Éducation : le rattrapage du retard dans le programme est-il «impossible »?

Éducation : le rattrapage du retard dans le programme est-il « impossible »

Crédit photo : DR | Nouria Benghabrit, ministre de l'éducation en Algérie

« Le plan anti grève de Benghabrit est insuffisant » Même si le spectre de l’année blanche est totalement écarté avec le plan de recrutement de remplaçants des enseignants grévistes, des inquiétudes pèsent sur l’efficacité du plan.

La fermeté du ton utilisé par le gouvernement estimant que le conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) n’a, semble-t-il, pas eu l‘effet escompté, puisque la grève du Cnapeste déclenchée depuis le 27 novembre à Blida et à Béjaia et du 30 janvier dernier à l’échelle nationale se poursuit toujours.

Impossible

Le ministre du travail, estimant que le Cnapeste a franchi les « lignes rouges » a proféré des menaces à peine voilées sur le sort de l’action « illégale » de ce syndicat. Celles-ci d’ajoutant aux sanctions décrétées par le département de Nouria Benghabrit avec la radiation de plus de 500 enseignants sont ainsi ignorées par les grévistes qui campent sur leur positions. Les parents d’élèves qui dénoncent le syndicat « qui a pris en otage la scolarité de nos enfants », expriment leur inquiétude face à « l’impossibilité de récupérer le retard découlant de la grève » . L’association nationale des parents d’élèves estimant que le retard accusé à Blida « est énorme » , et  « sera difficile, voire impossible à récupérer dans cette wilaya », selon Khaled Ahmed, président de ladite association que nous avons contacté hier.

Mauvaise qualité

Une marche est programmée pour cet après midi à partir de la direction de l’éducation de Blida vers le siège de la wilaya et le palais de la justice, afin de dénoncer « l’entêtement du Cnapeste qui entrave le droit à la scolarité de nos enfants », selon le même représentant des parents d’élèves. Les mesures d’urgence lancées par le ministère de l’éducation, consistant en le remplacement des enseignants grévistes par des contractuels et en réaménagement des emplois du temps seront insuffisantes : « nos enfants seront privés de leurs vacances du printemps, et seront appelés à se rendre à l’école les samedis et mardis après midi, avec le risque d’épuisement qu’ils encourent et la mauvaise qualité des cours qui seront réduit au bourrage», dénonce M.Khaled.

Sous la pression

Les parents d’élèves rappellent qu’au niveau des établissements de la wilaya de Blida, les évaluations du premier trimestre ne sont pas encore faites. « Aucun plan de rattrapage ne sera à la hauteur pour récupérer le retard », s’inquiètent-t-ils. Le remplacement des enseignants grévistes s’est fait au niveau des établissements concernés « il y a cependant des enseignants sollicités qui n’ont pas encore rejoint leur postes, mais l’opération est administrativement réglée », rassure-t-on au niveau du ministère de l’éducation. Pour rappel, Le Cnapeste, exige la concrétisation des procès verbaux signés par les directeurs de l’Education de Blida et de Béjaïa. Ces procès verbaux sont relatifs au droit de mobilité. La ministre de l’éducation estime que ces procès verbaux ne sont pas conformes à la réglementation, et « ont été signés sous la pression du syndicat », avait révélé la ministre de l’éducation dans une déclaration récente.

Mégabannière (728x90)