Connect with us

Politique

DIRECT | Vendredi 106, le hirak poursuit sa quête d’un changement

Published

on

© DR |

Moins d’une semaine après avoir réinvesti les rues à l’occasion du deuxième anniversaire du Hirak, les citoyens confirment aujourd’hui le retour de la mobilisation populaire en renouant avec les marches du vendredi.

16h50

Des policiers demandent aux citoyens de rentrer chez eux. Les citoyens se dispersent dans le calme après avoir réitéré leurs revendications populaires notamment le départ du système. Un cordon de sécurité mis en place au niveaux de place Maurice Audin afin de dissuader les manifestants de prolonger la marche.

Feriel Bouaziz| INTERLIGNES



15h52

La mobilisation se poursuit à Alger mais le réseau mobile est saturé. Les reporters et manifestants peinent à retransmettre des vidéos et photos de la marche. Les directs sur Facebook ne passent pas non-plus.

Feriel Bouaziz | INTERLIGNES


15h50

À Bouira, les manifestants observent un sit-in devant le siège de la sûreté afin de réclamer la libération de ceux qui ont été arrêtés aujourd’hui. Encerclés par la police, les contestataires scandent: “libérez nos enfants bande d’oppresseurs”.

15h02

Malgré les messages de sensibilisation et les appels au port du masque, certains manifestants n’en portent pas.

14h30

Un groupe de manifestants arrivent du quartier populaire de Bab El Oued, montant vers la Grande Poste. Ils font entendre leurs revendications à travers les slogans habituels dont “Etat civil”, “Tebboune et illégitime” et “indépendance, indépendance”. Ils dénoncent également la répression commise mardi dernier contre les étudiants.


14h24

À Alger, les manifestants arrivent à la Place Audin après avoir cassé le cordon policier et malgré la répression qui s’est abattue sur eux à Victor Hugo. Ils se dirigent vers la Grande Poste.



14h23

Le vice-président de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH), Keddour Chouicha, est parmi les manifestants arrêtés à Oran, selon le CNLD.

14h20

Des journalistes signalent des arrestations à Bouira, Alger et Annaba tandis que le Comité nationale pour la libération des détenus (CNLD) fait état d’interpellation à Oran et Skikda et Tlemcen.

14h15

Les manifestants ont renoué avec les marches du vendredi pour la première fois depuis leur suspension en mars 2020 à cause du coronavirus dans plusieurs villes dont Oran, Annaba, Alger, Tizi-Ouzou, Bouira et Béjaia.

14h00

Plusieurs manifestants dont des femmes ont été arrêtés à la place de la Révolution à Annaba, selon le journaliste Mustapha Bendjama.



13h45

Plusieurs centaines de manifestants se regroupent au niveau de la Rue Victor Hugo. La police les empêche d’avancer vers la Rue de Didouche Mourad. Plusieurs arrestations ont été enregistrées.

13h41

Les manifestants veulent se diriger vers la rue Hassiba pour aller à la Grande Poste mais un cordon policier leur fait face au niveau des Arcades, à quelques mètres du rond point du 1er Mai.

13h40

À Alger, les Premiers groupes des manifestants commencent à se regrouper à la place du 1er Mai. “Tebboune est illégitime”, ” le peuple s’est libéré et veut son indépendance”, scandent les manifestants entre autres revendications.

13h27

En attendant la fin de la prière du vendredi, les rues d’Alger sont encore calmes. Comparé au lundi dernier, les passants ne sont pas controlés. Le dispositif policier déployé est léger. Il est soutenu par un hélicoptère qui survole le centre de la capitale.

13h25

Les marches populaires ont débuté dans les wilayas de Béjaia, Tizi-Ouzou et Bouira. Des centaines de citoyens protestent en ce moment dans les rues pour réclamer “un état civil, non militaire”.



12h49

Selon le journaliste, Amar Fedjkhi, la ville de Bouira est quadrillée par les policiers. Plusieurs manifestants ont été arrêtés avant même le début de la protestation.




Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR