Connect with us

Accueil

Droits de l’homme: l’appel de Michelle Bachelet au gouvernement algérien

Published

on

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a appelé, lundi 7 mars, les autorités algériennes à «garantir» les droits des algériens à la liberté d’expression, d’association et de réunion.

Dans une déclaration à l’occasion de la 49e session du Conseil des droits de l’homme de l’UNO, sur les activités de son Bureau et les développements récents en matière de droits humains, Michelle Bachelet, s’est dit «préoccupée» par la situation.

«En Algérie, je suis préoccupée par les restrictions croissantes des libertés fondamentales, notamment la multiplication des arrestations et des détentions de défenseurs des droits humains, de membres de la société civile et d’opposants politiques», a-t-elle déclaré.

La Haute-commissaire a appelé le gouvernement «à changer de cap» et «à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir les droits de son peuple à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique».

L’appel de Mme Bachelet intervient au moment où, en Algérie, des organisations de défense des droits de l’homme dont la LADDH, des partis politiques et des associations indépendantes, ne cessent de réclamer « la libération immédiate » de quelques « 300 détenus d’opinion (Selon le Comité national pour la libération des détenus) », qui se trouvent dans différentes prisons du pays.

Par ailleurs, ce mardi à l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme, l’Institut du Caire pour les études des droits de l’homme (CIHRS), a réitéré «son appel» en faveur de «la libération immédiate des défenseuses des droits humains, des avocates, des journalistes et des activistes pacifistes emprisonnées, pour avoir participé au Hirak en faveur de la démocratie, malgré les lois marginalisant les femmes et la ségrégation qui augmente à leur encontre».   

Continue Reading
Advertisement
Comments