Suivez-nous

Monde

Guerre de tranchée en Europe autour du vaccin Spoutnik V

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Le vaccin Spoutnik V officiellement enregistré par l'Algérie

Le vaccin russe Spoutnik V a semé la division entre les anciens pays du bloc de l’Est autrefois dépendants de Moscou, certains d’entre eux le considérant comme un don du ciel, d’autres comme un outil de soft power du Kremlin.

Le vaccin, dont l’efficacité s’élève à 91,6%, selon une étude récente, est déjà utilisé dans plusieurs pays dans le monde, mais n’a pas encore été approuvé par l’Agence européenne des médicaments (EMA).

L’annonce faite, le 19 aout 2020, par le président russe Vladimir Poutine faisant état que la Russie a développé le premier vaccin contre la Covid-19 avait été accueilli avec scepticisme, de nombreux scientifiques critiquant son développement dans la précipitation et le manque de transparence. D’autant plus que la phase 3 des essais n’est même pas encore validée.

Malgré cela certains anciens pays communistes, membres de l’UE, envisagent de l’utiliser. Selon des analystes, une telle situation profite à la Russie et à ses efforts pour semer le désordre dans la région sur laquelle elle a régné en maître il y a plus de trois décennies.

Début février, les premières doses de ce vaccin arrivent en Hongrie, le premier pays de l’UE à l’avoir autorisé, sans attendre que l’Agence européenne des médicaments se prononce.

“Il est très clair que le Spoutnik V est devenu un outil d’influence douce pour la Russie”, a déclaré Michal Baranowski du German Marshall Fund. Selon M. Baranowski, qui dirige le bureau du Fonds à Varsovie, l’objectif politique “est de diviser l’Occident”.

La Slovaquie qui s’est trouvée confrontée à une crise gouvernementale quelques jours après avoir reçu son premier lot de Spoutnik V le 1er mars en est un exemple parfait.

Alors que le Premier ministre Igor Matovic a salué la livraison de Spoutnik, soulignant que le “Covid-19 ne sait rien de la géopolitique”, le ministre des Affaires étrangères Ivan Korcok a qualifié le vaccin “d’outil de guerre hybride”.

Avec APS

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR