Connect with us

Accueil

Guerre en Ukraine : début des pourparlers entre Kiev et Moscou en Biélorussie

Published

on

Est-ce le début d’un processus devant mener à un cessez-le-feu en Ukraine proie à une offensive militaire russe depuis cinq jours ? Ce lundi, 28 février, une première rencontre se tient entre russes et ukrainiens pour des négociations. La présidence ukrainienne a annoncé, ce matin, que sa délégation était arrivée en Biélorussie pour les pourparlers avec Moscou.

La rencontre prévue à partir de midi à la frontière entre la Biélorussie et l’Ukraine, se tient dans une atmosphère de défiance extrême. Les espoirs d’un accord sont très limités, et il est trop tôt de parler d’une quelconque issue. Pourtant, il s’agit d’une lueur d’espoir. Gardé jusque-là au secret, le lieu de ces pourparlers porte le nom de code de « cabane du pêcheur », a indiqué lundi matin l’agence biélorusse Belta.

Hier dimanche, l’Ukraine a déclaré ne « pas trop croire » que ces discussions puissent mettre fin à l’invasion russe, au moment où la présidence a réitéré ses revendications pour « un cessez-le-feu immédiat » et « le retrait des troupes russes du territoire ukrainien ». De son côté, la Russie a exprimé sa volonté de trouver « un accord » avec Kiev. « Chaque heure que le conflit se prolonge, ce sont des citoyens et soldats ukrainiens qui meurent. Nous nous sommes entendus pour arriver à un accord, mais il doit être dans l’intérêt des deux parties », a déclaré le négociateur russe et conseiller du Kremlin, Vladimir Medinski, à la télévision russe.

L’Ukraine dit ne « pas trop croire »

Dans une nouvelle vidéo publiée ce matin, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a exhorté l’Union européenne (UE) à intégrer son pays « sans délai ». « Nous nous adressons à l’UE en ce qui concerne une intégration sans délai de l’Ukraine par une nouvelle procédure spéciale », a-t-il déclaré, ajoutant : « Je suis sûr que c’est juste. Je suis sûr que c’est possible. »

Zelensky a également appelé les soldats russes ayant envahi l’Ukraine à « déposer les armes ». « Déposez vos armes, partez d’ici, ne croyez pas vos commandants, ne croyez pas vos propagandistes. Sauvez vos vies, tout simplement », leur a-t-il dit.

Coté bilan, alors qu’au cinquième jour de l’offensive russe en Ukraine, le ministère de la santé ukrainien a annoncé que 352 civils, dont quatorze enfants, ont trouvé la mort, l’Organisation des nations unies (ONU) a dénombré 102 civils tués, dont 7 enfants, et 304 blessés. Elle a, toutefois, averti que les chiffres réels étaient « considérablement » plus élevés.

Des morts et des milliers de personnes déplacées

« La plupart de ces civils ont été tués par des armes explosives à large rayon d’action, notamment des tirs d’artillerie lourde, des lance-roquettes multiples et des frappes aériennes. Les chiffres réels sont, je le crains, considérablement plus élevés », a déclaré la haut-commissaire de l’ONU aux droits humains, Michelle Bachelet, à l’ouverture du Conseil des droits de l’homme. Mme Bachelet a par ailleurs fait état d’environ 422 000 Ukrainiens qui auraient déjà fui leur pays, à l’intérieur duquel se trouvent aussi de nombreuses personnes déplacées.

Sur le plan des initiatives de la communauté internationale, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté dimanche la résolution 2623 qui appelle à « une session spéciale d’urgence » de l’Assemblée générale pour prendre en considération et recommander une action collective sur la crise ukrainienne. Il s’agit de la première résolution de ce type adoptée par le Conseil de sécurité depuis quatre décennies, selon le rapport de ce dernier.

ONU : Une session spéciale d’urgence de l’AG

Ces rebondissements interviennent au moment où l’Union européenne (UE) a annoncé qu’elle allait financer l’achat et la livraison d’armes, y compris des avions de chasse, à l’Ukraine. Quatre cent cinquante millions d’euros vont être débloqués, alors que plusieurs pays et l’UE ont annoncé la fermeture de leur espace aérien aux avions russes. S’agissant des première conséquences des sanctions financières, la Banque centrale européenne a constaté, lundi, la « faillite ou faillite probable » de la filiale européenne de la banque russe Sberbank. Le rouble a chuté, lundi matin, de 30 % face au dollar.

Avec agences

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR