Connect with us

Politique

Emmanuel Macron demande pardon aux Harkis au nom de la France

Published

on

Le président français, Emmanuel Macron, a demandé pardon aux harkis, au nom de la France annonçant un projet de loi de « reconnaissance et de réparation à l’égard de ces anciens combattants aux côtés de l’armée française durant la guerre d’Algérie« , a rapporté ce lundi l’agence AFP.

Le chef d’État français a présidé ce matin à l’Élysée une réception avec quelques 300 harkis, des combattants algériens ayant aidé l’armée française durant la guerre de libération algérienne, accompagnés de leurs descendants, des responsables d’associations et des personnalités.

Lors de cette réunion, Emmanuel Macron leur a demandé pardon au nom de la France pour leur avoir « tourné le dos » et a annoncé une loi de « reconnaissance et de réparation« .

Lors d’un discours, le président Emmanuel Macron a précisé que son gouvernement «  portera avant la fin de l’année un projet visant à inscrire dans le marbre de nos lois la reconnaissance et la réparation à l’égard des harkis ».

Et d’ajouter : « Aux combattants, je veux dire notre reconnaissance ; nous n’oublierons pas, La France a manqué à ses devoirs envers les harkis, leurs femmes, leurs enfants ».

Le chef de l’État a indiqué que le nombre des algériens ayant porté les couleurs de la France contre leur pays durant la guerre de libération nationale est de 200 000. Ces personnes avaient rendu « d’imminents services« , a-t-il affirmé.

« Ce fut le terrible sort des harkis »

D’après Emmanuel Macron, l’accueil de ces combattants en France à la fin du conflit « ne fut pas digne » puisque la moitié d’entre eux furent « parqués dans des camps ».

« Ce fut le terrible sort des harkis, exclus, assujettis, empêchés, français toujours, bannis de leur sol natal, bafoués sur leur sol d’accueil », a indiqué le chef d’Etat dans son discours ajoutant que « pour eux et leurs familles, ce fut un abandon ». « La France leur a lâché la main et leur a tourné le dos », a-t-il ajouté.

A cet égard, l’ancien président français François Hollande avait reconnu en 2016 « les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des Harkis », affirmant que « l’histoire des Harkis, c’est une histoire de Français et c’est l’histoire des Français ; c’est dans cet état d’esprit qu’il faut aborder ce nouveau chapitre ».

Ce discours et ces annonces interviennent cinq jours avant la journée nationale d’hommage aux harkis, qui est célébrée tous les 25 septembre depuis 2003, notamment dans le sud de la France où ils sont très présents.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR