Accueil

HRW appelle les autorités à «libérer immédiatement» Merzoug Touati

Published

on

Le journaliste-blogueur, Merzoug Touati, transféré de la prison de Laghouat à celle de Bouira, «devrait être auprès des siens», estime Human Rights watch (HRW). L’organisation de défense des droits de l’homme a appelé, mardi 19 avril, les autorités algériennes à le libérer immédiatement.

«Les autorités algériennes devraient immédiatement libérer cet activiste, Merzoug Touati, poursuivi pour avoir critiqué en ligne les conditions de détention d’un prisonnier», écrit l’ONG dans un communiqué, précisant que le blogueur «a terminé la grève de la faim qu’il avait entamée il y a trois semaines pour protester à la fois contre sa détention et les conditions de celle-ci».

HRW rappelle que Touati a été placé en détention le 28 décembre 2021, avant d’être condamné le 3 janvier dernier, à un an de prison ferme et une amende de 100.000 DA, pour «outrage à corps constitués» et «diffusion de fausses informations».

«Merzoug Touati devrait être auprès des siens et en train d’écrire en ligne, non pas dans une cellule de prison », a déclaré Eric Goldstein, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. Et d’appeler les autorités algériennes à «cesser leur persécution contre Touati, qui dure depuis des années», et à «le remettre immédiatement en liberté».

Le blogueur se trouve depuis le 17 avril dans une prison à Bouira, après avoir été transféré de Laghouat, suite à sa grève de la faim qu’il a observée pour dénoncer son incarcération et réclamer le rapprochement de sa ville Bejaia. Sa famille était obligée de parcourir 500 Km pour lui rendre visite.  

Comments
Quitter la version mobile