Accueil

Fermeture de Liberté: Ahmed Fattani accuse Rebrab et réclame «la propriété» du titre

Published

on

Le journal Liberté a disparu du paysage médiatique le 14 avril dernier. Moins d’une semaine après, un rebondissement non négligeable survient dans cette affaire de fermeture d’un quotidien de 30 ans, par Issad Rebrab. «Le titre Liberté m’appartient», a clamé lundi, Ahmed Fattani, directeur de publication du journal L’Expression, lors d’une conférence de presse organisée dans ses locaux.

Fondateur de Liberté en 1992, avec Ali Ouafek et Hacène Ouandjeli, le journaliste accuse l’homme d’affaires, Issad Rebrab, d’avoir anticipé la fermeture après avoir perdu la bataille juridique. Rebrab «a menti aux journalistes et travailleurs de Liberté et à l’opinion nationale», estime Fattani qui s’interroge «pourquoi n’a-t-il (Rebrab, NDLR) pas évoqué la décision de la justice ?»

En effet, le 8 mars 2022, le tribunal de Chéraga «a invalidé» une réunion tenue à Paris, en janvier 1995, entre Fattani, Ouafek, Ouandjeli t Rebrab, à l’issue de laquelle ce dernier s’est approprié le journal. Depuis, Fattani actionnaire minoritaire de Liberté, livre à Rebrab une bataille judiciaire.  Maitre Nadjib Bitam qui l’accompagne est affirmatif: «Aux yeux de la loi, le seul propriétaire de Liberté est bien Ahmed Fattani» au nom de qui, le titre est enregistré au niveau de l’Institut national algérien de la propriété intellectuelle (Inapi).

L’agrément au nom de Fattani

Certes le jugement est de première instance. Mais l’avocat et son client ne perdent pas espoir de remporter la batille qui reste à la Cour pour avoir un jugement définitif. Si tel sera le cas, l’histoire de Liberté continuera et sa fermeture par Rebrab ne sera qu’une parenthèse ouverte, vite refermée.

Le 14 avril dernier, dans une déclaration publiée à la dernière édition du journal, Issad Rebrab a expliqué les raisons de sa surprenante décision. Il avait évoqué «le souhait légitime» de ses héritiers et les difficultés financières que traverse Liberté.

Comments
Quitter la version mobile