Connect with us

Politique

DIRECT l 40e vendredi : Le bras de fer se durcit entre le Hirak et le pouvoir à trois semaines de l’élection présidentielle

Ce vendredi 22 novembre, le mouvement populaire bouclera son neuvième mois de protestation contre un régime politique qui refuse “traditionnellement” d’admettre l’exclusive suprématie du peuple dans la détermination de son destin. Un pouvoir qui s’entête, malgré le rejet sans appel des Algériens, à imposer son plan qui garantira mesquinement, au grand dam de ceux qui luttent pour une véritable indépendance de l’Algérie, son immuabilité. Mais le peuple a dit son mot : “pas de répit jusqu’au départ de tous les “résidus” de ce régime “décrépit”.

Avatar

Published

on

17e vendredi de mobilisation consécutif à Alger.

Les Algériens s’apprêtent ce vendredi à batte le pavé pour la 40e semaine consécutive contre le pouvoir. Une nouvelle marche populaire qui portera une nouvelle fois l’inébranlable détermination des millions d’Algériens en quête d’un changement radical de la situation politique. Leurs revendications sont les mêmes et leur mobilisation s’affiche de plus en plus intensément, à mesure que l’élection présidentielle tant contestée approche.

Mais le pouvoir qui continue à battre froid les revendications populaires, opte pour une solution, la présidentielle, qui ne fait pourtant pas l’unanimité, accentuant de ce fait une crise déjà “endémique” et fouette encore le sang des contestataires.

Cette semaine, la campagne électorale a débuté dans un climat tendu marqué par une forte mobilisation des Hirakistes qui ont investi la rue dans plusieurs wilayas, pour faire barrage aux meetings “quasi-ratés” des cinq candidats. Des marches nocturnes ont même eu lieu dans de nombreuses villes du pays. Contrairement aux derniers mois, les manifestants n’attendent plus le vendredi ou le mardi pour exprimer leur rejet de la feuille de route du pouvoir.

La contestation contre les élections s’intensifie, la répression aussi. De nombreux activistes et militants ont été arrêtés, certains placés en détention provisoire, tandis que d’autres condamnés avec une célérité et un zèle inhabituels.

20H00

Sur les 5 personnes arrêtées à Sétif, 4 d’entre elle sont relâchées. Il reste Nacer TACHA au commissariat, alors que des avocats et des citoyens sont toujours mobilisés pour sa libération“, peut-on lire également

Par la-même, “Les 4 personnes arrêtées ce matin à Alger et conduites au commissariat du 5e Arrondissement (Bab El Oued) ont été relâchées après 12 heures de garde à vue. Il s’agit de Izouaouen Mourad, Hammrouche Fares, Hammrouche Radoua et Iaazouguen Mourad“, rapporte également la même source.

Clôturant au sujet des arrestations de ce 40 vendredi de Hirak, le CNLD annonce enfin “Kadour Chouicha et son épouse Djamila Loukil relâchés à Oran“, informe le CNLD dans un post sur les réseaux sociaux, en précisant “En attendant, il reste encore 12 autres personnes au commissariat”,

18H30

Les manifestants se dispersent dans le calme. Bilan de la journée : plusieurs dizaines de manifestants arrêtés dans plusieurs wilayas.

17H12

Le pouvoir multiplie les arrestations contre les manifestants pacifiques. Ce vendredi, la police a procédé à l’arrestation de 13 manifestants à Oran, parmi eux le militant de la LADDH, Kaddour Chouicha et son épouse Djamila Loukil (journaliste), annonce encore le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

17H02

Quatre manifestants ont été arrêtés pour port de drapeau amazigh à Sétif. Il s’agit de Nacer Tacha, Hakim Ihamouchen, Ahmed Amazigh, Zahir Boubegtitene, annonce le CNLD.

17H00

Alger : les manifestants commencent à se disperser dans le calme après une grandiose marche.

16H20

Batna : les manifestants ont réitéré leur rejet de la présidentielle et réclamé un véritable changement. “Etat civil et non militaire” ou “Gaid Salah dégage“, scandent entre autres les Hirakistes.

16H15

Forte mobilisation à Bordj Bou Arreridj. Des milliers de manifestants ont investi la rue pour ce 40e vendredi scandant des slogans hostiles à l’élection présidentielle et réclamant la libération des détenus d’opinion.

16H10

Forte mobilisation à Mostaganem. Les manifestants, sortis massivement pour ce 40e vendredi consécutif contre le pouvoir, rejettent en bloc les élections présidentielles scandant à tue-tête “Makach intikhabat maâ el issabat” (pas d’élections avec la bande)

Crédit photo : DR

16H00

“Nous allons poursuivre le Hirak“, scandent les centaines de manifestants à Tlemcen.

15H59

La mobilisation est de plus en plus forte à Alger. Une marée humaine défile à la Grande Poste.

15H40

Tizi Ouzou : mobilisation impressionnante. Des milliers de manifestants ont investi les rues de la ville pour exprimer leur rejet de la présidentielle et réclamer la libération des détenus.

Crédit photo : Interlignes

15H30

Déclaration de l’avocate Zoubida Assoul: “Il ne peut pas y avoir d’élections contre la volonté populaire”

15H20

L’épouse de Karim Tabbou, Zahra Tabbou, prend part à la marche populaire à Alger aux côtés des milliers de manifestants.

15H00

Alger est noire de monde. Des milliers de manifestants ont exprimé leur rejet catégorique du prochain scrutin et affiché leur détermination à aller jusqu’au bout de leur révolution pacifique contre le pouvoir.

Crédit photo : Interlignes

14H55

Comme chaque vendredi, les habitants de Sidi Bel Abbès sont au rendez vous avec une nouvelle mobilisation populaire contre le pouvoir en place. “Makach el vote fi Sidi Bel Abbès“, scandent les Hirakistes.

14H45

Marée humaine à Alger : des centaines de milliers de manifestants scandent comme un seul homme “Pas d’élection avec la bande” ou encore “Les généraux à la poubelle, l’Algérie arrachera son indépendance“.

14H30

Makach intikhabat maâ el issbabat” (pas d’élections avec la bande) scandent les milliers de marcheurs à Oran.

14H27

Impressionnante mobilisation dans la ville de Béjaia. Des milliers de manifestants investissent la rue pour le 40e vendredi consécutif contre le régime en place.

14H25

Grande mobilisation à Bouira. Les marcheurs réclament la libération des détenus et réitèrent leur rejet de la présidentielle.

14H22

40e vendredi de mobilisation populaire à Alger. Les manifestants réiterent leur rejet de l’élection préidentielle prévue le 12 décembre prochain.

14H20

Grande mobilisation à Alger pour ce 40e vendredi. Les manifestants déterminés à aller jusqu’au bout !

14H02

Alger: les manifestants exigent la libération des détenus d’opinion.

14H00

Les manifestants disent “Non” aux élections présidentielles du 12 décembre.

Crédit photo: INTERLIGNES

13H48

Début de manifestation à Alger. Des milliers de manifestants marchent dans les rues de la Capitale scandant “Etat civil et non militaire“. Les Hirakistes rejettent également les élections présidentielles prévues le 12 décembre prochain. “L’annulation du vote est un devoir national“, crient-ils à gorges déployées.

13H44

Izouaouene Mourad et deux de ses amis arrêtés à cause la plaque d’immatriculation de leur voiture portant le code wilaya 06 (Béjaïa). Ils sont au commissariat de Bab El Oued (source CNLD).

13H30

Des manifestants brandissent les portraits de deux révolutionnaires parmi les plus célèbres de la Casbah “Hassiba Ben Bouali” et le “Petit Omar”, tombés en martyrs le 8 octobre 1957.

Crédit photo : INTERLIGNES

13H19

 La Moudjahida Louisette Ighilahriz prend part, comme chaque vendredi, à la marche populaire tenant à la main le portrait du Moudjahid Lakhdar Bouregaâ.

Crédit photo: Interlignes

13H15

Tizi Ouzou: les manifestants qui entament la marche pour le 40e vendredi consécutif contre le pouvoir en place, rejettent une nouvelle fois la tenue de l’élection présidentielle du 12 décembre et réclament la libération des détenus d’opinion.

13H10

Quartier des Genêts (Tizi Ouzou).

Crédit photo : Interlignes
Crédit photo : Interlignes

13H00

Début de la marche à l’Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou.

12H45

La foule bigarrée entonne, en choeur, un nouveau chant du hirak, exprimant ainsi une détermination inébranlable à aller jusqu’au bout de l’insurrection.

12H25

Des manifestants protestent contre la venue de Bengrina à El Bayadh. “Dégage Bengrina, cette année il n’y aura de vote“, scandent les protestataires rassemblés devant le siège de la bibliothèque principale placées sous haute protection.

12H20

Les Hirakistes brandissent des portraits des détenus du Hirak, en détention depuis plusieurs mois, et réclament leur libération.

Crédit photo: INTERLIGNES

12H15

Les candidats à la présidentielle du 12 décembre se font houspiller par les manifestants.

12H10

Des manifestants rendent hommage aux Martyrs de la guerre de libération nationale.

Crédit photo: INTERLIGNES

12H00

Au fil de la matinée, le nombre de manifestants ne cesse de grossir. Ils sont plusieurs centaines à battre le pavé dans la Capitale pour ce 40e vendredi de mobilisation populaire contre le pouvoir en place.

Crédit photo: INTERLIGNES

11H55

Les manifestants dénoncent les arrestations opérées par les services de sécurité lors des marches contre les élections. “Hamla iâtiqalia machi intikhabia” (campagne d’arrestation et non électorale), scandent les marcheurs.

11H45

Début de manifestation à Alger.

11H40

Les arrestations des manifestants se poursuivent. 23 personnes ont été arrêtées lors d’une manifestation contre la venue de Benflis à Biskra, selon le comité nationale pour la libération des détenus (CNLD)

11H33

Alger : les premiers manifestants défilent dans le Centre-ville scandant des slogans hostiles aux élections présidentielles du 12 décembre prochain.

11H00

Le premier groupe de manifestants se forme à côté du siège du RCD à la rue Didouche Mourad, scandant d’emblée des slogans hostiles à Gaid Salah, “1,2,3 Viva l’Algérie, Gaid Salah est un dictateur“.

Politique

Le siège de l’Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale a présidé, mardi, la cérémonie de baptisation du siège de l’Etat major de l’Armée nationale populaire (ANP), du nom du défunt moudjahid, Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, rapporte l’agence de presse officielle.

La cérémonie a été organisée dans le cadre de la visite qu’effectue le président de la République au siège du ministère de la défense nationale (MDN).

Dans le cadre de cette visite, Abdelmadjid Tebboune a également présidé une séance de travail, en présence du Général-Major Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP) par intérim, du Commandant de la 1ère Région militaire et des Commandants des Forces terrestres, aériennes et maritimes, de la Garde républicaine, de la Gendarmerie nationale et des Forces de défense aérienne du territoire ainsi que des chefs des départements et des directeurs centraux du MDN.

Les Commandants et responsables des régions militaires ont également suivi, par visioconférence, cette séance, selon un communiqué du MDN publié à l’occasion de cette visite.

Continue Reading

Politique

Convoqué par le CSM : la comparution de Saadedine Marzoug reportée à la prochaine session disciplinaire

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Il a été convoqué le 19 mai par le conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour le 1er juin pour “erreur de procédure”, la comparution du président du club des magistrats, Saadedine Marzoug a été reportée à la prochaine session disciplinaire a fait savoir le concerné dans une déclaration à Inter-lignes.

Selon lui, le président de la session la reporté pour que le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati puisse répondre aux arguments de la défense. Saadedine Marzoug qualifie ce report de “première” puisque une telle décision n’a jamais été prise auparavant “dans l’histoire du conseil supérieur de la magistrature”.

Concernant sa suspension qui date de décembre dernier, Saadeddine Marzoug a expliqué que le ministre de la Jusitce doit le réintégrer à son poste en vertu des articles 65 et 66 de la loi organique de la magistrature qui stipulent que “le Conseil supérieur de la magistrature doit statuer sur une affaire disciplinaire dans un délai de six (6) mois à compter de la date de la suspension, sinon le juge reprendra l’exercice de ses fonctions de force de loi”.

Rappelons que le président du club des magistrats, un syndicat en cours de constitution, Saadedine Marzoug a été convoqué le 19 mai pour comparaître le 1er juin devant le conseil de discipline du Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Convoqué pour “erreur de procédure, Saadedine Marzoug a dénoncé, dans une déclaration précédente à Inter-lignes “un règlement de comptes qui ne date pas d’aujourd’hui” mais qui “remonte à l’époque de Louh ».

Les membres du club des magistrats ont également exprimé leur soutien à leur confrère. Dans un communiqué publié le 20 mai, ils ont qualifié la décision de suspendre Saadedine Marzoug d’ “abusive” et sa convocation devant le CSM de “tentative de museler la seule voix qui défend l’indépendance du secteur ».



Continue Reading

Politique

Sofiane Djilali : Tebboune s’engage à libérer prochainement Tabbou et Belarbi

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Sofiane Djilali, président de Jil Jadid

Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, a révélé ce mardi 2 juin que le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune s’engage à libérer prochainement les deux détenus d’opinion, Samir Belarbi et Karim Tabbou “comme gage de son intention de favoriser l’apaisement et le dialogue national”.

“A la suite de l’appel public à la libération des détenus d’opinion qu’il a formulé le 14 Mai 2020, M. Soufiane Djilali avait introduit une demande d’audience auprès de Monsieur le Président de la République, qui lui a été accordée pour le mercredi 27 Mai 2020”, a révélé le parti dans un communiqué diffusé sur son site-web.

Et d’ajouter : “Le Président de la République, Monsieur Abdelamadjid Tebboune, et en réponse à la requête portée auprès de lui par le Président de Jil Jadid, a accepté d’agir, dans le cadre stricte de ses prérogatives constitutionnelles et légales, et comme gage de son intention de favoriser l’apaisement et le dialogue national, pour que Karim Tabou et Samir Benlarbi retrouvent leur liberté au plus vite, au terme de la procédure présidentielle officielle”.

Selon le communiqué, Jil Jadid “avait refusé en un premier temps de communiquer sur cette démarche qu’il voulait garder dans la discrétion totale par respect pour les détenus et pour éviter toute interprétation tendancieuse et politicienne. La conjoncture politique lui impose aujourd’hui de la rendre publique pour éclairer l’opinion nationale sur la stricte vérité”.

En outre, le part Jil Jadid s’est dit “heureux de cet engagement solennel du Président de la République et attend avec impatience que Karim Tabou et Samir Benlarbi retrouvent enfin la chaleur de leurs familles et qu’ils puissent combler d’affection, en toute quiétude, leurs proches et leurs enfants”.

Notons que cette déclaration coïncide avec le transfert, lundi, de Samir Belarbi de la prison d’El Harrach vers celle de Koléa où est incarcéré notamment le militant Karim Tabbou. Le procès de ce dernier a également été reporté lundi pour la 3e fois consécutive.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR