Connect with us

Politique

Hakim Addad sous contrôle judiciaire : Le RAJ dénonce “des motifs fallacieux et imaginaires”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Hakim Addad

Le Rassemblement action Jeunesse (RAJ) a réagi ce mardi au placement sous contrôle judiciaire de son ancien leader, Hakim Addad et du militant Zahir Keddam ainsi qu’au report de la présentation de Fodil Boumala devant le Procureur, accusant le pouvoir d’”instrumentaliser l’appareil judiciaire pour faire taire toutes voix discordantes”.

“Hakim Addad, l’un des membres fondateurs et ancien secrétaire général de RAJ, a été présenté aujourd’hui devant le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed après deux jours de garde à vue et une perquisition de son domicile à Alger”, a annoncé le RAJ sur Facebook.

“Il a été mis en liberté provisoire et placé sous contrôle judiciaire, il est poursuivi pour incitation à attroupement non armé et publications attentatoires à l’intérêt national. Pour rappel, Hakim Addad a été déjà interpellé le 4 octobre et mis sous mandat de dépôt le 6 octobre 2019 et mis en liberté provisoire le 2 janvier 2020 après avoir passé trois mois à la prison d’Elharrach, depuis son procès et mainte fois reporté”, a-t-il détaillé.

L’association rappelle également que l’activiste Zahir Keddam qui a été placé ce mardi sous contrôle judiciaire par le tribunal de cheraga avec report du procès au 27 juin et que la présentation de l’activiste Foudil Boumala devant le procureur est reporté pour le 17 juin.

Dans ce fait , le RAJ conclut que le régime “instrumentalise l’appareil judiciaire pour faire taire toutes voix discordantes, use la loi de la force pour intimider et harceler les activistes et les militants.es”

Ainsi, l’association condamne “cette injuste mise sous contrôle judiciaire de Hakim Addad et de Zoheïr Keddam pour des motifs fallacieux et imaginaires”, tout en appelant à “la cessation du dénie des droits fondamentaux des Algériennes et des Algeriens à la liberté d’expression, à la libre organisation et manifestation”.

En addition, l’organisation “rappelle que ses poursuites n’ont pour objectif que normalisation de la société et la mise à mort de la dynamique citoyenne pour la changement démocratique en Algérie” et interpelle le régime en place sur “sa responsabilité dans l’aggravation de la crise qui a trop duré et condamne ces agissements autoritaires et totalitaires”.

Le RAJ appelle, par ailleurs, “à libération de tous les détenus d’opinion et politique injustement incarcérés et l’arrêt de toutes les poursuites policières et judiciaires à l’encontre des activistes et militants.es”.

Enfi, l’ONG “appelle à la vigilance, à la solidarité et l’union face à l’arbitraire. Ensemble , nous vaincrons, ensemble nous pouvons construire l’alternative démocratique”.

Politique

L’Algérie condamne l’attaque terroriste au Niger

Achour Nait Tahar

Published

on

L’Algérie a condamné vigoureusement l’attaque terroriste qui a pris pour cible des civiles dans le sud du Niger, perpétré hier dimanche, exprimant son entière solidarité avec le gouvernement et le peuple de ce pays voisin, indique un communiqué du ministres des affaires étrangères rendu public ce lundi .

“L’Algérie condamne vigoureusement l’attaque terroriste qui a ciblé des civils dans la région de Koure au sud de la République de Niger, et exprime son entière solidarité avec le Gouvernement et le peuple nigériens et ses sincères condoléances aux familles des victimes de cet acte abject”, a précisé le communiqué.

“L’Algérie réitère sa ferme détermination à lutter contre le terrorisme et à soutenir les efforts internationaux et régionaux visant l’éradication de ce fléau”, a ajouté le MAE

Continue Reading

Politique

Il est condamné à 3 ans de prison ferme: TV5MONDE demande la libération de son correspondant Khaled Drareni

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le journaliste Khaled Drareni

Le média télévisé TV5MONDE a demandé la libération de son correspondant Khaled Drareni à la suite de sa condamnation,lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed, à trois ans de prison ferme et 50.000 DA d’amende.

“TV5MONDE s’étonne et s’indigne de ce jugement très lourd. Il sanctionne un journaliste reconnu qui a toujours réalisé son métier en toute indépendance et au nom du droit à informer”, a réagi le média via un communiqué intitulé TV5MONDE demande la libération du journaliste Khaled Drareni”.

TV5MONDE dit être “engagée”, aux “côtés de nombreuses organisations non gouvernementales et d’associations internationales pour la liberté d’information et la protection des journalistes”, dans le comité de soutien qui demande la libération sans attendre de son correspondant.

“La liberté de la presse dont Khaled Drareni est l’un des portes étendards est l’un des fondements de la liberté d’expression et de la démocratie. Elle ne peut être muselée, où que ce soit. Khaled Drareni, correspondant de TV5MONDE et de Reporters Sans Frontières, doit être libéré sans attendre”, a conclu le communiqué.

L’organisation non gouvernementale, reporters sans frontières (RSF) a également réagi à la condamnation de son correspondant. “La justice algérienne vient de condamner le journaliste Khaled Drareni à une peine de trois ans de prison ferme. Cette décision soulève le cœur et l’esprit par son caractère arbitraire, absurde et violent”, a écrit le président de RSF, Christophe Deloire.

“Il s’agit clairement d’une persécution judiciaire contre un journaliste qui est l’honneur de son pays. Une justice aux ordres vient de faire de Khaled Drareni un symbole qui va susciter une indignation et une mobilisation mondiales”, a-t-il ajouté.

En détention à la prison de Koléa depuis mars dernier, Khaled Drareni a été condamné, lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed à trois ans de prison ferme et 50.000 DA pour “incitation à attroupement non armé” et “atteinte à l’unité nationale”. Ses co-accusés, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ont écopé de deux ans de prison dont quatre mois ferme.




Continue Reading

Monde

Liban: le Premier ministre va annoncer la démission du gouvernement

Avatar

Published

on

© DR |

Le Premier ministre libanais Hassan Diab doit annoncer lundi soir la démission de son cabinet, après les démissions successives de membres de son équipe sous le coup de l’explosion meurtrière du port de Beyrouth, a indiqué à l’AFP un ministre qui a requis l’anonymat.

M. Diab, à la tête du gouvernement depuis près de sept mois, doit adresser un discours aux Libanais à 19h30 (16h30 GMT). Quatre membres de son équipe ont déjà démissionné depuis dimanche, à la suite de la terrible explosion du 4 août due à un énorme dépôt de nitrate d’ammonium, qui a fait au moins 160 morts et relancé la contestation populaire.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR