Connect with us

Politique

Election présidentielle : Abdelmadjid Tebboune, un président déjà affaibli

La présidentielle de jeudi dernier n’a rien réglé. Elle n’a fait qu’accentuer le fossé séparant le mouvement populaire qui réclame un réel changement des tenants du pouvoir réel, plus que jamais isolés.

Melissa NAIT ALI

Published

on

© INTERLIGNES | 43e vendredi du Hirak qui a coïncidé avec l'élection de Abdelmadjid Tebboune
© INTERLIGNES | 43e vendredi du Hirak qui a coïncidé avec l'élection de Abdelmadjid Tebboune

Plus de 60% des électeurs, selon des chiffres officiels communiqués aujourd’hui par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), ont boudé les urnes. Une victoire pour le Hirak qui prouve, ainsi, qu’il est majoritaire, mais dont la volonté n’a pas été respectée par les artisans de cette élection.

En effet, le président déclaré élu, Abdelmadjid Tebboune, a obtenu moins de 10% des voix du corps électoral, soit 4,9 millions sur les 8,5 millions d’électeurs qui se sont exprimées. Un handicap de taille pour le nouveau président qui fera, et pendant longtemps, d’une grave crise de légitimité. C’est un président affaibli qui sera investi dans les prochains jours à la tête de l’Etat.

Ce dernier aura ainsi beaucoup de mal à convaincre la majorité des algériens qui ont rejeté, massivement, cette élection et qui sont sortis, aujourd’hui, aussi massivement pour lui dire « qu’il ne les représente pas ». Du jamais vu dans l’histoire de l’Algérie. Même les supporters du candidat n’ont pas exprimé, jusqu’à présent, leur joie après « cette victoire ». 

Des milliers de personnes ont envahi les rues d’Alger, au moment même où le président de l’ANIE annonçait les résultats préliminaires du scrutin de jeudi, ainsi que ceux de plusieurs autres villes du pays, pour dénoncer « cette mascarade ».

Ils étaient, effectivement, des milliers de personnes à brandir, à nouveau, le carton rouge face au régime en place, qui n’a finalement rien changé à sa stratégie de « fabrication » des présidents. Dans la Capitale, la manifestation a drainé des foules immenses qui se sont ébranlées de différents quartiers d’Alger en direction d’Alger-centre, lieu de convergence de tous les manifestants.

Ils reprennent les mêmes slogans opposés à « l’Etat militaire » et réclament le départ de tous les symboles du système, dont Abdelmadjid Tebboune qui était ministre et premier ministre du président déchu, Abdelaziz Bouteflika. Les protestataires ont également rendu hommage à la Kabylie qui a carrément empêché la tenue de cette élection. « Y a leqbayel, bravo 3likoum wa el djazair teftakhar bikoum (bravo les kabyles, l’Algérie est fière de vous) », lancent les manifestants.

Idem qu’à Alger, la mobilisation était tout aussi record à Annaba, à Constantine, à Jijel, à Tizi Ouzou, à Bouira et à Bejaia. Toujours avec la même détermination, les protestataires affirment dans ces villes ne pas céder au fait accompli du pouvoir en place qui se réjouit de la tenue de son élection, malgré le rejet populaire.

Contrairement aux villes citées où tout s’est déroulé dans le calme et le pacifisme absolu, dans l’Ouest du pays et selon des témoins, les forces de l’ordre ont violemment réprimé les marches organisées à Oran, à Sidi Belabbès et à Aïn Témouchent. Dans ces villes, selon ces témoins, plusieurs arrestations ont été opérées parmi les manifestants pour empêcher le déroulement des marches hebdomadaires habituelles du Hirak.

A Tlemcen, les manifestants ont réussi à tenir leur marche dans l’après-midi et ont dénoncé l’organisation de cette élection. En tout cas, la tension politique risque de s’accentuer encore davantage dans les jours à venir. Le nouveau président devra négocier avec la majorité et tenter d’absorber sa colère. L’acte II du Hirak a commencé

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR