Djillali Hadjadj: près de 60 milliards de dollars détournées en Algérie sur une période de 15 années

Djillali Hadjadj, président de l'association algérienne de lutte contre la corruption

Le président de l’association algérienne de lutte contre la corruption, Djillali Hadjadj, a chiffré, lundi 22 avril, à près de 60 milliards de dollars les sommes d’argent détournées en Algérie sur une période de 15 années. Un montant auquel il faudra ajouter les chiffres générés de la fuite des capitaux, l’évasion fiscale et autres blanchiment d’argent.

 

Adsence Milieu article

S’exprimant hier, sur les ondes de la chaîne 3, le porte parole de l’Association Algérienne de lutte contre la corruption, Djillali Hadjadj a estimé que « les phénomènes de détournement de l’argent public, d’évasion fiscale, de fuite des capitaux et de blanchiment d’argent, avaient tendance à prendre des proportions extrêmement inquiétantes », particulièrement où les cours du brut étaient à leur plus haut niveau.

Le président de l’association a souligné que « cette incurie a commencé à baisser au moment ou les cours s’étaient effondrés, « ce qui, dit-il, n’était pas une mauvaise chose pour freiner cette corruption ».

Il relève que ce fléau « tentaculaire », gangrenant tous les organismes publics, n’est pas le propre de dignitaires du régime ou de hauts fonctionnaires, mais qu’il était aussi présent dans les régions les plus reculées d’Algérie, à travers ses phénomènes de pots de vin et autres commissions sur les marchés publics ».

Mettant en avant des estimations d’organismes internationaux, l’intervenant relève que sur la période des 15 dernières années, ce sont quelque 60 milliards de dollars à avoir été détournés, des chiffres dont il précise qu’il faut y ajouter ceux concernant la fuite des capitaux, l’évasion fiscale et autre blanchiment d’argent.

Parmi les secteurs concernés par ces activités parasitaires, M. Djillali Hadjadj  mentionne les « affaires qui ont entachées Sonatrach, le projet de construction de l’autoroute Est-Ouest et d’autres encore, dont il révèle que les dossiers se trouvent présentement « dans les tiroirs des services de police judiciaires et de l’ex-DRS ».

Pour autant, dit-il que, dans les prochains mois ou les prochaines années, l’on s’inscrive dans des changements positifs, il ne serait pas très difficile de sortir ces dossiers et de les traiter conformément aux lois du pays.

Adsence Milieu article