Suivez-nous

Société

DIRECT l 54e vendredi : Le Hirak poursuit sa dynamique et maintient la pression

Avatar

Publié

le

© INTERLIGNES | 53e vendredi de la révolution du sourire

Les Algériens s’apprêtent à manifester ce vendredi pour la 54e semaine consécutive contre le pouvoir. Une mobilisation sans faille et une détermination inébranlable continuent à caractériser admirablement les marches populaires où les manifestants n’ont eu de cesse de d’appeler de tous leurs voeux à l’édification d’une deuxième République sans les anciennes figures du système politique toujours en place. Une revendication qui n’est toujours pas prise en compte par ceux qui veulent, mordicus, garantir la pérennité du régime que le peuple accable de tous les maux que vit le pays.

17H25

Setif, la mobilisation a été au rendez vous. Des milliers de manifestants ont sillonné les rues de la ville scandant “dawala madania machi 3askaria” (état civil et non militaire).

16H45

Adrar, les manifestants ont battu le pavé pour ce 54e vendredi de mobilisation consécutif. Les marcheurs portant l’emblème national et des pancartes, ils scandent makach l pétrole la ghaz sakhari, goulou l fransa dirou fi paris ( il n’y a pas de pétrole, ni gaz de schiste, dite à la france de l’extraire à paris)

16H40

Alger centre les manifestants scandent en choeur “Istqilal” indépendance

16H00

Alger : La rue Asselah Hocine est noire de monde. Plusieurs milliers de manifestants défilent dans le centre-Ville réitérant leurs revendications principales à savoir un Etat civil et non militaire, une justice indépendante et une presse libre.

15H45

Les manifestations se déroulent également à Biskra, Constantine, Mila, Mostaganem. Les manifestants dans quasiment toutes les villes du pays réclament le départ de la “Issaba” et exigent la libération de tous les détenus d’opinion.

Forte mobilisation à Sétif pour ce premier vendredi de l’an II du Hirak. les manifestants réitèrent les revendications populaire. Ils réclament un Etat civil de droit et la libération de tous les détenus d’opinion.

15H30

Tizi Ouzou : La mobilisation populaire est intacte. Des milliers de manifestants continuent de réclamer “un Etat Civil et non militaire”.

© DR

15H20

Médéa : forte mobilisation citoyenne pour ce 54e vendredi de Hirak. “Les généraux bande de traitres, nous ne nous arrêterons pas”, scandent les manifestants.

15H15

La mobilisation est toujours intacte à Sidi Bel Abbès.

15H10

Saida : Les manifestants sont au Rendez-vous pour le 54e vendredi de Hirak.

15H00

Marche imposante à Oran pour ce 54e vendredi. “Makach el Corona, kayen li sarqouna (il n’ y a pas de virus Corona, il y a plutôt ceux qui nous ont volé), scandent ironiquement les milliers de manifestants qui sillonnent les principales rues du centre-ville.

14H59

A Blida, les manifestants affichent leur détermination de poursuivre le Hirak jusqu’au bout scandant “nous ne feront pas marche-arrière”.

© El Khabar

14H57

Mobilisation imposante à Oued Souf. Les manifestants scandent “Dawla madaniya, machi askariya” (Etat civil et non militaire”.

14H55

Mobilisation grandiose à Alger. Des milliers de manifestants scandent des slogans en faveur du changement dans le pays.

14H45

Un tsunami humain à Bouira en ce vendredi 28 février. La mobilisation populaire reprend de plus belle.

14H38

Pour les manifestants la “bande” au pouvoir est plus dangereuse que le virus Corona

© DR
© DR

14H36

Des milliers de manifestants venant de Bab El Oued se dirigent vers le centre de la ville pour rejoindre la foule.

14H25

Constantine, la mobilisation a été rendez vous pour ce 54e vendredi de manifestation. Des centaines de manifestants on envahi les rues de la de la ville entonnant des champs anti-pouvoir.

14H20

Alger : “Makanch el Corona, kolnalkoum khtouna” (Il n’y a pas de Corona, nous vous avons dit de nous laisser tranquille), scandent les manifestants.

Alger : des milliers de manifestants marchent à la rue Didouche Mourad pour ce 54e vendredi. La mobilisation populaire est toujours aussi forte.

14H10

Alger : les manifestants qualifient la “bande” de “Coronavirus” scandant à tue-têtes “Dawla madaniya yal Corona, machi askariya yal Corona”

14H05

Le pacifisme “Silmiya” continue à s’imposer comme décor dominant du mouvement populaire.

© DR

14H00

Bouira : les manifestants entament la marche de ce 54e vendredi de contestation populaire contre le pouvoir en place. Les marcheurs réclament encore une fois la libération de tous les détenus d’opinion.

13H55

Alger : Les slogans anti-Tebboune fusent de la bouche d’une centaine de manifestants regroupés à Didouche Mourad.

13H40

Début de la marche à Béjaia. Les manifestants, nombreux dans la rue comme chaque vendredi, réclament d’emblée “un Etat civil et non militaire”.

13H32

Alger: Les manifestants se rassemblement à la rue Victor Hugo en prévision de la marche de ce 54e vendredi de Hirak.

Début de la marche à Alger. Les manifestants scandent des slogans hostiles au pouvoir.

12H05

Alger: Selon Said Salhi, vice président de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), plusieurs personnes ont été interpellées à Didouche Mourad.

11H15

Des bouchons monstres à l’entrée d’Alger à cause des barrages filtrants de la gendarmerie.

9H30

Alger : Même dispositif que les deux dernières marches

Société

Coronavirus : Les queues de la semoule, une source intarissable du virus

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | faible approvisionnement en semoule et en farine
© DR | forte demande sur la semoule

L’Algérie enregistre, pour la première fois, un nombre trop élevé de cas confirmé de coronavirus en une journée : 132 personnes atteinte et 9 décès. Le nouveau bilan communiqué, cet après-midi, fait état de 716 personnes touchées par le nouveau coronavirus, 44 décès et 46 guérisons.

La situation fait peur. L’inquiétude prend aussi de l’ampleur quand on voit ces scènes de bousculade devant les commerces de la semoule et de la farine. La pénurie de ces produits qui dure depuis plusieurs semaines, pourrait favoriser la contamination au Covid-19.

Et pour cause, aucune précaution n’est prise pour éviter une éventuelle propagation de la maladie ravageuse. En effet, on assiste presque quotidiennement à des scènes surréalistes dans la majorité des grandes villes du pays.

Des files ininterrompues, des bousculades et des foules compactes devant les commerces de la semoule et la farine. Par plusieurs dizaines, des citoyens, généralement des pères de familles, mènent une course dangereuse pour l’acquisition d’un sac de semoule ou de farine.

Des produits devenant introuvable. Effectivement, les tentatives des autorités de rassurer sur la disponibilité de la semoule et de la farine se sont avérées vaines. Puisque la pression persiste sur les minoteries.

Les consignes données pour respecter la distanciation en respectant la distance d’au moins un mètre entre un client et un autre sont difficiles à respecter dans cette situation. C’est que nous avons constaté dans plusieurs endroits d’Alger.

Sur la rue Belouizdad, dans la commune de Sidi M’hamed, plusieurs dizaines de citoyens se sont agglutinés à l’entrée d’un commerce de vente de ce produit, dépendant d’une minoterie public.

En rangs très serrés, ces personnes ont attendu, de longues heures durant, l’ouverture de ce commerce et le début de la vente de ce produit « rare ». A Reghaïa, dans la banlieue est de la capitale, un autre palier a été franchi.

C’est dans un espace confiné, le centre commercial El Baraka en l’occurrence, qu’une foule considérable s’est amassée et s’est copieusement bousculée pour un sac de semoule, sans que cela ne fasse réagir les autorités.

Depuis quelques jours, des internautes partageaient des vidéos sur des scènes similaires qui se sont produites dans plusieurs régions du pays, où l’on voit bien que les personnes cherchant la semoule et la farine, ne respectent aucune règle de sécurité. Certain médias font même état de décès de deux personnes dans des bousculades autour de la semoule dans une wilaya de l’Est du pays.


Rezig occupé à faire des selfies

Que font les autorités pendant ce temps ? N’ont-elles donc pas mesuré l’ampleur du danger ? Pour l’instant rien n’est décidé pour arrêter le massacre. Le ministère du Commerce dont la tâche principale est de réguler le marché est occupé, visiblement, par d’autres objectifs.

Au lieu de tenter de réfléchir à la manière d’organiser ce commerce, le ministre en charge du secteur, Kamel Rezzig n’a rien trouvé que d’aller faire des selfies dans certains marchés.

Dans une volonté de soigner son image et de se montrer à l’opinion qu’il travaille, ce dernier, accompagné d’équipes de chaînes de télévision et de photographes, pose ostentatoirement devant des étals de commerce et devant des stocks de semoule.

Lire la suite

Société

Coronavirus : l’Algérie enregistre son plus lourd bilan, 132 cas et neuf décès en 24H

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | Coronavirus

132 cas supplémentaires et neuf nouveaux décès ont été recensés ces dernières 24h, a annoncé ce mardi 31 mars, la commission nationale de veille et de suivi de l’évolution de l’épidémie du Coronavirus.

Avec ces nouveaux chiffres qui portent à à 716 le nombre total de contaminations dont 44 morts, l’Algérie enregistre son plus lourd bilan depuis le début de la pandémie.

Concernant les nouveaux cas de décès, la commission informe que quatre (04) ont été enregistrés à Blida tous des hommes âgés respectivement de 32, 56, 72 et 73 ans. Tandis que deux (2) ont été enregistrés à Sétif, un (1) à Oran, un (1) à Tipaza et (1) à Bordj Bou Arreridj.

La même source fait état de neuf (09) nouveaux cas de guérisons portant le nombre total à 46.

Lire la suite

Société

29 morts et 653 blessés dans les accidents de la route en une semaine

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Les accidents de la route continuent de faucher les vies humaines

29 personnes ont trouvé la mort et 653 autres ont été blessées dans les accidents de circulation enregistrés durant la période du 22 au 28 mars, indique un bilan hebdomadaire de la protection civile.

Le bilan le plus lourd a été enregistré à M’sila avec 6 morts et 29 blessés survenus dans 21 accidents de la route.

par ailleurs, les équipes de secours de la protection civile ont effectué, durant la même semaine, 579 interventions pour l’extinction de différents incendies, industriel, urbain et autres.

Les accidents de la route continuent de faucher les humaines même au temps du coronavirus où la circulation automobile a diminué du fait des mesures des autorités au fins d’endiguer la propagation de la pandémie.

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR