Connect with us

Politique

Hirak : Plus de 250 personnes emprisonnées

Published

on

© INTERLIGNES
INTERLIGNES ALGÉRIE | Détenus du Hirak

Le nombre des détenus d’opinion a encore grimpé ces derniers jours. Plus de 250 personnes croupissent dans les geôles pour des faits liés à leur participation au mouvement populaire, selon le militant pour les droits humains, Zaki Hennach.

Jeudi 19h, jusqu’à l’instant ils sont 262“, a annoncé Zaki sur son compte Facebook. Les arrestations des activistes a connu une hausse ces derniers temps surtout avec l’approche des élections législatives qui ont eu lieu le 12 juin dernier. Mais même après le scrutin, cette vague d’interpellations n’a pas cessé.

Après la suspension des marches du Hirak dans plusieurs régions du pays, la vague d’arrestations visant les militants et manifestants du hirak continue toujours. Hier encore, plusieurs interpellations ont été signalées dans différentes wilayas.

Parmi les personnes interpellées hier figure l’activiste Fatiha Briki, enseignante universitaire en retraite et membre du Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD), qui a été arrêtée après la perquisition de son domicile, à Alger. Jusqu’à présent, ni le lieu et ni les raisons de son arrestation n’ont été communiqués. L’universitaire Abdelali Rezagui a également été arrêté puis relâché en fin de soirée. Il est connu pour ses déclarations “engagées” et ses critiques à l’encontre du pouvoir politique en place.

Par ailleurs, les noms et les portraits des personnes interpellées font le tour de la Toile suite à un élan de solidarité dénonçant “un acharnement” contre les activistes du hirak.

Pour rappel, la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) avait alerté, le 11 mai dernier, sur “la grave” détérioration de la situation des droits de l’Homme et des libertés individuelles et collectives et l’aggravation “sans précédent” de la répression contre les militants du Hirak.

“Ces personnes ne sont pas des criminels. Ce sont de simple citoyens qui ont exercé un droit garanti par la constitution: exprimer son opinion. Il y a ceux qui ont été arrêtés lors des marches populaires et il y a ceux qui ont été arrêtés à cause de publications sur Facebook”, avait déclaré Zaki Hannache sur un post Facebook.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR