Connect with us

Politique

Financements étrangers : Radio M condamne « les propos diffamatoires » d’Amar Belhimer

Melissa NAIT ALI

Published

on


Interface Médias, société éditrice de Maghreb Emergent et Radio M, n’a pas mis du temps pour répondre au ministre de la communication, Amar Belhimer. Elle dénonce, dans un communiqué rendu public aujourd’hui, « les propos diffamatoires du porte-parole du gouvernement » et se réserve, de ce fait, « le droit de déposer plainte contre lui ».

«Le gouvernement algérien a reconnu ce lundi 13 avril 2020, à travers son porte-parole, le ministre de la communication, sa responsabilité dans la censure des deux sites d’information en ligne Maghreb Emergent et Radiom.info, en violation de l’article 50 de la constitution qui stipule que “la liberté de la presse écrite, audiovisuelle et en ligne est garantie et ne doit être restreinte par aucune forme de censure préalable”. Il n’a cependant rien trouvé de mieux, pour justifier un pur acte de répression de la liberté de la presse, que d’invoquer à postériori une infraction à la loi sur le financement étranger des médias », rappelle la société.

Pour la société, l’affirmation du ministre selon laquelle Radio M « a été lancée grâce à des fonds en provenance de l’étranger » est une grave atteinte à ses équipes, ses actionnaires et ses partenaires commerciaux. « Elle est diffamatoire et déshonore son auteur », condamne Interface Médias.

Dans ce sens, la société rappelle que « Radio M est une web Radio née modestement en 2013 avec les fonds propres de Interface Médias SPA et qui s’est lentement développée depuis sept ans grâce à l’engagement de ses travailleurs et de ses actionnaires ».

« Un procédé injurieux »

Chercher à jeter le doute sur le caractère national du capital intégralement algérien de l’éditeur de Radio M, ajoute la même source, « est un procédé injurieux pour les journalistes promoteurs des projets éditoriaux et à leurs partenaires financiers nationaux ».

Poursuivant, le communiqué rappelle que « interface Médias l’éditeur de Radio m et de Maghreb Emergent est une société par actions, de droit algérien ». « Son actionnariat diversifié est composé des journalistes fondateurs, de collaborateurs et de sociétés algériennes leaders de leurs secteurs économiques ((Emballage, Pharmacie, BTP, Edition, Boisson, Conseil financier) », explique le même document.

Pour les rédacteurs du communiqué, « la méconnaissance ahurissante du modèle économique innovant de la presse digitale a amené le ministre de la communication à bafouiller son attaque indigne contre un média déjà ciblé par la censure de son site d’information en ligne quatre jours auparavant ».

« Evoquer un recours à des financements étrangers pour lancer une web radio, laisse croire au public que l’investissement est important et les revenus nuls. Radio M est une petite structure qui génère des revenus publicitaires grâce aux sponsors de ses différentes émissions (Assurances, Industries, Pharmacie etc.…), à l’utilisation de ses petits moyens audiovisuels pour la production commerciale de vidéos et de spots audio. La Chaine YouTube génère également depuis 2018 des revenus publicitaires sur la plateforme américaine », explique la même source.

Politique

Le ministre américain de la défense atterrit à Alger

Feriel Bouaziz

Published

on

Mark Esper, ministre américain de la Défense, s’est rendu ce jeudi à Alger où il a été reçu par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, indique un communiqué de la Présidence.

“L’audience s’est déroulée en présence de la délégation accompagnant le secrétaire américain à la Défense et du chargé d’affaires à l’ambassade américaine en Algérie, du côté américain, et du Général de Corps d’Armée Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP), du directeur de Cabinet à la Présidence de la République, Noureddine Bardad-Daidj, et du Général-major Mohammed Bouzit, Directeur général de la Documentation et de la sécurité extérieure au ministère de la Défense nationale, du côté algérien”, indique un communiqué de la presidence repris par l’APS.

Notons que Mark Esper est le premier ministre américain de la défense à se rendre en Algérie depuis près de quinze ans. La dernière visite date de février 2006 et a été effectuée par son prédécesseur Donald Rumsfeld.

Selon l’AFP, qui a annoncé sa visite le 29 septembre dernier, à travers sa visite mark Esper entend “approfondir la coopération avec l’Algérie sur des questions clés de sécurité régionale, comme la menace posée par les groupes extrémistes”,  comme lui a annoncé un haut responsable militaire américain.

Continue Reading

Politique

Conseil de la nation: adoption de trois projets de loi

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les membres du Conseil de la Nation ont adopté jeudi les projets de loi relatifs à la protection pénale du personnel de la santé, à la lutte contre les bandes de quartiers et au Code de procédure pénale.

En premier lieu, les membres du Conseil de la nation ont adopté le projet de loi relatif à l’ordonnance modifiant et complétant le Code de procédure pénale. Le projet de loi a été présenté par le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati. Après cela, la séance de vote s’est déroulée sans débat.

En vertu de l’ordonnance modifiant et complétant le code de procédure pénale, “un pôle pénal économique et financier sera créé au niveau de la Cour d’Alger, lequel sera spécialisé dans la lutte contre la criminalité économique et financière et dont la compétence s’étend à tout le territoire de la République”, rapporte l’agence de presse APS.

“Concernant la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, le projet de loi prévoit une extension de la compétence territoriale de la cour d’Alger qui se verra confiée une compétence matérielle exclusive concernant les crimes graves, de portée nationale ou internationale”, précise la même source

Cette ordonnance accorde également à une catégorie déterminée de cadres supérieurs de l’Etat, le droit de ne pas faire l’objet de poursuites et d’enquête dans les affaires pour lesquelles ils sont accusés, que devant la Cour suprême.

“Cette ordonnance accorde aux catégories de cadres supérieurs de l’Etat, la possibilité de les poursuivre et de les juger devant des juridictions autres que celles territorialement compétentes, en application des dispositions générales de la juridiction prévues par les articles 37, 40 et 239 de la même Loi”, toujours selon l’APS.

Le vote, s’est aussi déroulé sans débat lors d’une plénière présidée par le président du par intérim du Conseil de la Nation, Salah Goudjil. Etaient présents, le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati et de la ministre des Relations avec le Parlement, Besma Azouar.

Le texte du projet propose “l’application de peines à l’encontre des éléments de ces bandes allant de 2 à 20 ans, pouvant même atteindre la perpétuité en cas décès”.

Egalement adopté ce jeudi, le vote sur le projet de loi relatif à l’ordonnance modifiant et complétant le code pénal portant protection pénale du personnel de la santé s’est déroulé sans débat. Les responsables suscitées étaient également présents lors de la séance de vote.

L’ordonnance prévoit aussi une condamnation d’une à 3 années pour toute agression verbale, de 3 à 10 ans pour toute agression physique selon la gravité de l’acte et jusqu’à la perpétuité en cas de décès de la personne agressée.

Continue Reading

Politique

Plainte des enfants de Gaid Salah contre El Watan: l’audience du procès reportée au 19 octobre

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

L’audience du procès qui oppose les enfants de feu Ahmed Gaid Salah au quotidien francophone El Watan, devant avoir lieu lundi dernier au tribunal correctionnel de Annaba, a été reportée au 19 octobre à la demande de la défense des deux plaignants, Adel et Boumediène Gaid Salah, rapporte le quotidien.

En effet, une plainte a été déposée par Adel et Boumediène suite à un article publié le 31 août dernier. Le papier intitulé «Les enfants de Gaïd Salah détenteurs de nombreux biens : Les détails d’une fortune à l’ombre du général», mettait en lumière la fortune accumulée par les deux fils sous l’influence de leur défunt père.

Les plaignants ont jugé que l’article en question, était «attentatoire à leur honneur et à leur considération» et à celui de leur défunt père «en sa qualité de chef d’état-major de l’ANP et vice-ministre de la Défense nationale avant son décès».

Selon le quotidien, les deux plaignants se sont appuyés sur l’article 296 du code pénal (atteintes portées à l’honneur et à la considération des personnes), et se sont constitués partie civile pour réclamer «réparation».

Le directeur de la publication du quotidien El Watan, Tayeb Belghiche, devra, ainsi, se rendre au tribunal correctionnel de Annaba à la prochaine audience soit le 19 octobre prochain.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR