Connect with us

Société

Enseignement supérieur : Abdelhafid Milat exclut l’éventualité d’une année blanche

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | le coordinateur national du CNES, Abdelhafid Milat

Lors de son passage ce mardi à l’émission “l’invité du matin” à la radio chaîne 1, le coordinateur national du Conseil national des enseignants du Supérieur, Abdelhafid Milat, a exclu l’éventualité d’une année blanche compte tenu du taux d’avancement des cours.

Abdelhafid Milat a affirmé que le retour des étudiants à l’université dépend de l’évolution de la situation sanitaire dans le pays et que la dernière décision revient au Président Abdelmadjid Tebboune. 

En affirmant que le Conseil national des enseignants du supérieur n’acceptera pas de seulement prendre en compte la moyenne du premier semestre en annulant le deuxième, le coordinateur du CNES a suggéré la date du 15 mai pour la reprise des cours. Dans le cas où la mesure de confinement sera reconduite pour une période supplémentaire, il a suggéré de retarder la date de la reprise à septembre prochain. 

Dans ce sens, Abdelhafid Milat a proposé à ce que le retour aux campus se fasse en trois étapes dans le but d’éviter une surpopulation et le risque qu’elle comporte. 

S’agissant des mémoires de fin d’études, Abdelhafid Milat a proposé de se contenter de les envoyer aux commissions concernées pour les évaluer, en ce qui concerne les étudiants de licence et master.

Cependant, les thèses de doctorat doivent être débattues lors d’une séance à huit clos qui réunira seulement le chercheur, le prof encadreur et la commission d’évaluation sans la présence des invités, a suggéré Abdelhafid Milat.  


Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR