Connect with us

Société

Humain Right Watch : “le dialogue auquel appelle Tebboune est discrédité par la poursuite des arrestations”

Avatar

Published

on

Dénonçant la répression qui sévit en Algérie depuis l’élection présidentielle, l’ONG de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch, affirme que la poursuite des arrestations arbitraires des manifestants décrédibilise les offres de dialogue formulées par le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune.

“Depuis l’élection présidentielle du 12 décembre, les autorités algériennes ont détenu des dizaines d’activistes ayant participé aux manifestations pacifiques, y compris aussi récemment que le 17 janvier“, dénonce HRW dans un communiqué rendu public ce mardi 28 janvier ajoutant que “nombre d’entre eux de demeurent en détention, risquant des poursuites basées sur leur participation aux manifestations pacifiques ou leur critique des autorités après que les autorités aient libéré provisoirement plus de 70 activistes en janvier”.

“Au lieu de libérer tous les détenus ayant participé aux manifestations pacifiques, les autorités ont continué d’arrêter et d’emprisonner les gens pour leur activisme pacifique”, regrette Eric Goldstein, directeur exécutif par intérim de Human Rights Watch pour la région MENA.

Pour l’ONG “les offres de dialogue perdent leur crédibilité lorsque vous emprisonnez des gens simplement pour être sortis dans les rues pour afficher leur désaccord avec vous“.

Au moins un journaliste a été arrêté et menacé de poursuites. Les autorités ont poursuivi un romancier d’avoir “insulté le président de la République” et “porté atteinte à la sécurité de l’État” pour ses messages sur Facebook moquant le président Abdelmadjid Tebboune. Plusieurs fugures emblématiques de Hirak demeurent en détention”, déplore l’ONG.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR