Connect with us

Accueil

Droit de manifester: Amnesty international lance une campagne mondiale

Published

on

Face à la menace qui pèse sur le droit à la manifestation à travers le monde, avec de plus en plus d’Etats qui adoptent des lois restrictives, Amnesty international a lancé, mardi 19 juillet, une campagne mondiale pour défendre ce droit fondamental.

«Le droit de manifester est actuellement la cible d’une menace croissante et sans précédent dans toutes les régions du monde», constate l’organisation de défense des droits de l’Homme, dans un communiqué publié à l’occasion.

Destinée «à contrer les efforts redoublés et élargis que certains États déploient pour saper ce droit fondamental», la campagne est placée sous le slogan «Protégeons les manifs».

«De la Russie au Sri Lanka, en passant par la France, le Sénégal, l’Iran et le Nicaragua, des États ont entrepris de mettre en œuvre un éventail de plus en plus large de mesures visant à réprimer la dissidence organisée», regrette Amnesty international, dénonçant le faut qu’aux quatre coins du monde, «des manifestant·e·s se heurtent à plusieurs obstacles ardus». Elle cite, entre autres les «refoulements, associés à un nombre grandissant de lois et d’autres mesures restreignant le droit de manifester », «recours abusif à la force», «développement d’une surveillance massive et ciblée», «coupures de l’accès à Internet et censure en ligne» et «violences et stigmatisation».

A cet effet, l’ONG explique que sa campagne a pour objectifs de «dénoncer les attaques contre les manifestations pacifiques, de défendre les personnes visées et de soutenir les causes portées par les mouvements sociaux en faveur de changements dans le domaine des droits humains».

« Ces dernières années, nous observons des mobilisations parmi les plus fortes depuis des décennies. Black Lives Matter, MeToo et les mouvements en rapport avec le changement climatique ont incité des millions de personnes dans le monde à descendre dans la rue et à mener des actions en ligne pour réclamer la justice sociale et climatique, l’équité et des moyens d’existence, ainsi que la fin des violences liées au genre et de la discrimination. Ailleurs, des milliers de personnes se sont érigées contre les violences et les homicides imputables à la police, la répression orchestrée par l’État et l’oppression », a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty international.

Et de déplorer: «Au lieu de faciliter l’exercice du droit de manifester, les États vont encore plus loin pour l’anéantir». Raison pour laquelle l’ONG, souligne-t-elle, «a choisi ce moment pour lancer sa campagne». Pour Agnès Callamard, «il est temps de nous mobiliser et de rappeler haut et fort aux dirigeant·e·s notre droit inaliénable de manifester, d’exprimer des revendications et de réclamer un changement, librement, collectivement et publiquement.»

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR