Politique

Hirak : Le collectif des Algériens en Tunisie dénonce la cabale contre les militants et exige la libération des détenus

Published

on

© INTERLIGNES | Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion devant le tribunal Sidi M'hamed à Alger

Le Collectif des Algériennes et des Algériens en Tunisie (CAAT) condamne fermement la politique répressive menée par le régime à l’égard des citoyens engagés dans le mouvement populaire. Il exige ainsi la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d’opinion.

Dans un communiqué rendu public, aujourd’hui 07 avril, le CAAT rappelle la situation difficile dans laquelle se trouve les militants et activistes du hirak qui continuent de subir « l’acharnement et la violence d’une justice aux ordres » en dépit de la crise sanitaire due à la propagation du coronavirus. « Plus d’une quarantaine de détenus du Hirak croupissent dans les prisons du régime au motif d’ « atteinte à l’unité nationale » et d’ « incitation à attroupement non armé » », souligne le collectif.

Les auteurs du communiqué ont salué, au passage, le sens de responsabilité et de conscience des algériens mobilisés dans la révolution pacifique, qui ont décidé de suspendre temporairement les manifestations et les rassemblements pour éviter la propagation du virus.

Le collectif dénonce également l’attitude du régime qui « profite de la pandémie et du confinement partiel de la population pour emprisonner, harceler, et faire taire les voix libres et dissidentes ».

Et d’ajouter: « Plus de 5 000 détenus ont été graciés suite à une amnistie présidentielle spéciale, mais aucun des 44 détenus dans le cadre du Hirak, identifiés par la Coordination Nationale de Libération des Détenus (CNLD), n’a été remis en liberté« , s’indigne-t-il.

Le CAAT « condamne fermement la politique répressive du régime algérien contre les citoyennes et les citoyens engagés dans le mouvement populaire« .

Par ailleurs, le collectif « invite les acteurs de la société civile tunisienne à rester solidaires avec le peuple algérien frère dans son combat pacifique pour ériger un État de droit« .

Comments
Quitter la version mobile