Connect with us

Politique

Evoqué indirectement par Tebboune : Ali Haddad risque-t-il un nouveau procès

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR | Ali Haddad, PDG de l'ETRHB et ancien président du FCE

Le patron du groupe ETRHB et ancien président du FCE, Ali Haddad, condamné récemment à 18 ans de prison ferme, risque-t-il une nouvelle poursuite. Le contrat signé, en son nom, avec un cabinet de lobbying américain pour un montant de 10 million de dollars et qui court jusqu’en 2021 pourrait lui valoir un nouveau procès.


C’est du moins ce qu’a laissé entendre, aujourd’hui le président Abdelmadjid Tebboune, dans un discours prononcé à l’ouverture de la réunion gouvernement-walis. « Ils sont en prison, et leurs millions de dollars sont distribués à l’étranger. Qui a donné les ordres ? Qui a sorti ces millions de dollars ? Le peuple doit savoir », lance-t-il, précisant que l’époque « où les responsables sont désignés par téléphone, avec des sacs d’argent et durant la nuit est complètement révolue ».

Abdelmadjid Tebboune charge, dans ce sens, la « 3issaba (bande) qui, selon lui, tente de revenir au devant avec force en « exploitant la détresse des citoyens, qu’ils continuent d’acheter avec l’argent sale pour semer des troubles dans le pays ».

Pour rappel, le parquet d’Alger avait annoncé, la semaine dernière, l’ouverture d’une enquête préliminaire suite aux informations relayées par certains titres nationaux au sujet de ce contrat.

« Suite aux informations relayées par certains titres nationaux au sujet d’un contrat conclu par des représentants du prévenu Haddad Ali avec une société américaine d’un montant de 10 millions de dollars, et en application des dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale, le parquet général près la Cour d’Alger informe l’opinion publique de l’ouverture d’une enquête préliminaire sur cette affaire pour déterminer les circonstances de conclusion de ce marché et en définir le véritable objectif » , lit-on dans le communiqué du parquet.

Hier, le Président du bureau américain de lobbying Sonoran Policy Group (SPG), Robert Stryk, engagé par l’homme d’affaire Ali Haddad est sorti de son silence. Il affirme qu’il « ne connaissait pas la situation en Algérie» et qu’il a été engagé par Ali Haddad dans le but de « le blanchir de tous les faits de corruption, de le présenter comme ‘une victime de sa réussite’ et de le faire libérer sous la pression américaine».

Robert Stryk précise aussi qu’il a été engagé par les associés d’Ali Haddad, sans citer de noms et ni préciser le montant qu’il a empoché pour défendre l’ex-président du Forum des chefs d’entreprise. « Tous les fonds promis à SPG proviennent des amis de ce dernier. Ils ne proviennent ni de la France, ni de l’Espagne, ni de l’Algérie. Haddad ne me connaît pas. Il n’a promis aucun fonds ni à moi ni à mes compagnies », souligne-t-il.

Le président de SPG, ajoute-t-il, sait très bien que «la justice algérienne vient d’ouvrir une enquête sur cette affaire de bureau de lobbying, auquel a fait appel Ali Haddad, à travers sa proche conseillère de Paris, et qu’une commission rogatoire est sur le point d’être délivrée aux autorités judiciaires françaises ».

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR