fbpx
Suivez-nous

Politique

Gaid Salah: « la bande veut compromettre l’avenir du pays à travers le slogan « Etat civil et non militaire »

Le chef de corps d’armée Ahmed Gaid Salah a déclaré, ce jeudi, que « la bande tente d’induire en erreur l’opinion publique nationale en propageant des idées malveillantes visant à saper la confiance qui unit le peuple à son armée et en créant une rupture définitive entre eux ». Pour l’EM, la bande veut compromettre l’avenir de l’Algérie et de ses composantes à travers le slogan « Etat civil et non militaire ».

Avatar

Publié

le

Pour le premier militaire du pays, il existe une campagne hostile menée par des cercles occultes contre l’ANP qui tentent par tous les moyens de provoquer une rupture définitive entre l’armée et son peuple ».

Allant plus loin dans son argumentaire, le vice ministre de la défens souligne, dans la foulée, que « ces idées pernicieuses n’existent que dans l’esprit et les intentions de leurs auteurs, car l’ANP, qui reste attachée à ses prérogatives constitutionnels claires et consciente de la sensibilité de la situation actuelle et de l’ampleur des défis, œuvre uniquement à la protection de l’Etat et à la préservation de la souveraineté nationale et à l’unité du peuple, quelles que soient les circonstances » , dit-il dans son intervention lors d’un colloque historique sur « le rôle et la place de l’Armée dans la société » organisé au Cercle national de l’Armée à Béni Messous (Alger).

Gaid Salah a précisé que « La ferme position de l’ANP en cette phase décisive dans l’histoire de notre pays, vient de sa conviction profonde quant à la nécessité de préserver la stabilité de l’Algérie dans le cadre de la légitimité constitutionnelle », insiste le chef de l’ANP qui répond implicitement aux parties qui accuse l’Armée  de velléités de prise de pouvoir politique.

Politique

DIRECT l 39e vendredi : Le Hirak face à un pouvoir toujours plus « sourd » et « répressif »

L’élection présidentielle que le pouvoir s’obstine à imposer contre le volonté populaire avance à grands pas aussi bien que la compagne électorale des cinq candidats qui débutera samedi prochain. Pendant ce temps, les vendredis de contestation populaire contre le régime ne faiblit pas et gagne davantage en force.

Kenza Ait Bachir

Publié

le

Les manifestants qui ont affirmé leur determination à aller jusqu’au bout de leur engagement, n’obtempèrent pas. Ainsi, l’annulation des élections organisées sous la férule du système en place et le départ de ses résidus ainsi que « la libération de tous les détenus d’opinion » sont des revendications “sans compromis” que les hirakistes s’attelleront à répéter ce 39e vendredi encore.

La semaine qui s’achève a été marqué par la condamnation de 28 détenus d’opinion à la prison ferme par le tribunal de Sidi M’hamed alors que cinq autres ont été remis en liberté par le tribunal de Bab El Oued. Les deux verdicts « contradictoires » suscitent bien des interrogations d’autant que les détenus sont poursuivis pour des faits similaires et pour les même griefs et viennent, une fois de plus, confirmer la « déstabilisation » de l’appareil judiciaire et l’impuissance des magistrats à arracher l’indépendance de la Justice.

Par ailleurs, avec l’approche de la date fatidique du 12 décembre, Plusieurs manifestations pro-élections ont eu lieu cette semaine, au niveau de quelques wilayas, notamment Sétif, Tlemcen, Ouargla, Touggourt, Annaba et ConstantineEt à chaque fois, elles ne réunirent pas plus de quelques dizaines de personnes. Ces marches de soutien à l’élection présidentielle, fortement contestée par la population, ont été également marquées par des contre-manifestations aboutissant à des arrestations musclées notamment à Annaba et Constantine.

14H00

Alger: Les manifestants brandissent une immense banderole sur laquelle sont inscrits les portraits de tous les détenus d’opinion.

Crédit photo: Interlignes

13H57

La forte pluie qui s’abat sur la Capitale n’a pas entamé la mobilisation de ce 39e vendredi. Les manifestants poursuivent leur marche

13H52

Une pancarte d’un manifestant résume parfaitement la principale revendication du peuple.

Crédit photo: Interlignes

13H49

A Béjaia, des milliers de manifestants sont dans la rue pour ce 39e vendredi de mobilisation populaire contre le pouvoir en place. Les marcheurs rejettent la présidentielle du 12 décembre et exigent la libération des détenus d’opinion.

13H41

La determination des manifestants est toujours intacte

13H38

Pour ce manifestant, ceux qui iront voter le 12 décembre, sont des traitres

Crédit photo: Interlignes

13H35

Le moudjahid Lakhdar Bouregaâ est toujours omniprésent dans les marches populaires contre le pouvoir.

Crédit photo: Interlignes

13H20

Début de la marche à Tizi Ouzou. Les manifestants réclament d’emblée la libération de tous les détenus qui croupissent depuis plusieurs mois dans les geôles.

13H15

Gaid Salah subit une violente algarade de la part des manifestants.

13H05

Les manifestants arrivent à la place Audin. « Pouvoir assassin », scandent les marcheurs.

13H00

Les manifestants tire à boulets rouges sur l’APN scandant à gorges déployées « le parlement des traitres » comme pour dénoncer la validation par les députés des deux principaux projets de loi, en l’occurence le PLF 2020 et celui des hydrocarbures.

12H45

« Tebboune El Cocaine, hab ywali Rais », scandent les manifestants à Didouche Mourad (Alger centre)

12H30

Gaid Salah est comme chaque vendredi la cible des manifestants.

12H15

plusieurs centaines de hirakistes manifestent dans les rues de la Capitale. « Ce hirak est un devoir national », scandent les manifestants comme pour exprimer leur détermination à poursuivre le mouvement jusqu’au bout.

11H30

Alger: Les manifestants disent « non » au vote. « Ulac le vote Ulach », scandent les protestataires dont le nombre ne cesse de grossir.

11H00

Alger: les premiers manifestants marchent à Alger scandant « 1,2,3 viva l’Algérie, wel Gaid Salah dictatori » (« 1,2,3 viva l’Algérie, et Gaid Salah est un dictateur) ».

10H30

Rassemblement des premiers manifestants devant le siège du RCD à Didouche Mourad scandant « Dawla Madaniya machi 3askariya », « Etat civil, pas militaire »

Crédit photo: DR

Lire la suite

Politique

Un nouveau P-DG pour Sonatrach

Kamel Eddinie Chikhi a été nommé, ce jeudi 14 novembre, nouveau P-DG du groupe pétrolier Sonatrach, a annoncé la présidence de la République dans un communiqué repris par l’agence officielle.

Kenza Ait Bachir

Publié

le

Hydrocarbures : Sonatrach explore du pétrole dans le Nord

« Le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah a nommé, ce jeudi 14 novembre 2019, Chikhi Kamel-Eddine au poste de Président-Directeur Général du Groupe Sonatrach en remplacement de Hachichi Rachid dont il a été mis fin aux fonctions en cette qualité« , précise le communiqué.

Ingénieur géologue, diplômé en géodynamique du pétrole, le nouveau patron de la Sonatrach était, auparavant, directeur de l’Institut algérien du pétrole. Il a, en outre, occupé différents postes au sein de la direction générale de Sonatrach.

Pour rappel, Rachid Hachichi avait été nommé à ce poste le 23 avril dernier par Abdelkader Bensalah. Par ailleurs, Les raisons de ce changement demeurent toutefois méconnues. La présidence n’a fourni aucune explication concernant cette nouvelle installation.

 

 

Lire la suite

Politique

Aymen Benabderrahmane nouveau Gouverneur de la banque d’Algérie

Kenza Ait Bachir

Publié

le

@DR/Banque d'Algérie

Le Chef de l’Etat par intèrim, Abdelkader Bensalah, a procédé, ce jeudi, à la nomination de Aymen Benabderrahmane au poste de Gouverneur de la banque d’Algérie.

Cette nomination intervient en remplacement de Amar Hiouani qui assurait l’intérim à la tête de l’institution monétaire, depuis la nomination de l’ancien Gouverneur au poste de ministre des Finances du gouvernement Bédoui, en l’occurrence Mohamed Loukal.

Lire la suite

Tendances