Kaïd dans la Daira de Kherata à Béjaïa entre la gendarmerie et les manifestants.

Ces derniers ont bloqué un chantier se trouvant dans la station de pompage qui achemine l’eau vers un autre barrage à Sétif.

Selon des témoins sur place, les habitants d’un quartier ont bloqué ce chantier pour des revendications sociales. “Nous avons interpellé les autorités depuis des années afin de régler certains problèmes sociaux, mais personne ne nous a écouté”, nous explique un des manifestants qui s’indigne de la réaction des autorités qui ont “appelé la gendarmerie afin de réprimer les manifestants au lieu de venir écouter leurs revendications”.

Selon un autre habitant, de violents heurts ont éclaté après l’utilisation par la gendarmerie du gaz lacrymogène pour disperser la foule, ce qui a rendu la situation encore plus tendue.

Lire la suite

Société

Aïn Témouchent : Un manifestant placé sous mandat de dépôt

Avatar

Publié

le

Un manifestant a été placé, ce mercredi 26 février, sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal de Aïn Témouchent pour “atteinte au moral des troupes de l’armée”, annonce le Comité national pour la libération des détenus.

Hichem Sahraoui a été arrêté lundi 24 février, par la police de sûreté de wilaya Timouchent, alors qu’il a été convoqué auparavant pour une interrogation, ajoute la même source.

Lire la suite

Tendances