Suivez-nous

Société

Hirak : une manifestante atteinte du cancer embarquée puis abandonnée sur l’autoroute par la police

Avatar

Publié

le

ntage

Khalti Baya, une manifestante dont la maladie ne l’a aucunement empêché d’assister à toutes les marches populaires contre le pouvoir en place, a été embarquée par la police ce dimanche pour être par la suite abandonnée sur l’autoroute de Zeralda.

Ne prenant en compte ni la terrible maladie dont souffre Baya Dahmani encore moins son âge, des policiers avec une une brutalité insignifiante n’ont pas lésiné sur les moyens pour l’interpeller. Malmenée puis insultée, La vielle manifestante, qui ne faisait qu’exprimer comme des milliers d’Algériens, “son désir de voir son pays enfin libre d’un pouvoir despotique” a ensuite été abandonnée sur l’autoroute.

“Je marchais en direction de la place Audin en compagnie d’autres manifestants quand des policiers s’étaient violemment pris à nous. affaiblie par la maladie, je ne pouvais courir pour échapper à l’arrestation”, témoigne khalti Baya, les yeux fatigués par la maladie mais également par les pratiques inhumaines de ces policiers.

“Arrêtée, l’un des policiers m’a demandé de le suivre en me serrant fort sur le bras. Sentant la force de ses mains sur mes bras amortis par la maladie, je lui ai alors demandé de me lâcher. J’ai été par la suite embraquée dans un véhicule blanc pour finir abandonnée sur l’autoroute de Zeralda”, poursuit-elle.

Khalti Baya a été malmenée, insultée, menacée en raison de son engagement inlassable contre le pouvoir en place, mais cela n’enlève rien à sa détermination à poursuivre son combat pour une Algérie libre et démocratique.

“Pensent-ils (policiers) qu’en interpellant ou en me menaçant vont réellement me dissuader à sortir dans la rue pour exprimer mon rejet de ce régime? qu’ils sachent que cette violence et ces arrestations ne font que renforcer davantage notre détermination à poursuivre le Hirak. Ils me verront demain devant le tribunal de Sidi M’hamed”, assure khalti Baya.

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a dénoncé dans un communiqué “ces pratiques” et lance un appel à “toutes les associations caritatives, à toutes les personnes de bonne foi, à tous les Algériens sans exception, de se rapprocher de Khalti Baya, présente à chaque marche et procès des détenus ou de se rapprocher des familles des détenus ou de journalistes afin de l’aider et d’être à ses côtés pour une prise en charge”.

Société

Coronavirus : Les queues de la semoule, une source intarissable du virus

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | faible approvisionnement en semoule et en farine
© DR | forte demande sur la semoule

L’Algérie enregistre, pour la première fois, un nombre trop élevé de cas confirmé de coronavirus en une journée : 132 personnes atteinte et 9 décès. Le nouveau bilan communiqué, cet après-midi, fait état de 716 personnes touchées par le nouveau coronavirus, 44 décès et 46 guérisons.

La situation fait peur. L’inquiétude prend aussi de l’ampleur quand on voit ces scènes de bousculade devant les commerces de la semoule et de la farine. La pénurie de ces produits qui dure depuis plusieurs semaines, pourrait favoriser la contamination au Covid-19.

Et pour cause, aucune précaution n’est prise pour éviter une éventuelle propagation de la maladie ravageuse. En effet, on assiste presque quotidiennement à des scènes surréalistes dans la majorité des grandes villes du pays.

Des files ininterrompues, des bousculades et des foules compactes devant les commerces de la semoule et la farine. Par plusieurs dizaines, des citoyens, généralement des pères de familles, mènent une course dangereuse pour l’acquisition d’un sac de semoule ou de farine.

Des produits devenant introuvable. Effectivement, les tentatives des autorités de rassurer sur la disponibilité de la semoule et de la farine se sont avérées vaines. Puisque la pression persiste sur les minoteries.

Les consignes données pour respecter la distanciation en respectant la distance d’au moins un mètre entre un client et un autre sont difficiles à respecter dans cette situation. C’est que nous avons constaté dans plusieurs endroits d’Alger.

Sur la rue Belouizdad, dans la commune de Sidi M’hamed, plusieurs dizaines de citoyens se sont agglutinés à l’entrée d’un commerce de vente de ce produit, dépendant d’une minoterie public.

En rangs très serrés, ces personnes ont attendu, de longues heures durant, l’ouverture de ce commerce et le début de la vente de ce produit « rare ». A Reghaïa, dans la banlieue est de la capitale, un autre palier a été franchi.

C’est dans un espace confiné, le centre commercial El Baraka en l’occurrence, qu’une foule considérable s’est amassée et s’est copieusement bousculée pour un sac de semoule, sans que cela ne fasse réagir les autorités.

Depuis quelques jours, des internautes partageaient des vidéos sur des scènes similaires qui se sont produites dans plusieurs régions du pays, où l’on voit bien que les personnes cherchant la semoule et la farine, ne respectent aucune règle de sécurité. Certain médias font même état de décès de deux personnes dans des bousculades autour de la semoule dans une wilaya de l’Est du pays.


Rezig occupé à faire des selfies

Que font les autorités pendant ce temps ? N’ont-elles donc pas mesuré l’ampleur du danger ? Pour l’instant rien n’est décidé pour arrêter le massacre. Le ministère du Commerce dont la tâche principale est de réguler le marché est occupé, visiblement, par d’autres objectifs.

Au lieu de tenter de réfléchir à la manière d’organiser ce commerce, le ministre en charge du secteur, Kamel Rezzig n’a rien trouvé que d’aller faire des selfies dans certains marchés.

Dans une volonté de soigner son image et de se montrer à l’opinion qu’il travaille, ce dernier, accompagné d’équipes de chaînes de télévision et de photographes, pose ostentatoirement devant des étals de commerce et devant des stocks de semoule.

Lire la suite

Société

Coronavirus : l’Algérie enregistre son plus lourd bilan, 132 cas et neuf décès en 24H

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | Coronavirus

132 cas supplémentaires et neuf nouveaux décès ont été recensés ces dernières 24h, a annoncé ce mardi 31 mars, la commission nationale de veille et de suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus.

Avec ces nouveaux chiffres qui portent à à 716 le nombre total de contaminations dont 44 morts, l’Algérie enregistre son plus lourd bilan depuis le début de la pandémie.

Concernant les nouveaux cas de décès, la commission informe que quatre (04) ont été enregistrés à Blida tous des hommes âgés respectivement de 32, 56, 72 et 73 ans. Tandis que deux (2) ont été enregistrés à Sétif, un (1) à Oran, un (1) à Tipaza et (1) à Bordj Bou Arreridj.

La même source fait état de neuf (09) nouveaux cas de guérisons portant le nombre total à 46.

Lire la suite

Société

29 morts et 653 blessés dans les accidents de la route en une semaine

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Les accidents de la route continuent de faucher les vies humaines

29 personnes ont trouvé la mort et 653 autres ont été blessées dans les accidents de circulation enregistrés durant la période du 22 au 28 mars, indique un bilan hebdomadaire de la protection civile.

Le bilan le plus lourd a été enregistré à M’sila avec 6 morts et 29 blessés survenus dans 21 accidents de la route.

par ailleurs, les équipes de secours de la protection civile ont effectué, durant la même semaine, 579 interventions pour l’extinction de différents incendies, industriel, urbain et autres.

Les accidents de la route continuent de faucher les humaines même au temps du coronavirus où la circulation automobile a diminué du fait des mesures des autorités au fins d’endiguer la propagation de la pandémie.

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR