Connect with us

Politique

Enorme aveu d’Ahmed Ouyahia: « J’ai reçu des lingots d’or des émirs du golfe que j’ai vendus au marché noir »

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR |
© DR | Ahmed Ouyahia, ancien premier ministre

Le nouveau procès en appel des deux affaires de montage automobile et de financement occulte de la campagne électorale du 5ème mandat avorté d’Abdelaziz Bouteflika n’est pas exempt de surprises. Auditionné par le juge près la Cour d’Alger qui l’a interrogé à nouveau sur l’origine des 30 milliards de centimes retrouvés dans son compte bancaires, l’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia, fait un aveu inattendu.

Il affirme avoir reçu des lingots d’or offerts par des émirs du golfe qui viennent chasser dans le sud Algérien. Ces « précieux cadeaux », a-t-il ajouté, ont été vendu au marché noir pour la somme rondelette de 350 millions de DA.

« J’ai reçu ces lingots d’or de la part des émirs du golfe qui viennent chasser en Algérie, comme tous les responsables. Je les ai proposés à la banque d’Algérie qui avait refusé de les prendre. Je les ai alors vendus au marché noir pour 350 millions de DA », dit-il, affirmant avoir informé le procureur général de cette affaire.

Lors du procès en première instance au tribunal de Sidi M’Hamed en décembre 2019 et à l’occasion du premier procès en appel, en mars 2020, Ahmed Ouyahia avait toujours refusé de justifier la provenance de son argent. Il avait justifié la non déclaration de cette somme par le fait qu’il « subissait des soins après avoir été atteint de cancer en 2017 ».

Pour rappel, ce nouveau procès a été programmé suite à la décision de la Cour suprême qui avait renvoyé le dossier à la Cour pour un nouveau jugement, avec une nouvelle composante du tribunal. Ce procès s’est ouvert, ce samedi, en présence des accusés : Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, les trois anciens ministres de l’Industrie, Youcef Yousfi, Mahdjoub Bedda et Abdesselam Bouchouareb et le ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane.

Les propriétaires des usines de montage, Hassane Larbaoui et Mohamed Bairi, et l’ancien président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad sont aussi concernés par ce dossier.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR