Connect with us

Economie

Economie : « on efface tout et on recommence » en guise de stratégie

Melissa NAIT ALI

Published

on

La facture d'importation des collections CKD destinées à l'industrie de montage des véhicules de tourisme a atteint près de 3 milliards de dollars en 2018 contre 1,67 milliard de dollars en 2017, a appris l'APS auprès du Centre national des transmissions et du système d'information des Douanes (Cntsid).
© DR | Usine de montage de vopitures Algérie

Fermeture des usines de montage automobile, suppression des importations des kits SKD-CKD menaçant l’existence même de l’embryon industriel existant et rejet de tout ce qui a été mis en place par les gouvernements dits de la « issaba » (la bande)… Le pouvoir en place, dans une tentative de prouver à l’opinion qu’il « est capable » de changer l’ordre établi précédemment, veut « jeter le bébé avec l’eau de bain ».

Effacer tout pour engager un éternel recommencement. C’est du moins ce que l’on peut déduire, des déclarations et des décisions du président Abdelmadjid Tebboune et des membres du gouvernement d’Abdelaziz Djerrad.

A chacune de leurs sorties, de mesures sont annoncées. Et elles inquiètent plus qu’elles ne rassurent. La première mesure concerne d’abord la suspension de l’importation des kits SKD-CKD pour les usines de montage automobile.

Sous le prétexte, justifié ou non, d’absence de valeur ajoutée de ces unités de montage appartenant à des hommes d’affaires, actuellement en détention, le nouvel exécutif envisage visiblement d’enterrer toute cette industrie.

Mais sans tenir comptes des investissements engagés depuis plus de quatre ans et des emplois qui seront définitivement perdus, propulsant ainsi des centaines de milliers de personnes au chômage. « C’est tout le tissu industriel qui risque d’être détruit. Si cela se poursuit, on se retrouvera avec plus de 1 million de nouveaux chômeurs », s’alarme une source proche du milieu de l’industrie. 

Des conséquences désastreuses

L’industrie de l’automobile n’est pas la seule à subir les inconséquences des décisions à la hussarde de l’actuel pouvoir. L’annulation des avantages accordés à la filière électroménager et le blocage de la matière première importée par les différents opérateurs activant dans ce domaine pénalise, de plus en plus, cette industrie.

Au début du mois de février en cours, le Forum des chefs d’entreprise (FCE) affirme l’électroménager a déjà perdu 20% des emplois.   

« Plus de 20% des employés de la filière ont été mis au chômage et ce taux est appelé à augmenter dans le cas où des mesures urgentes ne sont pas prises par les pouvoirs publics, au moins, pour stopper la dégradation de la situation en attendant de redynamiser le secteur productif dans le cadre d’un plan de redressement économique ambitieux et réaliste », alerte la même source.

 Le FCE cite l’ensemble des entreprises en difficulté, dont l’ENIEM, Condor, Iris, Sacomi-Thomson, Bya Electronics, Brandt, Starlight et Géant. « Le Forum constate avec inquiétude la dégradation de la situation des entreprises nationales publiques et privées et exprime sa préoccupation quant à l’avenir de leur situation et de celle de leurs employés. La dégradation s’est accentuée au cours des derniers jours selon les déclarations des entreprises », précise le FCE.

L’agroalimentaire pourrait être le prochain secteur qui sera frappé de plein fouet par les décisions déjà annoncées, notamment par le chef de l’Etat. En tout cas, le dernier communiqué du FCE, rendu public aujourd’hui, rappelle les errements économiques du pays de 1988 à 2016.

« En moins de trois décennies, 7 cadres juridiques régissant l’investissement ont été adopté. De 1988 à 2016 cinq dispositifs d’investissements et deux réformes lourdes dont celui ayant précédé le cadre actuel, ont été essayés. Tous ont été déclarés insatisfaisants au motif qu’ils n’auraient pas produit les effets escomptés en termes de volume d’investissements, de nombre de projet, de transfert de technologie, de création d’emploi ou de croissance et, d’avoir, pour certains, été à l’origine de pratiques négatives », souligne le FCE.

Selon la même source, les dispositifs juridiques ont été, à chaque fois, abrogés et remplacés par un nouveau dispositif « censé être plus efficient et porteur de la réponse la plus adéquate aux préoccupations de l’heure ». Mais en 30 ans, aucune solution n’est imaginée pour lancer, sur des bases sérieuses, la machine économique. Visiblement, le nouvel exécutif est en passe de lancer une nouvelle formule dans ce champ d’expérience infertile. 

Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Avatar

    Mellah hocine

    5 mars 2020 at 17:05

    Effectivement, on effacé Bouteflika on recommence par Tebboun ,avec les mêmes pratiques.
    Personne , alors personne ne demande des comptes et des résultats sur différentes politiques industrielles et économiques.
    On effacé tout , yetnahaw gaa et on refait une autre Algérie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Energie-coronavirus : le prix du pétrole de l’Opep à son plus haut niveau depuis le début de la crise sanitaire

Avatar

Published

on

By

© DR |

Le panier de l’Opep, constitué de prix de référence de 13 pétroles bruts, s’est établi à plus de 42 dollars, son plus haut niveau depuis le début de la crise du Covid-19, selon les données publiés jeudi par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Ce panier de référence de l’Opep (ORB), qui comprend le pétrole algérien (le Sahara Blend), avait a atteint mercredi, 42, 66 dollars, contre 38,22 dollars le baril mardi dernier, précise la même source sur son site web. Il s’agit de son importante hausse mensuelle depuis la crise de la pandémie du Coronavirus qui a eu de graves conséquences sur la demande de l’or noir et les prix qui avaient chutés à 16 dollars.

La première augmentation mensuelle de l’ORB , depuis décembre 2019 a été enregistrée en mai dernier ,avec le début de l’application de l’accord de baisse de production des pays de l’OPEP + signataires de la déclaration de coopération.

Sur une base mensuelle, l’ORB avait augmenté de 7,51 dollars à 25,17 dollars/b, en hausse de 42,5%, avait indiqué l’Opep dans son dernier rapport mensuel.

Cette hausse reflétait des gains dans les principaux repères, car l’offre mondiale de pétrole a diminué et la demande de pétrole brut a commencé à s’améliorer progressivement au milieu de l’assouplissement des contraintes liées au COVID-19, avait expliqué également l’Organisation.

Pour ce début de mois du juillet, la progression du prix moyen de pétrole brut de l’Opep intervient dans le moment ou les 23 pays de l’Opep+ entament la seconde phase de baisse de production pour soutenir les prix de l’or noir.

Pour ce mois de juillet, ces pays sont tenus d’appliquer une baisse de leur production de l’ordre de 9,6 mb/ j durant le juillet 2020, selon les décisions prises lors des réunions de l’Opep et l’Opep + ,tenues le 6 juin dernier.

Mardi, le secrétaire général de l’Organisation du pétrole (Opep), Mohamed Barkindo a salué les décisions historiques prises lors des récentes réunions ministérielles de l’OPEP et des pays non membres de l’OPEP tenues en avril et juin, qui, a-t-il dit, apportent un ‘’soutien indispensable au processus d’équilibrage des marchés et à l’économie mondiale’’.

“Il y a de la lumière à l’horizon alors que certaines des plus grandes économies du monde ont commencé à supprimer progressivement leurs fermetures nationales, ce qui a provoqué une poussée très bienvenue de la demande de pétrole”, a-t-il ajouté.





Continue Reading

Economie

Sonatrach-ENI : signature de plusieurs accords de coopération principalement dans le secteur gazier

Avatar

Published

on

By

© DR | Sonatrach

 La Compagnie nationale des Hydrocarbures Sonatrach et le groupe italien ENI ont signé mercredi à Alger plusieurs accords de coopération dans le secteur du gaz et un mémorandum d’entente portant sur les possibilités d’investissement dans l’exploration et la production d’hydrocarbures.

En présence du ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar et des P-dg des deux compagnies respectivement MM. Toufik Hakkar et Claudio Descalzi, les deux parties ont signé un mémorandum d’entente (MoU) pour identifier les possibilités d’investir conjointement dans l’exploration et la production d’hydrocarbures en Algérie dans le cadre de la nouvelle Loi sur les hydrocarbures.

Le MoU couvre aussi l’examen des opportunités d’exploration et de production à l’international.

Il a été également procédé à la signature de trois (03) accords gaz portant sur la commercialisation par Sonatrach, pour le compte des parties, du gaz sec issu des périmètres Ourhoud II, Sif Fatima II et Zemlet El Arbi, d’un volume annuel de près de 1,5 milliards m3, et ce jusqu’en 2049.

De plus, un avenant du contrat de vente de gaz signé entre Sonatrach et ENI, fixant les conditions commerciales pour l’année gazière 2020-2021. Ledit contrat, datant de 1977, a été renouvelé en mai 2019 pour l’approvisionnement du marché italien pour une durée de huit (8) années fermes jusqu’en 2027, plus deux années optionnelles supplémentaires.

Lors d’un point de presse en marge de cette cérémonie de signature, le ministre de l’Energie a salué la poursuite des relations de partenariat entre les deux groupes énergétiques rappelant qu’ENI possède plus de 12 contrats de coopération avec Sonatrach dans l’exploration et l’exploitation.

“C’est (ENI, Ndlr) un partenaire historique et de premier plan pour l’Algérie dans le secteur de l’énergie”, a réaffirmé M. Attar, soulignant l’intérêt de développer la coopération entre les deux parties dans les secteurs de l’amont, de l’aval et en matière de commercialisation dans un intérêt commun.

Pour le P-dg de Sonatrach, le MoU permettra de renforcer les relations entre les deux parties dans les domaines de l’exploration et de l’exploitation en Algérie.

“Il y a beaucoup d’opportunités que nous devons examiner ensemble. Il s’agira également d’évaluer les opportunités à l’international et de développer les projets d’énergie solaire au niveau des gisements de l’association Sonatrach-ENI”, a indiqué M. Hakkar.

Pour M. Descalzi, malgré la conjoncture internationale du secteur énergétique qui a nécessité la baisse des investissements de la compagnie italienne de près de 35 %, “ENI a décidé de continuer et de rester avec un budget intégral en Algérie”.

“Cela montre que nous travaillons bien avec nos associés en terme de temps, de procédures”, a estimé le représentant italien.

Selon un communiqué de Sonatrach, “cette rencontre confirme la volonté des deux parties de développer leur partenariat dans divers segments de l’industrie pétrolière et gazière ainsi que dans le domaine des énergies renouvelables”.

Des études pour la réalisation de nouveaux projets de centrales photovoltaïques à l’instar de celui réalisé au niveau du site de production de BRN, seront incessamment entamées, selon le même document.

Continue Reading

Economie

Pétrole: le Brent à plus de 41 dollars

Avatar

Published

on

By

© DR |

Les prix du pétrole reculaient mardi devant les inquiétudes des investisseurs face à la crise du coronavirus et la perspective d’un retour sur le marché de la production libyenne.

Mardi matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, dont c’est le dernier jour de cotation, valait 41,10 dollars à Londres, en baisse de 1,46% par rapport à la clôture de lundi.

A New York, le baril américain de WTI pour le même mois perdait 1,54%, à 39,09 dollars.

Les prix du brut “plafonnent du fait des préoccupations croissantes sur le contrôle actuel de l’épidémie de Covid-19 et d’une possible deuxième vague”, a estimé Tamas Varga, analyste.

La pandémie de Covid-19, qui vient de franchir deux seuils symboliques – plus d’un demi-million de morts et dix millions de cas – “est loin d’être finie” et “s’accélère” même, a averti lundi l’Organisation mondiale de la santé, appelant le monde à se mobiliser sans attendre un vaccin.

“Le prix actuel du pétrole est une sorte de “no man’s land” intéressant”, a jugé Louise Dixon, analyste, permettant aux investisseurs “d’attendre de nouvelles données, notamment côté demande”.

Ces derniers sont attentifs à la situation en Libye, assurent plusieurs analystes, alors que le pays revient au cœur des discussions diplomatiques.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR