Connect with us

Société

DIRECT l 54e vendredi : Le Hirak poursuit sa dynamique et maintient la pression

Avatar

Published

on

© INTERLIGNES | 53e vendredi de la révolution du sourire

Les Algériens s’apprêtent à manifester ce vendredi pour la 54e semaine consécutive contre le pouvoir. Une mobilisation sans faille et une détermination inébranlable continuent à caractériser admirablement les marches populaires où les manifestants n’ont eu de cesse de d’appeler de tous leurs voeux à l’édification d’une deuxième République sans les anciennes figures du système politique toujours en place. Une revendication qui n’est toujours pas prise en compte par ceux qui veulent, mordicus, garantir la pérennité du régime que le peuple accable de tous les maux que vit le pays.

17H25

Setif, la mobilisation a été au rendez vous. Des milliers de manifestants ont sillonné les rues de la ville scandant “dawala madania machi 3askaria” (état civil et non militaire).

16H45

Adrar, les manifestants ont battu le pavé pour ce 54e vendredi de mobilisation consécutif. Les marcheurs portant l’emblème national et des pancartes, ils scandent makach l pétrole la ghaz sakhari, goulou l fransa dirou fi paris ( il n’y a pas de pétrole, ni gaz de schiste, dite à la france de l’extraire à paris)

16H40

Alger centre les manifestants scandent en choeur “Istqilal” indépendance

16H00

Alger : La rue Asselah Hocine est noire de monde. Plusieurs milliers de manifestants défilent dans le centre-Ville réitérant leurs revendications principales à savoir un Etat civil et non militaire, une justice indépendante et une presse libre.

15H45

Les manifestations se déroulent également à Biskra, Constantine, Mila, Mostaganem. Les manifestants dans quasiment toutes les villes du pays réclament le départ de la “Issaba” et exigent la libération de tous les détenus d’opinion.

Forte mobilisation à Sétif pour ce premier vendredi de l’an II du Hirak. les manifestants réitèrent les revendications populaire. Ils réclament un Etat civil de droit et la libération de tous les détenus d’opinion.

15H30

Tizi Ouzou : La mobilisation populaire est intacte. Des milliers de manifestants continuent de réclamer “un Etat Civil et non militaire”.

© DR

15H20

Médéa : forte mobilisation citoyenne pour ce 54e vendredi de Hirak. “Les généraux bande de traitres, nous ne nous arrêterons pas”, scandent les manifestants.

15H15

La mobilisation est toujours intacte à Sidi Bel Abbès.

15H10

Saida : Les manifestants sont au Rendez-vous pour le 54e vendredi de Hirak.

15H00

Marche imposante à Oran pour ce 54e vendredi. “Makach el Corona, kayen li sarqouna (il n’ y a pas de virus Corona, il y a plutôt ceux qui nous ont volé), scandent ironiquement les milliers de manifestants qui sillonnent les principales rues du centre-ville.

14H59

A Blida, les manifestants affichent leur détermination de poursuivre le Hirak jusqu’au bout scandant “nous ne feront pas marche-arrière”.

© El Khabar

14H57

Mobilisation imposante à Oued Souf. Les manifestants scandent “Dawla madaniya, machi askariya” (Etat civil et non militaire”.

14H55

Mobilisation grandiose à Alger. Des milliers de manifestants scandent des slogans en faveur du changement dans le pays.

14H45

Un tsunami humain à Bouira en ce vendredi 28 février. La mobilisation populaire reprend de plus belle.

14H38

Pour les manifestants la “bande” au pouvoir est plus dangereuse que le virus Corona

© DR
© DR

14H36

Des milliers de manifestants venant de Bab El Oued se dirigent vers le centre de la ville pour rejoindre la foule.

14H25

Constantine, la mobilisation a été rendez vous pour ce 54e vendredi de manifestation. Des centaines de manifestants on envahi les rues de la de la ville entonnant des champs anti-pouvoir.

14H20

Alger : “Makanch el Corona, kolnalkoum khtouna” (Il n’y a pas de Corona, nous vous avons dit de nous laisser tranquille), scandent les manifestants.

Alger : des milliers de manifestants marchent à la rue Didouche Mourad pour ce 54e vendredi. La mobilisation populaire est toujours aussi forte.

14H10

Alger : les manifestants qualifient la “bande” de “Coronavirus” scandant à tue-têtes “Dawla madaniya yal Corona, machi askariya yal Corona”

14H05

Le pacifisme “Silmiya” continue à s’imposer comme décor dominant du mouvement populaire.

© DR

14H00

Bouira : les manifestants entament la marche de ce 54e vendredi de contestation populaire contre le pouvoir en place. Les marcheurs réclament encore une fois la libération de tous les détenus d’opinion.

13H55

Alger : Les slogans anti-Tebboune fusent de la bouche d’une centaine de manifestants regroupés à Didouche Mourad.

13H40

Début de la marche à Béjaia. Les manifestants, nombreux dans la rue comme chaque vendredi, réclament d’emblée “un Etat civil et non militaire”.

13H32

Alger: Les manifestants se rassemblement à la rue Victor Hugo en prévision de la marche de ce 54e vendredi de Hirak.

Début de la marche à Alger. Les manifestants scandent des slogans hostiles au pouvoir.

12H05

Alger: Selon Said Salhi, vice président de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), plusieurs personnes ont été interpellées à Didouche Mourad.

11H15

Des bouchons monstres à l’entrée d’Alger à cause des barrages filtrants de la gendarmerie.

9H30

Alger : Même dispositif que les deux dernières marches

Société

En vacances depuis mars, les élèves du cycle primaire rejoignent les bancs de l’école

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Plus de cinq millions d’élèves du cycle primaire rejoindront ce mercredi leurs établissements scolaires après plus de sept mois de vacances forcées en raison de la pandémie de coronavirus.

En effet, selon les données communiquées par le ministère de l’Education nationale, plus de 5.289.666 élèves inscrits au cycle primaire, répartis sur 19.703 établissements scolaires à travers le territoire national rejoindront les bancs de l’école ce mercredi.

Le coup d’envoi de la rentrée scolaire pour l’année 2020-2021 sera donné par le Premier ministre Abdelaziz Djerad qui s’est déplacé pour l’occasion à la wilaya de Batna à la tête d’une délégation ministérielle.

Cette rentrée qui intervient alors que le nombre de contaminations par le coronavirus connait un rebond inquiète les parents d’élèves qui ont appelé à reporter encore une fois la date de la reprise.

Cependant le ministre de l’Education Mohamed Ouadjaout a rassuré qu’un protocole sanitaire a été adopté en collaboration avec le comité scientifique du ministère de la Santé. Il s’agit, en plus de la distanciation sociale et la désinfection des lieux, de répartir les élèves en groupes, de travailler par alternance et de réduire proportionnellement le volume horaire pour chaque matière

De son coté, le ministre de la Santé nationale, Abderrahmane Benbouzid a affirmé lors de ses différentes sorties médiatiques que la rentrée scolaire doit avoir lieu même si la situation épidémiologique ne s’améliore pas. “Nous devons co-exister avec le virus”, avait-t-il dit.

Aussi fermés depuis le 12 mars dernier, les établissements du cycle moyen et secondaire rouvriront leurs portes aux élèves le 4 novembre prochain.

Continue Reading

Société

Coronavirus: 223 nouveaux cas et 8 décès supplémentaires

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

223 nouveaux cas de coronavirus et 8 décès supplémentaires ont été enregistrés au cours des dernières 24h en Algérie, a informé le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus.

131 nouveaux cas de guérison ont été enregistrés au cours des dernières 24h. Le Bilan national s’élève ainsi à 54829 cas, 1873 décès et 38346 guérisons, précise le comité.

Continue Reading

Société

Suppression de jurés dans les tribunaux criminels : L’objection des avocats

Melissa NAIT ALI

Published

on

Plusieurs dizaines d’avocats ont organisé, aujourd’hui 25 février, un rassemblement devant le tribunal Abane Ramdane à Alger. Ils demandent le respect des lois et la Constitution et dénoncent le 5ème mandat du chef de l’Etat.
© INTERLIGNES | Manifestation des avocat Alger


L’Union des ordres des avocats (UNOA) rejette une série de dispositions contenues dans le projet de réforme des tribunaux criminels proposé par le ministère de la justice. Soumis à débat en vue de son enrichissement, le texte essuie déjà des critiques acerbes de la part des robes noires.


En effet, dans un communiqué rendu public ce mardi, l’UNOA mis l’accent sur, notamment, trois points essentiels contraires, à ses yeux, au principe du procès équitable. Selon le communiqué, les avocats s’opposent catégoriquement à la suppression de l’instance des jurés dans les tribunaux criminels.

« L’ensemble des barreaux s’oppose à la suppression de cette instance, car elle n’est pas conforme au disposition de l’article 164 de la Constitution. De plus l’instance des jurés est une garantie fondamentale d’une justice équitable et un acquis pour la Algériens depuis l’indépendance », lit-on dans ce communiqué.

L’article 164 de la Constitution, rappelons-le, stipule que « la justice est rendue par des magistrats. Ils peuvent être assistés par des assesseurs populaires, dans les conditions fixées par la loi ».

En outre, l’Union appelle à un meilleurs choix des jurés parmi les magistrats les plus compétents qui devraient être soumis à une période de formation spéciale. L’instance des jurées est composée généralement de trois magistrats qui statuent ensemble lors des verdicts.

L’UNOA exigent également que la Cour d’appel criminelle se tient dans une région limitrophe comme c’est le cas en France et non pas dans la même wilaya où est situé le tribunal de première instance, afin d’éviter toute interférence dans le déroulement des procès.

Les robes noires demandent également la suppression de l’article 271 du code de procédure pénale qui permet le jugement des affaires criminelles sans la présence des avocats. Cet article, selon le même communiqué, permet à l’accuse de se faire défendre par un de ses proches ou des amis. « Pourtant, les complications procédurales et objective des tribunaux criminels exigent la présence des avocats », explique l’UNOA dans son communiqué.

De plus, l’Union réclame la suppression de la procédure de la citation directe, devenue, selon la même source, une sérieuse entrave au bon fonctionnement de la justice criminelle qui engendre une hausse du nombre de détention provisoire.

Poursuivant, les avocats demandent le retour aux procès groupés quand il s’agit de délit, dont les peines ne dépassant pas les 5 ans d’emprisonnement. « Cette procédure a prouvé son efficacité par le passé dans la protection des droits et des libertés ainsi le respect de procès équitables », ajoute l’Union des ordres des avocats.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR