Connect with us

Politique

En colère, les avocats intensifient les actions de contestation

Published

on

Les avocats du barreau d’Alger ont décidé d’organiser un nouveau mouvement de protestation pour contester les « harcèlements » qui pèsent sur le métier et « menace son autonomie ». Une marche protestataire sera organisée le dimanche 28 novembre tandis que le travail judiciaire sera paralysé pendant deux jours.

Dans un communiqué signé par son bâtonnier, Abdelmadjid Sellini, le bâtonnat d’Alger indique que le conseil s’est réuni « de façon urgente » le 23 novembre pour débattre des derniers événements. Le centre du débat, dit le communiqué, a été la programmation de l’audience de la non-constitutionnalité de l’article 24 de la loi 13-7 portant organisation de la profession d’avocat « qui a été la première affaire exposée à la Cour suprême après l’installation de sa nouvelle composante ».

Les avocats disent avoir débattu également de l’adoption de « la loi de finances pour l’année 2022 » qui a « a égalisé l’avocat au commerçant sans prendre en compte la contribution des avocats dans le bon déroulement de la Justice ».

Jugeant que « ce climat extrêmement dangereux menace l’existence du métier » et « laisse comprendre une volonté de restreindre les conditions de sa pratique et confisquer son autonomie », les avocats d’Alger ont décidé de protester.

En effet, à travers ledit document, le barreau d’Alger a préavisé d’une grève qui paralysera le travail judiciaire le jeudi 25 novembre et le dimanche 28 novembre. Ce mouvement de protestation visera la Cour d’Alger et les institutions judiciaires qui lui sont affiliées notamment les établissements pénitentiaires, et ce, »à l’exception des délais ».

Les robes noires d’Alger prévoient aussi « un boycott ouvert » du tribunal criminel, du tribunal des mineurs et « toute sorte d’aide judiciaire ».

Une grande marche à Alger

Pour faire entendre leur voix, les avocats du barreau d’Alger ont aussi décidé d’envahir les rues afin d’organiser un sit-in et une marche.

Le sit-in aura lieu, détaille le communiqué, le jeudi 25 novembre devant le tribunal de Sidi M’hamed. La marche est, elle, programmée pour le dimanche 28 novembre. Le cortège de robes noires s’ébranlera de la Cour suprême et s’arrêtera devant la Cour constitutionnelle, précise le document.

Appelant « ses consœurs et confrères » à se joindre au mouvement « afin de préserver l’indépendance de leur métier et de préserver ses intérêts », le bâtonnat précise que l’Union nationale des avocats se réunira le samedi 27 novembre. 











Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR