Guéguerre FLN-RND: un avant-goût de la prochaine course présidentielle !

Ould Abbas et Ahmed Ouyahia se disputent à distance

Crédit photo: DR | Ould Abbas et Ahmed Ouyahia se disputent à distance

Grand Angle (300x600)

La guéguerre entre le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbas, et le premier ministre, Ahmed Ouyahia, se poursuit à distance. Chacun des deux utilisent la tribune offerte par son parti pour régler ses comptes avec l’autre. Ainsi, quelques jours après les répliques assassines lancées par le premier responsable du gouvernement et patron du RND, Djamel Ould Abbas revient à la charge.

bombe le torse

Il insiste sur la question de la privatisation, en dépit des précisions de la Présidence de la République et les explications du premier responsable du gouvernement et chef de file du RND. Le premier chef du FLN bombe le torse et se comporte comme le gardien du temple Algérie. En effet, après avoir tenté de précipiter le départ d’Ahmed Ouyahia,  en l’accusant de vouloir brader les entreprises publiques en catimini, voilà qu’il tente désormais de provoquer des fissures au sein de l’exécutif, à travers les ministres FLN.

prétexte

Profitant de la dernières sorties médiatiques de la ministre de la Poste et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Iman Houda Feraoun, qui avait écarté l’ouverture du capital des entreprises publiques de son secteur, à savoir Mobilis et Algérie Télécom, Djamel Ould Abbas a pondu un communiqué en se félicitant « de la décision ». Alors que l’ouverture du capital de ces deux sociétés n’a jamais été à l’ordre du jour. Le patron du FLN s’en sert, comme prétexte, pour reprendre les hostilités avec le premier ministre. « Cette décision intervient, dans  le cadre de l’instruction du président de la république, pour sauvegarder les entreprises publiques », écrit-t-il dans son communiqué. Rappelant que le FLN « reste le défenseur des entreprises publiques qui sont la propriété des générations futures. Il est difficile, en tout les cas, de ne pas conclure à l’existence d’une véritable campagne du FLN contre Ahmed Ouyahia.

Ni Belkhadem, ni Amar Saadani

Une campagne qui ne vise pas seulement le contrôle du gouvernement, mais surtout la préparation de la prochaine présidentielle. Effectivement, l’ex-parti unique a rendu public, depuis le début de l’année en cours, pas moins d’une dizaine de communiqués qui traitent des sujets en rapport direct avec la politique du gouvernement. Cette manière de faire est totalement inédite, dans la mesure où, le FLN n’avait pas pour habitude, jusque-là, de critiquer frontalement le gouvernement. Ni Belkhadem, ni Amar Saadani, ne l’ont fait par le passé. De ce fait, des questions se posent sur l’arrière-pensée de Djamel Ould Abbas. Qu’est-ce qui le fait courir ? Est-il chargé d’une mission secrète ? Fort probable…

Adsence Milieu article

Adsence Milieu article