Accueil

Guerre en Ukraine: ce que la sous-secrétaire d’Etat américaine a dit à Tebboune

Published

on

Reçue jeudi par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, la sous-secrétaire d’Etat américaine, Wendy Sherman, est revenue, dans une tribune publiée sur la page facebook de l’ambassade des Etats-Unis à Alger, sur les sujets qu’elle a abordés avec lui.

Contexte international oblige, l’invitée de l’Algérie affirme avoir abordé avec le président Tebboune, la guerre en Ukraine, utilisant des termes bien choisis.

«Nous avons également discuté de la guerre de choix du président russe Vladimir Poutine, selon mes propres termes, préméditée, non provoquée et injustifiée contre l’Ukraine, et de la manière dont les actions du président Poutine violent les principes de la Charte des Nations Unies», écrit la sous-secrétaire d’Etat américaine. Sans toutefois souffler mot sur la vision du chef de l’Etat.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’Algérie est restée attachée à ses principes diplomatiques de non ingérence dans les affaires internes des pays. Alger ne s’est rangé d’aucune partie.

Sur les questions régionales, «les États-Unis et l’Algérie conviennent que la stabilité régionale est la clé d’un avenir pacifique et prospère pour l’ensemble du Sahel», affirme la sous-secrétaire d’Etat, ajoutant que les deux pays «sont préoccupés par la présence déstabilisatrice de forces étrangères et travaillent ensemble pour contrer les groupes extrémistes violents».

Tout en réaffirmant «l’engagement de l’administration Biden-Harris en faveur des droits de l’homme, y compris la liberté des médias et la liberté religieuse», la responsable américaine, a qualifié la relation entre Washington et Alger de «large et profonde».

Droits de l’homme, libertés …

Estimant «très productive», sa réunion avec le Président Tebboune, elle dira que le chef de l’Etat lui a fait part de «ses plans pour créer plus d’emplois et diversifier l’économie algérienne dans des secteurs stratégiques, notamment l’agro-industrie, les technologies de l’information et de la communication et l’énergie propre».

«Ce sont des domaines dans lesquels les entreprises américaines peuvent travailler en étroite collaboration avec l’Algérie», a soutenu Wendy Sherman, rappelant qu’une délégation de petites entreprises américaines de l’énergie éolienne, du traitement des eaux usées et des services pétroliers s’est rendue en Algérie la semaine dernière.

«Les États-Unis et l’Algérie veulent tous deux accroître leur coopération commerciale et économique. Nous sommes ravis et honorés que le président envisage de visiter le pavillon américain lors de la Foire internationale d’Alger en juin, où les États-Unis seront le pays d’honneur», a-t-elle encore souligné.

Comments
Quitter la version mobile