Connect with us

Société

Drame lors du concert de Soolking : L’ancien directeur de l’ONDA écope de 3 mois de prison ferme

L’ancien directeur de l’Office National des Droits d’Auteur (ONDA) vient d’être condamné par le tribunal de Sidi M’hamed, ce jeudi 28 novembre, pour six mois de prison, dont 3 fermes, et une amende de 50 000 DA.

Bouzid ICHALALENE

Published

on

Le mis en cause après le concert de Soolking qui a causé la mort de cinq personne sera ainsi libéré de la prison dans quelques jours, après avoir purgé sa peine de trois mois de prison ferme..

Pour rappel, le 22 août dernier, un drame s’est produit au stade du 20 août à Alger lors du concert du chanteur Soolking. Cinq personnes, dont trois garçons et deux filles, avaient trouvé la mort alors que plusieurs autres ont été blessées dans une bousculade.


Suite à cela, le magistrat instructeur près le tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a ordonné, le 09 septembre dernier, la mise en détention provisoire de l’ancien directeur général de l’ONDA, Samy Bencheikh.

Directeur de publication. Passionné par l'enquête et le reportage. Je m'intéresse à tout ce qui se passe autours de moi.

Société

Testés positifs à la Covid-19 après leur retour d’Algérie : énigmatique contamination d’une vingtaine de binationaux

Melissa NAIT ALI

Published

on

© DR |
© DR | énigmatique contamination d’une vingtaine de binationaux


Une vingtaine de binationaux rapatriés récemment d’Algerie sont testés positifs à la Covid-19 à leur arrivée en France. Ils sont, selon les infectiologues français cité par les médias locaux, admis dans les hôpitaux de l’hexagone, dont certains sont dans un état grave.


En effet, selon le quotidien français Libération, environ une vingtaine de personnes ayant séjourné récemment en Algérie « sont atteints du nouveau coronavirus ». « Ils font craindre une recrudescence des cas d’infection dans le pays», souligne le journal en citant les témoignages de plusieurs médecins.

Ces derniers affirment que, depuis le 29 juin dernier, ces malades sont hospitalisés dans plusieurs grands établissements parisiens, Pitié-Salpêtrière, Tenon, Saint-Antoine, Bichat, mais aussi à Lyon, Marseille, Grenoble et Reims.

«Si l’on en juge par leur état au moment de leur prise en charge, ils étaient déjà malades quand ils ont pris leur vol de rapatriement : au moins trois sont en réanimation et un est décédé », précise un des médecins.

Vu l’importance des flux de populations entre la France et l’Algérie durant l’été, ajoute-t-il, « il est urgent de prendre des dispositions pour éviter que le virus ne recommence à circuler à bas bruit».

Une autre source d’inquiétude pour l’Algérie

Les médecins français mettent en cause le relâchement en matière de respect des mesures de prévention. Cas, argumentent-ils, « les ressortissants de l’Union européenne ou les Algériens y résidant légalement ont la possibilité d’embarquer sur un vol ou un bateau à destination de la France avec pour seule contrainte le port du masque durant leur voyage de retour ».

«Ils font redémarrer l’épidémie artificiellement avec les voyageurs ! En février, c’était la même histoire avec les Chinois. A croire que les autorités n’apprennent rien. Avant d’être hospitalisé, les malades ont le temps de contaminer pas mal de monde, à commencer par leur famille restée en France. Le Covid, c’est décidément l’épidémie de la pénurie et de la bêtise», s’emporte un autre médecin

Cette situation est confirmée par direction générale de la santé française (DGS). Selon cette structure, sur les 310 nouveaux cas identifiés depuis le 15 juin, «au moins 13 avaient voyagé à l’étranger ou étaient rapatriés de différents pays : 6 d’Algérie, et respectivement 1 d’Afghanistan, Congo, Côte d’Ivoire, Egypte, Pakistan, Roumanie, Serbie».

Si cette situation inquiète les autorités françaises, ces cas sont aussi une source d’inquiétude pour l’Algerie. Et pour cause, ces personnes sont restées bloquées en Algérie pendant de longs mois en raison de la fermeture des frontières.

Leurs familles et leurs entourages pourraient aussi avoir chopé le même virus et ils risquent de le propager encore davantage dans le pays. Les autorités sanitaires réagiront-elles à cette information ? Chercheront-elles les familles des concernés pour les soumettre à des tests

Continue Reading

Société

Covid-19 : 441 nouveaux cas, 311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24 heures

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR |
© DR | Covid-19, nouveau bilan

441 nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19), 311 guérisons et 6 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie, a indiqué, dimanche à Alger, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar.

Le bilan fait état du nombre des cas confirmés en contentante augmentation et qui s’élève à 15. 941, celui des décès à 952, alors que le nombre des patients guéris passe à 11.492, a précisé M. Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie du Covid-19.

Continue Reading

Société

Cinq détenus du hirak bénéficient de la grâce présidentielle

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle pour 5037 détenus
© DR |5 détenus du hirak bénéficient de la grâce présidentielle

Cinq détenus du hirak, trois à El Bayadh et le quatrième à Médéa ont bénéficié de la grâce présidentielle décrétée samedi par le président de la république, Abdelmadjid Tebboune à l’occasion du 58e anniversaire de l’indépendance, indique le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

À El Bayadh, deux détenus, Lagari Mohamed et Mustapha Messaoudi ont quitté la prison, après avoir bénéficié des mesures de la grâce présidentielle, précise le CNLD.

Tandis que deux autres, manifestants incarcérés, Larbi Tahar et Mohamed Boudiaf Boussif, devraient sortir de prison ce dimanche, selon le CNLD.

À Médéa, Rafik Diaf « militant de la LADDH » a été remis en liberté après avoir bénéficié de la grâce présidentielle décrétée à l’occasion de la fête de l’indépendance, toujours selon le CNLD.

Pour rappel, Rafik Diaf a été condamné dimanche 22 Mars au tribunal de Tablat (Médéa) à « 6 mois de prison ferme et 6 mois de sursis, puis confirmé lors de son procès en appel le 5 Mai dernier, devrait purgé sa peine le 19 Juillet prochain». Ce dernier a été arrêté le 16 janvier dernier et placé en détention provisoire le 19 janvier, selon le même document.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR