Connect with us

Politique

Fin de fonctions pour plusieurs ambassadeurs extraordinaires, plénipotentiaires et consuls généraux

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Crédit photo : DR | Ouverture du capital des entreprises

Abdelmadjid Tebboune a mis fin aux fonctions d’ambassadeurs extraordinaires, plénipotentiaires et consuls généraux de la République algérienne démocratique et populaire dont certains ont été admis à la retraite et d’autres ont été appelés à exercer d’autres fonctions, selon le décret présidentielle du 18 Chaâbane 1441 correspondant au 12 avril paru dans le dernier numéro du journal officiel.

Les ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires appelés à exercer d’autres fonctions :

— Salah Francis El Hamdi, à Nairobi (République du Kenya)
— Ali Benzerga, à Copenhague (Royaume du Danemark)
— Mohand Salah Ladjouzi, à Mascate (Sultanat d’Oman)
— Salah Lebdioui, à Varsovie (République de Pologne)
— Abdelhamid Abdaoui, au Koweit (Etat du Koweit)
— Abdelkader Hadjazi, à Sanaâ (République du Yemen)
— Azzouz Baâllal, à Niamey (République du Niger)
—Rachid Benlounes à Addis Abéba (République d’Ethiopie)

Les ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires admis à la retraite :

— Mohamed Ennadir Larbaoui, au Caire (République arabe d’Egypte)
— Farida Aiouaze, à Zaghreb (République de Croatie)
— Boudjemaâ Delmi, auprès de la mission permanente algérienne à Genève (Confédération suisse)
— Taous Feroukhi, à Madrid (Royaume d’Espagne)
— Ahmed Benyamina, à Rabat (Royaume du Maroc)
— Hocine Meghar, à Ottawa (Canada)
— Abdelkader Hadjar, à Tunis (République tunisienne) ;
— Lahssan Boufares, à Ankara (République de Turquie)

D’autres ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires concernées par ce décret présidentiel à savoir :

— Salah Attia, à Abou Dhabi (Etat des Emirats Arabes Unis)
— Abdelaziz Sebaâ, à Doha (Etat du Qatar)
— Nour-Eddine Sidi Abed, à Santiago (République du Chili)
— Belkacem Smaïli, à Abuja (République fédérale du Nigéria)
— Ahmed Bouziane, à Beyrouth (République libanaise)
— Mahieddine Djeffal, à Kinshasa (République démocratique du Congo)
— Abdelkader Mesdoua, à Paris (République française)
— Rabah Fassih, à Conakry (République de Guinée)
— Abdelkader Dehendi, à Budapest (République de Hongrie)
— Salah Boucha, à Damas (République arabe syrienne)
— Abd El Naceur Belaïd, à Prétoria (République d’Afrique du Sud)
— Smaïl Allaoua, à Moscou (Fédération de Russie)
— Fatiha Bouamrane, à Lisbonne (République du Portugal)
— Mohamed-Ziane Hasseni, à Bogota (République de Colombie).

Les consuls généraux cités dans le décret présidentiel du 18 Chaâbane 1441 correspondant au 12 avril 2020 .

— Abdelkrim Touahria, à Milan (République d’Italie)
— Rachid Belbaki, à Lille (République française)
—Abdelkrim Yamani à Bruxelles (Royaume de Belgique)
—Abdelmadjid Draia à Nantes (République française)
appelés à exercer d’autres fonctions.

— Brahim Younes, à Genève (Confédération suisse)
— Brahim Djeffal, à Frankfort (République fédérale d’Allemagne)
— Hamid Haraigue, à Vitry (République française) ;
— Mahmoud Massali, à Bobigny (République française)
admis à la retraite

—Mohamed Kebir Addou à Paris (République française)
— Houria Bouaraâra, à Starsbourg (République française)
— Abdelkader Kacimi El Hassani, à Djeddah (Royaume d’Arabie Saoudite)
— Nora Radji, à Barcelone (Royaume d’Espagne)
—Abdelkrim Serrai à Lyon ( République français)
—Mustapha Benayad Chérif à Tunis (République de tunisie)
— Abdelaziz Doudou, à Nanterre (République française)
— Amina Ladjal, à Besançon (République française)
— Linda Kahlouche, à Pontoise (République française)
— Kenza Benali, à Londres ( Royaume Uni de la Grande Bretagne et de l’Irlande du Nord)
— Hichem Kimouche, à Oudjda (Royaume du Maroc)
—à Nouadhibou (République islamique de Mauritanie)


Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Second report du procès en appel de Mahieddine Tahkout

Feriel Bouaziz

Published

on

© DR | Mahieddine Tahkout

La Cour d’Alger a décidé, mercredi, de renvoyer le procès en appel de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, prévu initialement le 21 octobre au 28 octobre.

L’affaire a été reportée, à la demande du collectif de défense afin que les nouveaux avocats constitués à défendre le prévenu aient accès au dossier.

Notons que l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout a été condamné en première instance à une peine de 16 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8.000.000 Da pour plusieurs chefs d’inculpation liées à la corruption dont “blanchiment d’argent”, “obtention d’indus privilèges”, “gaspillage de fonds publics”, “abus d’emploi” et “conflits d’intérêt”.

Poursuivis dans la même affaire, les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ont été condamnés, en première instance, à 10 ans de prison ferme.

D’autres hauts responsables sont poursuivis dans cette affaire dont l’ancien ministre de l’Industrie, Abdesslam Bouchouareb, qui lui a été condamné, par contumace, à 20 ans de prison ferme.

Rappelons par ailleurs, que Mahieddine Tahkout a été transféré, en août dernier, vers l’établissement carcéral de Babar dans la wilaya de Khenchela. Ahmed Ouyahia a, lui, été transféré à la prison d’Abadla dans la wilaya de Béchar tandis qu’Abdelmalek Sellal a été transféré à celle d’El Ménéa à Ghardaia.

Continue Reading

Politique

Deux femmes poignardées à Paris: Le Parquet ouvre une information judiciaire pour “violences volontaires”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Deux femmes musulmanes de la même famille ont été attaquées à l’arme blanches, dimanche 18 octobre 2020, aux pieds de la Tour Eiffel. Suite à l’attaque, le parquet de Paris a ouvert ce mercredi une une information judiciaire pour «violences volontaires» accompagnées de propos racistes.

Le parquet de Paris a ouvert mercredi 20 octobre une information judiciaire pour «violences volontaires» accompagnées de propos racistes, après l’attaque à l’arme blanche dimanche de deux femmes près de la Tour Eiffel à Paris, a rapporté l’AFP en citant le parquet de Paris.

L’attaque a eu lieu dimanche à 20h près de la Tour Eiffel. Les deux victimes sont âgées de 19 et 40 ans et l’une d’elles portait le voile.

L’agression a d’abord été relayée sur les réseaux sociaux mais a, par la suite, été confirmée dans un communiqué par la préfecture de police.

«Le 18 octobre, vers 20 heures, les policiers sont intervenus suite à un appel police-secours pour deux femmes blessées par arme blanche au Champ-de-Mars». Une enquête pour tentative d’homicide volontaire a été ouverte, a confirmé le parquet de Paris. «Cette agression ferait suite à un différend survenu entre quatre femmes à cause d’un chien non tenu en laisse», explique mardi la préfecture. Les faits ont été requalifiés en «violences volontaires» à l’issue des gardes à vue des deux suspectes.

Contactée par l’AFP, l’une des victimes confirme que l’origine de l’altercation est bien liée à la présence de chiens.

«On était en famille, cinq adultes et quatre enfants», raconte à l’AFP Kenza. Selon elle, sa sœur et sa cousine portaient alors un voile, mais pas elle.

«On marchait et il y avait des chiens qui s’approchaient de nous. Ma sœur a demandé à l’une des propriétaires, deux femmes, si elle pouvait faire en sorte que les chiens ne s’approchent pas des enfants», a relaté Kenza à l’AFP.

Après les avoir traités de “sales arabes”, l’une des deux femmes “s’approchait de ma sœur, c’est moi qui me suis interposée. Elle m’a mis un coup sur le dessus du crâne au niveau de l’oreille, je ne sais pas si c’était avec le couteau, puis elle m’a mis un coup de couteau au niveau de l’abdomen», poursuit-elle.

Me Arié Alimi, a annoncé à l’AFP un dépôt de plainte avec constitution de partie civile mercredi pour demander de requalifier l’enquête en «tentative de meurtre à raison de l’appartenance de la victime à une race ou à une religion déterminée», une qualification criminelle.

D’après cette plainte, les deux victimes sont âgées de 19 et 40 ans. La première a reçu trois coups par une arme blanche, la seconde six coups, dont un lui perforant le poumon. Cette seconde victime se trouve toujours à l’hôpital. 

Continue Reading

Politique

Affaire Haddad: le prononcé du jugement en appel fixé pour le 3 novembre

Feriel Bouaziz

Published

on

© DR |Le procès d'Ali Haddad et Mourad Oulmi reporté au 11 mai

La Cour d’Alger prononcera le verdict dans le dossier de l’homme d’affaires Ali Haddad, qui implique aussi des anciens hauts responsables notamment, Ahmed Ouyahia et Abdelmalak Sellal, le 3 novembre prochain, comme l’a déclaré hier soir le président de la Cour.

Ce procès s’est poursuivi pour le huitième et dernier jour avec les plaidoiries des avocats en défense des prévenus notamment Ali Haddad (le principal accusé) , des membres de sa famille, ainsi que des anciens directeurs des ports d’Alger, Jijel, Mostaganem et Bejaia.

Lors des plaidoiries, les avocats d’Ali Haddad ont exigé que leur client soit relaxé des accusations qui pèsent sur lui, et leur argument en faveur de cela était que ce dernier “avait mené des actions et des investissements conformément aux lois en vigueur”, réfutant que “leur client était impliqué dans le financement des partis politiques et de compagnes électorales”.

Le collectif d’avocats exige également la relaxe en faveur de Rabouh Haddad argumentant que celui-ci était “chef de l’équipe l’USMA l’époque, et n’a reprit la gestion du complexe de Haddad que pendant une période de deux mois à compter de mars 2019 après l’arrestation de son frère Ali”.

La défense a également demandé la relaxe des anciens directeurs généreux des ports d’Alger, Bejaia, Mostaganem et Jijel, “les actions dans lesquelles ceux-ci sont poursuivis ne relèvent pas du droit des marchés publics” en plus du fait que “l’autorité portuaire n’est pas soumise aux gestionnaires de port , mais plutôt au ministère”, ont-ils plaidé. 

Par ailleurs, la séance du matin a été consacrée aux plaidoiries du comité de défense de l’ancien ministre de l’industrie Mahjoub Bedda, où sa défense a souligné que son client, en sa qualité de ministre de l’industrie, “n’est pas responsable du comité d’évaluation technique dans le dossier d’installation automobile”, expliquant ainsi que “la décision technique a été agrée par toutes les autorités compétentes avant d’arriver au cabinet du ministre”.

Il est à noter que le procureur général près la Cour d’Alger avait demandé, dimanche dernier, de durcir les peines à l’encontre des anciens ministres de l’industrie Mehdjoub Bedda et Youcef Yousfi, à 2 ans de prison ferme assortis d’une amende de 500.000 DA chacun.

Pour rappel, le tribunal de Sidi M’hamed a condamné en juillet dernier à 18 ans de prison le principal accusé, Ali Haddad, assortis d’une amende de 8 millions avec confiscation de tous ses biens. Quant aux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ils ont été condamnés à 13 ans de prison et une amende d’un million de dinars chacun.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR