Suivez-nous

Economie

En hausse de 34,81% : Le déficit de la balance commerciale se creuse davantage

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Restrictions à l’import : le déficit commercial ne baisse que grâce au pétrole
© DR |Le déficit de la balance commerciale se creuse

Le déficit de la balance commerciale de l’Algérie continue de se creuser. Selon les statistiques, rendues publiques aujourd’hui par la direction générale des Douanes (DGD), il s’est établi, en 2019, à 6,11 milliards de dollars, contre un déficit de 4,53 milliards de dollars en 2018, soit une hausse annuelle de 34,81%.

Cela s’explique par la différence importante entre les revenus des exportations algériennes sur l’année précédente et le montant des importations durant la même période. Selon la DGD, les exportations algériennes ont atteint 35,82 milliards de dollars (mds usd) en 2019, contre 41,79 mds usd en 2018, enregistrant une baisse de 14,29%.

Certes, la facture des importations a sensiblement baissé, mais l’économie nationale souffre de sa dépendance des hydrocarbures, dont les prix ont connu une chute sensible. Les importations, explique la même source, ont, pour leur part, totalisé 41,93 mds usd, contre 46,33 mds usd, en baisse de 9,49%.

 En 2019, les exportations ont ainsi assuré la couverture des importations à hauteur de 85,43%, contre 90,22% en 2018. « Les hydrocarbures ont représenté l’essentiel des exportations algériennes l’année dernière, soit 92,80% du volume global des exportations, en   s’établissant ainsi à 33,24 mds usd, contre 38,87 mds usd, en 2018, enregistrant un recul de 14,48% », note encore la DGD.

Faible volume des exportations hors hydrocarbure

Parallèlement au recul des recettes des hydrocarbures, celles des exportations hors hydrocarbure ne décollent pas. Les revenus en dehors de l’Or noir restent toujours marginaux, avec 2,58 mds usd, ce qui représente 7,20% du volume global des exportations.

Ils ont même régressé de 11,80% par rapport à 2018, où ils étaient de 2,92 milliards de dollars. Les exportations hors hydrocarbures étaient composées des demi-produits,   avec 1,95 md usd contre 2,33 md usd, en baisse de (6,21%), des biens alimentaires avec 407,86 millions usd contre 373,77 millions usd (+9,12%) et des biens d’équipement industriels avec 82,97 millions usd contre 90,1   millions usd (-7,92%).

Pour combler ce déficit, l’Etat continue de puiser dans les réserves de change, dont le volume a aussi fondu. Cette situation augure, en tout cas, des lendemains sombres pour l’économie algérienne. L’on se demande d’ailleurs quelle sera la recette du gouvernement pour éviter un retour rapide à l’endettement extérieur à court terme.

Economie

Algérie Télécom a un nouveau président du Conseil d’administration

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR |Algérie Télécom; l'entreprise publique algérienne de télécommunications.

Un nouveau président du Conseil d’administration et un nouveau directeur général par intérim ont été nommés au sein d’Algérie télécom. Il s’agit respectivement de Hamid Bessalah et Mounir Djaouahe a annoncé hier, jeudi le ministère de la de la Poste et des Télécommunications dans un communiqué rapporté par la Radio Algérienne.

Cette désignation, précise le communiqué, entre dans le cadre du renouvellement des membres du Conseil d’administration de l’entreprise publique économique sous tutelle du secteur de la poste et des télécommunications.

Selon la même source, Hamid Bessalah a occupé le poste de ministre de la Poste et des télécommunications et de directeur du Centre de Développement des Technologies Avancées (CDTA), outre d’autres hautes fonctions de l’Etat.

Mounir Djaouaher est détenteur d’un diplôme de post-graduation en gestion des entreprises et des sciences commerciales et est conseiller formateur, jouissant de plusieurs années d’expérience en matière de gestion, informe le communiqué

“La compétence et la grande expérience de M.Hamid Bessalah ainsi que le dynamisme et la créativité d’un jeune cadre de l’entreprise permettront de donner un nouveau souffle au développement des télécommunications en Algérie”, souligne le communiqué.

Lire la suite

Economie

Covid-19 : Le Groupe Sonatrach en “état d’alerte maximale”

Avatar

Publié

le

Par

Hydrocarbures : Sonatrach explore du pétrole dans le Nord

Le Président directeur général (P-dg) du Groupe “Sonatrach”, Toufik Hakkar a affirmé que la direction générale du groupe était “en état d’alerte maximale” contre la pandémie du coronavirus, indiquant que “l’entreprise travaille avec discernement même si elle est parfois appelée à durcir les procédures pour protéger la santé de ses employés et contribuer aux efforts nationaux consentis pour protéger la santé publique.

“En cette circonstance sanitaire difficile que traverse notre pays, à l’instar de tous les pays du monde, en raison de la propagation du coronavirus (Covid-19), déclarée comme pandémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), je tiens à m’adresser à l’ensemble de nos travailleuses et travailleurs”, lit-on dans le message adressé par le P-dg du groupe à l’ensemble des travailleuses et des travailleurs à propos du renforcement des mesures de sensibilisation et de prévention contre le Covide-19, et publié sur la page Facebook de Sonatrach.

Il a également ajouté que “même si la contamination en Algérie reste relativement modérée, cela n’a pas empêché Sonatrach de prendre, dès le début, toutes les mesures préventives nécessaires en application des directives et recommandations des autorités sanitaires nationales”.

Depuis l’apparition des premiers cas en Algérie, précise M. Hakkar, “nous avons suspendu les voyages des étrangers envers nos installations et procédé à la prise d’une série de mesures préventives sur le terrain”.

Ces mesures consistent en l’intensification des opérations de nettoyage et de désinfection au niveau de tous les sites, la mise en place de gels hydro-alcooliques à l’accès des bases, et l’obligation pour les agents de nettoyage de porter des tenues de sécurité.

La direction générale a veillé à la continuité de la production en préservant uniquement les employés principaux, soit au niveau des unités opérationnelles ou des sièges de l’administration et à l’arrêt des permanences dans les unités du Sud.

Le Groupe Sonatrach a en outre procédé à la restriction d’accès aux unités et bases de vie, la fermeture des réfectoires pour les remplacer par d’autres, demandant aux personnels qui ont des congés de les prendre sans toucher au fonctionnement des structures où ils travaillent.

La direction générale a également suspendu tous les stages au niveau de la direction et l’unité de travail jusqu’à nouvel ordre, décidant la réduction des réunions pour se limiter uniquement aux réunions principales.

La Sonatrach a interdit les visites spéciales aux sièges du travail, appelant les structures de l’administration générale et des unités opérationnelles à informer la direction de la sécurité interne de planifier les visites, d’allonger la pause déjeuner.

Les départements supervisant les entreprises de construction ont été également invités à étudier la possibilité de réduire la main d’œuvre ou de suspendre les chantiers temporairement.

Le P-DG de la compagnie nationale des hydrocarbures a exhorté l’ensemble des travailleurs à faire preuve de vigilance, à rester mobilisés et à faire confiance à l’efficacité des mesures prises pour contrer toute éventuelle évolution.

Saluant le rôle sensible des départements de la santé, de l’administration et de la sécurité de la Sonatrach, ainsi que la mission des fonctionnaires et cadres du secteur de la Santé, M. Hakkar a estimé que ces responsables “sont appelés à se serrer les coudes pour rehausser l’efficacité des interventions et faire face aux retentissements de cette situation épidémiologique”.

Face à cette conjoncture critique que “nul ne peut nier”, M. Hakkar a invité les travailleurs à avoir le sens du devoir et l’esprit patriotique en réduisant au maximum les risques de contamination. Une démarche qui ne saurait se concrétiser, a-t-il poursuivi, sans le recours à la discipline, collective et individuelle, au calme et à l’assiduité, mais avant tout, “au respect impératif par chacun de nous aux recommandations et consignes des autorités sanitaires, seules habilitées à nous renseigner sur les pratiques à entreprendre en cette conjoncture et aux éventuels risques de l’évolution du virus”.

A noter que la Sonatrach a pris, dimanche, une batterie de mesures préventives pour juguler le Cornavirus, à l’instar de “la mise en congé spécial payé” des femmes travailleuses, à l’exception de celles activant dans le médical, des femmes enceintes et de tous les travailleurs souffrant de maladie chronique, et le renforcement du plan de communication et de sensibilisation au niveau des unités du complexe”, a appris l’APS d’une source responsable.

Lire la suite

Economie

Coronavirus : Cevital affirme que ses produits seront disponibles, sans augmentation des prix

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | le groupe cevital rassure que ses produits seront disponibles

Flambée des prix, forte demande et grande affluence sur les produits alimentaires, face à ses agitations que connait le marché à cause de la propagation du coronavirus, Cevital a rassuré ses consommateurs que ses produits seront disponibles et sans aucune augmentation.

“Dans le contexte de la crise du coronavirus que traverse l’Algérie, nous tenons à rassurer l’ensemble de nos concitoyens de la disponibilités en quantités suffisantes de nos différents produits, notamment les huiles et le sucre, sans aucune augmentation de prix”, rassur le groupe Cevital dans un communiqué.

“En n plus des stocks importants réservés aux cas de fortes demandes, notre usine de Bejaia continue à fonctionner à pleine capacité. Sa production à elle seule couvre les besoins du marché algérien à 200% . Cela sans compter les volumes produits par les trois autres opérateurs qui permettent de couvrir 100% des besoins de notre marché”, poursuit le communiqué.

Concernant la distribution de leurs produits alimentaire sur le territoire national, Cevital assure que “tous nos moyens logistiques sont déployés pour assurer l’acheminement de nos produits à travers le tout territoire algérien”.

“A l’instar de toutes les forces vives de la nation, nous sommes pleinement mobilisés pour aider notre pays à surmonter cette épreuve et en sortir victorieux” affirme le groupe.

Dans le même contexte, le Président du Groupe Cevital, Issad Rebreb,  s’est dit disponible à apporter sa contribution dans la lutte contre la crise provoquée par la propagation du  Covid-19, dans le pays.

«L’Algérie traverse des moments difficiles en raison de l’épidémie du Covid-19. Le Groupe Cevital est prêt à apporter sa contribution aux efforts consacrés à la lutte contre cette crise que connaît notre pays», a indiqué le président du groupe Isaad Rebreb, dans un post diffusé sur les réseaux sociaux hier, 18 mars.

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR