Suivez-nous

Politique

Guéguerre FLN-RND: un avant-goût de la prochaine course présidentielle !

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Ould Abbas et Ahmed Ouyahia se disputent à distance
La guéguerre entre le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbas, et le premier ministre, Ahmed Ouyahia, se poursuit à distance. Chacun des deux utilisent la tribune offerte par son parti pour régler ses comptes avec l’autre. Ainsi, quelques jours après les répliques assassines lancées par le premier responsable du gouvernement et patron du RND, Djamel Ould Abbas revient à la charge.

bombe le torse

Il insiste sur la question de la privatisation, en dépit des précisions de la Présidence de la République et les explications du premier responsable du gouvernement et chef de file du RND. Le premier chef du FLN bombe le torse et se comporte comme le gardien du temple Algérie. En effet, après avoir tenté de précipiter le départ d’Ahmed Ouyahia,  en l’accusant de vouloir brader les entreprises publiques en catimini, voilà qu’il tente désormais de provoquer des fissures au sein de l’exécutif, à travers les ministres FLN.

prétexte

Profitant de la dernières sorties médiatiques de la ministre de la Poste et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Iman Houda Feraoun, qui avait écarté l’ouverture du capital des entreprises publiques de son secteur, à savoir Mobilis et Algérie Télécom, Djamel Ould Abbas a pondu un communiqué en se félicitant « de la décision ». Alors que l’ouverture du capital de ces deux sociétés n’a jamais été à l’ordre du jour. Le patron du FLN s’en sert, comme prétexte, pour reprendre les hostilités avec le premier ministre. « Cette décision intervient, dans  le cadre de l’instruction du président de la république, pour sauvegarder les entreprises publiques », écrit-t-il dans son communiqué. Rappelant que le FLN « reste le défenseur des entreprises publiques qui sont la propriété des générations futures. Il est difficile, en tout les cas, de ne pas conclure à l’existence d’une véritable campagne du FLN contre Ahmed Ouyahia.

Ni Belkhadem, ni Amar Saadani

Une campagne qui ne vise pas seulement le contrôle du gouvernement, mais surtout la préparation de la prochaine présidentielle. Effectivement, l’ex-parti unique a rendu public, depuis le début de l’année en cours, pas moins d’une dizaine de communiqués qui traitent des sujets en rapport direct avec la politique du gouvernement. Cette manière de faire est totalement inédite, dans la mesure où, le FLN n’avait pas pour habitude, jusque-là, de critiquer frontalement le gouvernement. Ni Belkhadem, ni Amar Saadani, ne l’ont fait par le passé. De ce fait, des questions se posent sur l’arrière-pensée de Djamel Ould Abbas. Qu’est-ce qui le fait courir ? Est-il chargé d’une mission secrète ? Fort probable…

Politique

L’Algérie rappelle son ambassadeur en Côte d’Ivoire pour “consultations”

Avatar

Publié

le

Par

© DR| Ministère des Affaires Etrangères.

L’Algérie a décidé de rappeler son ambassadeur en Côte d’Ivoire pour “consultations”, suite aux déclarations du ministre ivoirien des Affaires étrangères, lors de l’ouverture d’un prétendu consulat de son pays à la ville de Laâyoune occupée du Sahara occidental, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Le ministère des Affaires étrangères a décidé de rappeler, pour consultations, l’ambassadeur d’Algérie en Côte d’Ivoire, suite aux déclarations sibyllines et insidieuses du ministre des Affaires étrangères ivoirien, lors de l’ouverture d’un prétendu consulat de Côte d’Ivoire à Laâyoune, au Sahara occidental”, précise la même source, relevant que cette ouverture “intervient au mépris des principes et des objectifs consacrés par l’acte constitutif de l’Union africaine, notamment l’impératif d’unité et de solidarité entre les peuples d’Afrique et la défense de l’intégrité territoriale et l’indépendance des pays membres de l’Union”.

Lire la suite

Politique

Le PAD dénonce le double langage du pouvoir à l’encontre du hirak

Avatar

Publié

le

© INTERLIGNES | Assises nationales du PAD
© INTERLIGNES | Assises nationales du PAD

Dans un communiqué rendu public, ce jeudi 20 février, les forces du Pacte de l’alternative démocratique dénoncent la contradiction dans le discours du pouvoir qui encense le hirak et et qui maintient des mesures répressives à l’encontre des manifestants.

« À la veille d’une célébration, qui s’annonce grandiose, de l’an Un de la Révolution du 22 février 2019, les autorités de fait multiplient les actes répressifs contre la population. En effet, la contradiction entre les discours «bénissant » la révolution et les pratiques autoritaires et despotiques du régime est flagrante », lit-on dans le communiqué.

Les forces du Pacte de l’alternative démocratique dénoncent« Le pouvoir qui a multiplié durant toute la semaine les actes répressifs contre les enseignants du primaire, le personnel navigant commercial d’Air Algérie, les interdictions de réunions de l’opposition et la société civile, les mesures coercitives contre des magistrats refusant le dictat de l’Exécutif… vient de prendre des mesures gravissimes visant à empêcher, voire interdire l’accès des Algériennes et des Algériens qui se dirigent massivement vers la capitale Alger pour participer au premier anniversaire de la révolution ».

« D’évidence c’est la volonté du peuple algérien de poursuivre sa mobilisation révolutionnaire jusqu’à la réalisation des objectifs de la révolution qui est visée », estime le PAD, exprimant sa « profonde inquiétude » face à cette « dangereuse escalade ». Ils exigent le « strict » respect des libertés démocratiques dont la liberté de manifestation et la libre circulation des Algériennes et des Algériens.

Lire la suite

Politique

L’ancien ministre de la jeunesse et des sport Mohamed Hattab placé sous contrôle judiciaire

Avatar

Publié

le

Par

©DR| Mohamed Hattab, ancien ministre de la jeunesse et du sport

Le Conseiller instructeur près la Cour suprême d’Alger a auditionné, jeudi, l’ex-wali de Sidi Bel Abbes, Mohamed Hattab poursuivi pour plusieurs délits, indique un communiqué du procureur général près la même Cour.

Dans le cadre de l’instruction ouverte au niveau de la Cour suprême, le Conseiller instructeur a auditionné, jeudi 20 février 2020, M. Hattab Mohamed, ex-wali de Sidi Bel Abbes, accusé de plusieurs délits, dont l’octroi d’indus avantages en violation des dispositions législatives et réglementaires, dilapidation volontaire de deniers publics, abus de fonction et conflit d’intérêts“, ajoute le communiqué.

Le Conseiller instructeur a ordonné “le placement de l’accusé sous contrôle judiciaire avec retrait de ses passeports et obligation d’émargement une fois par mois devant lui“, conclut le document.

Lire la suite

Tendances