Connect with us

Société

Hirak : 20 manifestants condamnés à des peines de trois mois à un an de prison ferme

Avatar

Published

on

Les vingt manifestants en liberté provisoire depuis le 19 janvier dernier, ont été condamnés, ce dimanche 23 février, à des peines allant de trois à un an de prison ferme par le tribunal de Sidi M’hamed.

“Le verdict vient de tomber au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger concernant les 20 manifestants arrêtés le vendredi 17 janvier puis relâchés le dimanche 19 janvier (liberté provisoire avec convocation pour comparution directe)”, annonce le comité national pour la libération des détenus.

Les manifestants sont tous condamné à la prison ferme après leur comparution directe ce dimanche.

Ainsi les deux manifestants, Kamel Nemmiche et Mokrane Laouchedi (militants de l’association RAJ) ont été condamnés à 6 mois de prison ferme et 20 000 Da d’amende en première instance. Pour ce qui est de Reda Boughrissa, le juge a prononcé une peine de 6 mois de prison ferme avec 20 000 Da d’amende.

Lamri mohamed, quant à lui, a été condamné à une année de prison ferme assortie d’une amende de 20 000 Da.

S’agissant de 16 autres personnes, le tribunal a prononcé une peine de 3 mois de prison ferme et 20 000 Da d’amende avec requalification des faits, précise le CNLD.

Politique

Coronavirus en Algérie: 191 nouveaux cas et 10 décès supplémentaires

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

191 nouveaux cas d’infection par le coronavirus ont été recensés au cours des dernières 24h, annonce mardi le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie en précisant que 10 décès s’ajoutent au bilan total.

Avec ces nouveaux chiffres le bilan national s’élève à 50214 cas d’infection et 1689 décès.

Concernant le nombre de guérisons, le comité scientifique fait état de 127 nouveaux cas et un total de 35307.

Continue Reading

Société

Réagissant à la décision des autorités algériennes : M6 affirme « avoir obtenu des autorisations »

Melissa NAIT ALI

Published

on

La chaîne française M6, dont le documentaire sur l’Algérie diffusé dimanche dernier dans l’émission enquête exclusive a suscité la colère des autorités algériennes, réagit. Elle demande aux autorités de renoncer à la décision de l’interdire d’opérer en Algérie.

Dans un communiqué, repris aujourd’hui par l’AFP, la direction du média français affirme que l’équipe ayant réalisé le reportage, diffusé dans le magazine « Enquête exclusive », « a bien été réalisé par une équipe qui bénéficiait d’une autorisation de tournage délivrée initialement en mai 2018 et prolongée plusieurs fois jusqu’en 2019 ».

« L’équipe de tournage a d’ailleurs été contrôlée à plusieurs reprises par les autorités algériennes, qui l’ont laissée travailler au vu de cette autorisation », ajoute la même source.

M6 précise en revanche que d’autres demandes d’autorisation présentées par Enquête exclusive en mars 2020, « pour pouvoir filmer des séquences en plateaux depuis Oran, ont elles été refusées par les autorités algériennes et elles n’ont donné lieu à aucun tournage en Algérie ».

Selon le communiqué, « M6 renouvelle sa confiance au producteur (du reportage) Patrick Spica ainsi qu’aux journalistes qui ont réalisé cette enquête dans le respect des principes déontologiques attachés à leur profession ».

Selon la chaîne, « les évolutions de la société algérienne constituent un sujet d’intérêt général qui mérite d’être traité dans le cadre du droit légitime à l’information du public ».

Dans le même élan, M6 « demande aux autorités algériennes de revenir sur leur position de boycott afin de poursuivre de façon objective et sans aucune polémique sa mission d’information ».

Pour rappel, le ministère algérien de la Communication, a annoncé lundi soir avoir décidé de « ne plus autoriser » la chaîne française à opérer en Algérie, au motif d’avoir dans ce reportage diffusé dimanche -intitulé « L’Algérie, le pays de toutes les révoltes » – porté “un regard biaisé sur le Hirak” et de l’avoir fait réaliser par une équipe munie d’une « fausse autorisation de tournage ».

Continue Reading

Société

Une aide financière pour les transporteurs de voyageurs inter-wilayas

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Une aide financière allant de 10.000 à 30.000 DA sera octroyée aux transporteurs des voyageurs impactés par la suspension du transport inter-wilayas, selon un communiqué des services du premier ministre diffusé ce mardi.

Ainsi, une aide financière de 30.000 DA sera versée aux propriétaires de bus de voyageurs
tandis que les chauffeurs et leurs assistants percevront une aide financière de 10.000 DA, et ce, pour les mois d’août, septembre et octobre, précise la même source.




Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR