Connect with us

Monde

Hong Kong, nouveau front de l’escalade entre Washington et Pékin

Avatar

Published

on

© DR | Manifestations à HongKong contre le pouvoir en Chine

Les Etats-Unis ont accusé vendredi la Chine de vouloir porter un “coup fatal” à l’autonomie de Hong Kong, menaçant de représailles commerciales sur ce nouveau front qui vient envenimer des relations déjà tendues à l’extrême au sujet du coronavirus.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a exhorté “fermement” Pékin à “reconsidérer sa proposition désastreuse”, “qui impose unilatéralement et arbitrairement une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong”. Ce “serait un coup fatal pour le degré élevé d’autonomie promis par Pékin”, a-t-il mis en garde. Le Parlement chinois a annoncé jeudi son intention d’examiner dans les prochains jours cette loi qui vise à réprimer les opposants au pouvoir central, dans le sillage des gigantesques protestations prodémocratie qui ont secoué le territoire semi-autonome l’an dernier. A l’époque, Washington avait soufflé le chaud et le froid.

Statut préférentiel à risque

A la tribune de l’ONU, Donald Trump avait adressé en septembre à la Chine un avertissement d’une rare fermeté. Mais le président des Etats-Unis avait continué de louer les qualités de son “ami” et homologue chinois Xi Jinping, donnant parfois l’impression d’utiliser Hong Kong comme moyen de pression dans la guerre commerciale entre les deux premières puissances mondiales.

Le Congrès américain, traditionnellement plus pugnace à l’égard de Pékin, avait en revanche érigé une ligne rouge en défense de l’autonomie hong-kongaise. Il avait adopté une résolution menaçant de suspendre le statut commercial spécial accordé par Washington à Hong Kong si les droits des manifestants étaient bafoués.

Paradoxalement, c’est aujourd’hui sur ce texte que le milliardaire républicain avait hésité à promulguer que s’appuie son administration pour dissuader le Parti communiste chinois d’adopter sa loi controversée. La résolution américaine réclame en effet que le secrétaire d’Etat certifie au Congrès que la Chine respecte bien le “degré élevé d’autonomie” promis à Hong Kong depuis sa rétrocession par Londres à Pékin en 1997.

Or sans cette certification, sur laquelle Mike Pompeo doit se prononcer prochainement, Washington peut priver Hong Kong de son statut commercial préférentiel — un coup dur pour toute l’économie chinoise déjà assommée par la pandémie. Le chef de la diplomatie américaine a menacé vendredi de manière à peine voilée de ne pas octroyer la certification et de revenir sur le statut spécial octroyé en 1992.

“Option nucléaire”

Tout en remerciant les Américains pour leur vigilance, Dennis Kwok, parlementaire prodémocratie de Hong Kong, a souligné les risques d’un telle stratégie. “C’est presque comme une option nucléaire, si on l’utilise, cela risque de nuire à tout le monde et de rendre très difficile de reconstruire Hong Kong”, a-t-il dit lors d’une vidéoconférence organisée par la fondation conservatrice Heritage à Washington.

Pour lui, il serait plus efficace d’agiter le spectre d’une fuite des capitaux en cas d’empiètement chinois sur l’autonomie de cette place financière majeure. “Si la Chine est assez stupide pour croire” qu’elle “n’a pas besoin d’un centre financier international, alors bien sûr on ne pourra rien faire pour la dissuader”, a-t-il expliqué.

La Maison Blanche lui a fait écho, en prévenant qu’un “tel mépris pour l’Etat de droit” ferait fuir les investisseurs. “Ce sera très très mauvais pour l’économie chinoise”, a martelé Kevin Hassett, conseiller économique de Donald Trump.

Des parlementaires républicains comme démocrates ont eux présenté dès jeudi une proposition de loi pour sanctionner tout responsable chinois qui saperait l’autonomie de Hong Kong. Reste à savoir jusqu’où est prêt à aller Donald Trump, alors qu’il vient de décrocher un accord commercial avec Pékin, crucial à l’approche de la présidentielle américaine de novembre.

Lui qui a souvent semblé résumer la confrontation avec la Chine à ce seul dossier commercial a évolué à mesure que le nouveau coronavirus, apparu fin 2019 dans la ville chinoise de Wuhan, se propageait dans le monde. L’ex-magnat de l’immobilier reproche désormais aux dirigeants chinois d’être responsables d’une “tuerie de masse”, refuse de parler à Xi Jinping et menace de représailles qui pourraient aller jusqu’à la rupture pure et simple des relations.

“Les Etats-Unis et la Chine traversent leur moment le plus dangereux depuis le début de leurs relations modernes dans les années 1970”, a jugé l’ex-diplomate américain Richard Haass, président du cercle de réflexion Council on Foreign Relations. “La liste de différends s’allonge”, “mais il n’y pas de vision stratégique ni de plan pour limiter les frictions. Les deux pays risquent d‘être perdants”.

Monde

Covid-19: Le point sur la pandémie dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

La pandémie de coronavirus a fait au moins 750.471 morts et près de 20,7 millions de cas dans le monde, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé (166.038 décès), devant le Brésil (105.463), le Mexique (55.293) et l’Inde (47.033).

Le vaccin sera gratuit aux Etats-Unis

Lorsqu’il sera disponible, un vaccin contre le nouveau coronavirus sera distribué gratuitement aux Américains, a promis l’administration de Donald Trump jeudi, en répétant que le processus d’autorisation se ferait dans la plus grande rigueur scientifique.
“Nous espérons que chaque Américain aura non seulement accès à un vaccin gratuit distribué dans divers sites, mais qu’il n’aura rien à payer non plus pour l’administration du vaccin”, a dit Paul Mango, haut responsable du ministère de la Santé.


Le Mexique dépasse la barre du demi-million de cas

Plus de 500.000 personnes ont été contaminées au coronavirus au Mexique, a annoncé jeudi le ministère de la Santé de ce pays qui est le troisième au monde le plus endeuillé par la pandémie, avec 55.293 décès. “Un peu plus d’un demi-million de cas cumulés, 505.293, ont jusqu’à présent été enregistrés tout au long de la pandémie”, a déclaré José Luis Alomia, directeur de l’épidémiologie auprès du ministère de la Santé, lors d’une conférence de presse.

Prolongement du confinement en Nouvelle-Zélande

La Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, a annoncé vendredi le prolongement d’au moins 12 jours du nouveau confinement d’Auckland après la propagation de l’épidémie en dehors de la plus grande ville du pays.

Chiffres en hausse au Maroc

Le Maroc fait face à une hausse des infections au nouveau coronavirus, avec plus de 1.000 cas enregistrés quotidiennement depuis quelques jours.
Jeudi un record de 28 décès a été enregistré et 1.241 nouveaux cas ont été signalés dans ce pays de 35 millions d’habitants, contre quelques dizaines en moyenne au début de la pandémie.

Avec AFP

Continue Reading

Monde

COVID-19: Le point sur la pandémie dans le monde

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

La pandémie de coronavirus a fait au moins 736.828 morts dans le monde et contaminé plus de 20.122.700 cas d’infection depuis son apparition en décembre, selon le dernier bilan établi mardi par l’AFP

Selon la même source, les Etats-Unis restent le pays le plus touché au monde avec 164.480 décès. Plus de 53.000 nouvelles infections et 1.100 morts ont été déplorés en 24 heures dans le pays de, selon le comptage publié mardi soir par l’université Johns Hopkins qui fait référence.

l’OMS réagit à l’annonce du “premier” vaccin

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a réagi mardi à l’annonce par le président russe de l’enregistrement du “premier” vaccin contre le coronavirus développé par la Russie. La réaction était prudente. L’OMS a rappelé que la “pré qualification” et l’homologation d’un vaccin passaient par des procédures “rigoureuses”.

“Nous sommes en étroit contact avec les Russes et les discussions se poursuivent. La pré-qualification de tout vaccin passe par des procédés rigoureux”, a pointé Tarik Jasarevic, le porte-parole de l’OMS, lors d’une visio-conférence de presse.

“La pré-qualification comprend l’examen et l’évaluation de toutes les données de sécurité et d’efficacité requises recueillies lors d’essais cliniques”, a-t-il rappelé, soulignant que le processus serait le même pour tout candidat vaccin.

Record de contaminations au Venezuela

Le Venezuela a pour la première fois dépassé le seuil des 1.000 cas de contamination au coronavirus en 24 heures, a annoncé mardi le gouvernement. Quelque 1.138 nouveaux cas de contamination ont été répertoriés entre lundi et mardi, pour un total de 27.938 cas, a précisé le ministre de la Communication et de l’Information, Jorge RodIguez. L’épidémie de coronavirus a officiellement fait 238 morts depuis le début de la pandémie.

Namibie: Enchères de quotas de pêche pour financer la lutte contre la COVID-19

La principale fédération de la pêche de la Namibie a annoncé mardi qu’elle approuvait le projet du gouvernement de mettre aux enchères sur le marché international les quotas de pêche du pays pour financer la lutte contre l’épidémie de Covid-19.
Vendredi, le ministre de la Pêche Albert Kawana a annoncé que 60 % des quotas de pêche seraient mis aux enchères sur le marché international. Ce projet est destiné à aider le pays à acheter des médicaments et des équipements médicaux.
La Confédération des associations de pêche namibiennes (CNFA) a indiqué qu’elle soutenait cette décision, à condition que les emplois et les stocks de poissons soient préservés.

Le port du masque obligatoire dans la région de Bruxelles

Le port du masque devient obligatoire dans l’espace public à compter de mercredi sur tout le territoire de la région de Bruxelles pour lutter contre la propagation du coronavirus, a annoncé le gouvernement régional. Il l’était déjà dans la plupart des lieux publics clos depuis le 11 juillet. La généralisation de l’obligation dans les 19 communes de la région s’explique par le franchissement du seuil de 50 contaminations quotidiennes pour 100.000 habitants (plus de 600 nouvelles infections par jour sur ce territoire d’environ 1,2 million d’habitants), selon un communiqué.

Avec AFP




Continue Reading

Economie

Coronavirus: 20 pays ont déjà pré-commandé le vaccin russe

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

20 pays ont déjà pré-commandé le vaccin “Spoutnik V” contre le coronavirus qui a été développé par la Russie et dont l’enregistrement a été annoncé ce matin par le président russe Vladimir Poutine.

“Plus d’un milliard de doses” ont été pré-commandées par 20 pays étrangers, a affirmé le président du fonds souverain, Kirill Dmitriev, qui a précisé que la phase 3 des essais commençait mercredi tandis que la production industrielle est prévue pour septembre.

Selon les autorités russes, le vaccin, baptisé “Spoutnik V” en référence au satellite soviétique qui est le premier engin spatial mis en orbite, sera mis en circulation à compter de janvier 2021 mais les enseignants et le personnel médical commenceront à être vaccinés dès le mois d’août.

Lors d’une vidéo-conférence avec des membres du gouvernement tenue ce mardi matin, le président russe Vladimir Poutine a annoncé l’enregistrement du vaccin contre le coronavirus développé par son pays.

“Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré”, a-t-il dit tout en assurant que le vaccin est “assez efficace” et qu’il “donne une immunité durable”.

Le président a également révélé que l’une de ses filles s’est faite inoculer le vaccin russe. “Elle a participé à l’expérience”, a-t-il indiqué, affirmant qu’elle avait eu un peu de température, “et c’est tout”.

Il est à noter que l’enregistrement ce vaccin intervient alors que le monde a franchi, mardi, la barre des 20 millions de cas de contamination par le coronavirus et des 750.000 morts.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR