Èducation : l’étau se resserre autours de la ministre

La ministre de l’Education nationale, Nouria Banghabrit, est prête à discuter avec les syndicalistes du Cnapeste. Mais elle pose une condition : la reprise des cours.

Crédit photo : DR | La ministre de l’Education nationale, Nouria Banghabrit

Des enseignants ont observé aujourd’hui une journée de grève en solidarité avec leurs camarades grévistes. Dans plusieurs établissements de la capitale, des enseignants ont refusé hier de donner leurs cours. « Nous sommes solidaires avec nos camarades, nous ne sommes pas dans le même syndicats, mais la radiation a été la ligne rouge à ne pas franchir », souligne un enseignant d’un lycée situé à Alger-centre.

Des lycées de Kouba, de Belouizdad et du 1 er mai de la wilaya d’Alger ont adhéré à ce mouvement de solidarité. Les enseignants appellent à la levée des sanctions contre leurs collègues et appellent la tutelle à trouver une issue pour éviter le pourrissement.

Le Cnapeste organise aujourd’hui les conseils locaux, en vue de la tenue d’un conseil national demain pour décider de la suite à donner à son mouvement de protestation. La grève enclenchée le 27 novembre à Blida et à Bejaia et depuis le 30 janvier à l’échelle nationale est déclarée « illégale » par la justice.

Des ponctions sur salaires et des radiations de la fonction publique sont les sanctions décrétées. Le ministère conditionne la reprise des pourparlers par le gel du mouvement de protestation.

Mégabannière (728x90)