Connect with us

Accueil

Drame de Melilla: l’ambassadeur d’Algérie à Lisbonne répond aux accusations du Makhzen

Published

on

© DR |

Encore une fois, les accusations du Maroc contre un prétendu «laxisme» sur nos frontières et qui aurait, soi-disant,  permis aux migrants subsahariens d’atteindre Melilla, le 24 juin dernier, font l’objet d’une réplique.

Cette fois, c’est l’ambassadeur d’Algérie à Lisbonne, Abdelmadjid Naamoune, qui rejette la thèse du régime du Makhzen et de son ambassadeur à Madrid.

La frontière algérienne «est hautement sécurisée grâce à la mise en place de dispositifs renforcés et efficaces qui permettent de contrôler les flux migratoires et les tentatives régulièrement frustrantes d’introduire des quantités importantes de cannabis depuis les frontières occidentales», a déclaré, mardin le diplomate algérien, à l’agence portugaise Lusa.

Fin juin, et devant la condamnation internationale du massacre de Melilla qui a coûté la vie à plus de trente migrants subsahariens, le Maroc acculé n’a pas trouvé mieux que de s’attaquer à l’Algérie. Dans un communiqué, son ambassade à Madrid a laissé entendre que «les assaillants (migrants, Ndlr) se sont infiltrés à la frontière avec l’Algérie, profitant du laxisme délibéré de ce pays dans le contrôle de ses frontières avec le Maroc ».

Excluant toute implication de l’Algérie dans ces massacres qui ont choqué le monde, l’ambassadeur d’Algérie à Lisbonne rappelle une réalité : «ces migrants ont été violemment réprimés par les forces de l’ordre locales», a-t-il asséné, réitérant la demande algérienne pour l’ouverture d’«enquêtes indépendantes et transparentes afin de déterminer les responsabilités et d’éclaircir ces événements tragiques ».

Abdelmadjid Naâmoune, a, par ailleurs, mis en avant les efforts de l’Algérie dans la lutte contre l’immigration clandestine, à travers, dit-il, «le démantèlement des différents réseaux de traite des êtres humains» qui opèrent le long de ses frontières et de ses côtes maritimes.

«L’Algérie, a-t-il souligné, demeure pleinement disposée à coordonner et à collaborer avec ses partenaires européens pour une meilleure gestion des flux migratoires par l’échange d’informations et d’une partie des expériences», a expliqué le diplomate, insistant qu’une approche globale basée sur la solidarité est plus que nécessaire. Il a, dans ce sens,  estimé que la lutte contre l’immigration clandestine passe par «des programmes de développement et de croissance économique dans les pays d’origine», et «une coopération aux niveaux international, régional».

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR