Connect with us

Politique

Education : Rencontres et propositions pour sauver l’année scolaire 2019-2020

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a tenu ce mardi à Alger une rencontre de concertation avec des syndicats agréés du secteur de l’éducation “afin de réfléchir et débattre de toutes les mesures envisageables” concernant les cours du troisième trimestre et l’organisation des examens nationaux.

“Nous sommes là pour écouter toutes les propositions et je suis convaincu que nous parviendrons, après parachèvement des concertations avec tous les partenaires, à des résultats satisfaisants pour les élèves et les parents et rassurants pour tous les membres de la famille éducative”, a déclaré le ministre lors de cette réunion.

“L’objectif de cette réunion est de réfléchir et de débattre de toutes les mesures envisageables pour ce qui reste de cette année scolaire concernant les cours et l’organisation des examens nationaux, en fonction du taux d’avancement dans l’application des programmes dans les trois cycles de l’enseignement, et ce en cas de prolongation du confinement ou en cas de déconfinement”, a-t-il expliqué.

“L’année scolaire 2019-2020 ne sera pas déclarée blanche, au vu du taux d’avancement dans l’application des programmes, tous cycles confondus, jusqu’au 12 mars 2020, d’une part, et la période restante du 3e trimestre, fixée entre quatre et cinq semaines de cours effectifs au maximum, d’autre part », a rappelé Mohamed Ouadjaout.

La réunion, a regroupé des représentants de la Fédération nationale des travailleurs de l’éducation (FNTE), de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF), du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (CNAPESTE), du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST) , du Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE), du Syndicat national des corps communs et des ouvriers professionnels de l’éducation nationale (SNCCOPEN),du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), ainsi que du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement primaire (SNAPEP).

Le président de l’Union nationale des personnels de l’enseignement et de la formation (Unpef) , Sadek Dziri, a de son coté fait part des propositions de six syndicats réunis hier par visio-conférence, lors de son passage à la Chaîne Une de la Radio nationale. Cette série de propositions vise à sauver l’année scolaire 2019-2020, suspendue dans le cadre des mesures préventives pour endiguer la propagation du coronavirus.

Pour commencer, le président de l’Unpef a déclaré que six syndicats nationaux, réunis hier par visio-conférence, écartent le retour des élèves à l’école après le 15 mai. Pour eux, la décision de prolonger le confinement jusqu’au 15 mai rend impossible le retour des élèves à l’école. Cette date marque pratiquement la fin de l’année scolaire, a-t-il fait remarqué.

Dans ce sens, ces syndicats proposent de sauver l’année scolaire en comptabilisant les moyennes du 1er et 2e trimestre pour toutes les classes jusqu’en deuxième année secondaire.

En ce qui concerne les classes d’examens, les syndicats proposent de comptabiliser les moyennes des deux premiers trimestres pour passer en classe supérieure, dans le cas où il sera impossible d’organiser l’examen du 5e année et le BEM.

En outre, Sadek Dziri informe qu’ils ont proposé de rabaisser les moyennes de passage à 4.5 au lieu de 5 pour les élèves de 5e année et à 9 au lieu de 10 pour les élèves de 4e année moyenne.

En ce qui concerne l’examen du BAC Sadek Dziri, explique que les syndicats de l’Education ont proposé de le repousser à la mi-septembre prochain.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR