Suivez-nous

En continu

Direct du procès Said Chitour (actualisé)

Poursuivi pour «intelligence avec une puissance étrangère», Saïd Chitour aujourd’hui devant le tribunal criminel Dar El Beida. Ses avocats Me Mustapha Bouchachi, Me Khaled Bourayou et Miloud Brahimi vont assurer sa défense.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Le journaliste arrêté Said Chitour

09H30

Arrivée de tous les détenus au plais de justice de Dar El Beida. Saïd Chitour est présent malgré sa maladie. Une dizaine de journalistes sont présents dans la salle. La famille de l’accusé est aussi présente dans la salle.

11H30

Said chitour arrive dans la salle.

Souriant malgré la fatigue. Saïd est vêtu d’un t-shirt bleu. Les doigts croisés, il n’arrête pas de regarder autour de lui. Sourire sur le visage malgré sa maladie, l’accusé n’arrête pas de saluer tous les présents dans la salle.

11H50

Le juge rentre dans la salle et la séance reprend. Le juge appelle Saïd Chitour et lui annonce son accusation avant de reprendre sa place. Les quatre Jury tirés au sort par le tribunal sont appelés par le juge.

Le juge donne la parole à Said Chitour :

“Je vous jure, je  suis journaliste professionnel et tous les journalistes savent que je n’ai rien fais de tout ça. Tout ce que j’ai fait est dans l’intérêt du pays. J’ai 54 ans et j’ai toujours servi mon pays. J’ai emmené des journalistes en formation à l’étranger. J’ai toujours plaidé pour décrocher des formations aux journalistes algériens.

 

Juge : Qu’est ce qu’ils (ambassades et société étrangères Ndlr) ont demandé et qu’est ce que vous avez fait?

Je fais partie de l’association Nelson Mandela. Nous avons fais un reportage.

Je traduisais les articles de presse d’El Khabar et d’autres journaux vers la langue anglaise. Ces informations que j’ai traduites sont lisibles dans la presse. Je reprenais aussi les articles de presse des journalistes crédibles.

Corée du SUD

Ils voulaient développer des relations politiques et économiques avec l’Algérie. Ils m’ont demandé des informations. Les coréens veulent ouvrir des restaurants en Algérie et aider leurs entreprises de bâtiment à s’installer ici.

Corée du nord

Ils ont des salariés qui travaillent pour des sociétés chinoises. Ils voulaient qu’ils travaillent pour leurs sociétés de bâtiment et de restauration.

Secrétaires du consulat de France :

J’appartiens à une famille révolutionnaire. Je n’ai rien fourni. Ils voulaient des informations sur la décennie noire. Mais pas des informations secrètes. Ce sont des informations sur la vie du quotidien que je récoltais auprès de ma famille par exemple.

Et les ambassades? Tu les vois ou?

Ils me connaissent en tant que journalistes professionnel. Je les rencontre dans les ambassades ou dehors d’ailleurs. Ils veulent avoir des informations sur la vie politique en Algérie. Ce qui les intéresse surtout est les partis pro-pouvoir.

Comment et pourquoi vous êtes en relation avec le cabinet Sway Strategy?

Ils m’ont contacté à travers BBC, mon employeur. Ils veulent travailler avec des sociétés privées dans notre pays.

 

Avez vous donné un plan d’une société pharmaceutique?

Je n’ai donné aucun plan. Ils m’ont juste demandé si cette société existe. J’ai juste envoyé une image qui est d’ailleurs disponible sur leur site.

 

Procureur : Est ce qu’il y a une contrepartie?

Saïd : Oui, c’est normal ! C’est mon travail, et ils me connaissent comme journalistes à la Radio BBC. J’ai exercé 25 ans avec eux.

Procureur : Est ce que les articles et comptes rendues sont destinés spécialement aux médias ou aux autres institutions?

Il n’y a pas de comptes rendus, ni rien. Je donnais les informations de bouche à oreille. Ils voulaient un avis d’une personne neutre.

Pourquoi ils ne lisent pas la presse directement sans passer par vous?

Ils ne connaissent pas. Ils ne savent pas quels sont les médias crédibles. En plus de cela, ils n’ont pas de traducteurs spécialisés dans tout ça.

Procureur : Des entreprises coréennes sont déjà présentes ici. Comment vous dites qu’ils veulent investir ici?

Pas que dans le domaine de l’industrie. Ils veulent faire des échanges avec la société civile en Algérie. Nous avons organisé plusieurs ateliers dans l’intérêt des algériens. Nous avons formé plusieurs spécialistes, notamment avec El Khabar et KBC. Nous n’avons pas les compétences suffisantes en Algérie.

Procureur : Quand la Corée du Nord vous demande ddes informations sur la Corée du Sud?

J’ai refusé monsieur le président. J’ai dis que je suis journalistes et je ne ferais pas autre chose.

 

Vous avez demandé à toutes ces parties de vous contacter que par mail. Pourquoi?

 Ça fait 16 mois que je suis en prison. Regardez,  j’avais beaucoup de pression. Je suis malade. je ne pouvais plus me déplacer comme avant.

Procureur :

Ce crime touche à la sécurité et stabilité du pays. L’existence de ce genre de crimes, prouvent qu’il n’est pas nationaliste. Il devait rendre ces services pour son pays. L’accusé considère que donner des informations à des puissances étrangères est rien. Il est considéré comme intelligence avec puissance étrangère. Je suis étonné quand l’accusé dit que ces informations sont présentes sur des sites d’informations. Etrange !

La police scientifique a examiné son téléphone et son ordinateur. Ils ont trouvé des choses étranges. Ces informations échangées par SMS ou par mail sont très étranges. Nous avons la confirmation que ces accusations sont fondées.

 

12H40

Le procureur requiert 05 ans de réclusion criminelle.

 

Les avocats de la défense, maîtres Miloud Brahimi et Khaled Bourayou remettent en question les accusation “non fondées” et demandent l’acquittement de Saïd Chitour. “aucun élément dans le dossier que nous avons consulté intégralement ne prouve les accusations. Elles ne sont pas fondées” Plaid maître Khaled Bourayou en demandant au juge “de remettre à la justice sa crédibilité et de ne pas accepter que les procédures judiciaires soient violées”.

Mustapha Bouchachi : ” ce qui se passe est très regrettable. Ce journaliste qui travaille avec un média, est devenu quelqu’un qui donne des informations à des sociétés étrangères.”. “Les informations sont des informations basiques, et ne touchent en aucun moment à la sécurité du pays. Les actions de Sonatrach ont-elles baissées en bourses depuis? Ces informations ont empêché les services de sécurité de combattre le terrorisme? Non. La victime n’est pas chitour. La première victime est la justice. La deuxième est l’Algérie. Je ne sais pas qui n’est pas d’accord avec Chitour et il l’a mis en prison.” plaide maitre Bouchachi Mustapha.

“Si nous étions dans un pays de droit, la justice appellera le ministère de la défense et demandera quelles sont les informations fournies par Saïd Chitour, celles qui touchent à la sécurité nationale. Si nous étions dans un pays de droit, la justice appellera les ministères du commerce et de l’industrie pour nous donner ces informations fournies pas l’accusé et qui touchent la sécurité économiques du pays”.

“monsieur le président, vous ne pouvez pas appliquer l’article 65 du code pénal, car, aucune preuve n’est fournie dans le dossier” insiste maître Bouchachi.

Saïd Chitour : ” je suis innocent et fils de ce pays,  de parents algériens. J’ai milité pour ce pays, et j’ai voulu embellir l’image de l’Algérie” .

 

13H35

La séance est levée et le verdict dans quelques minutes.

14H45

Verdict :16 mois de prison ferme et une année avec sursis. La famille du journalistes ainsi que tous les présents venus assister au procès se félicitent pour cette victoire.

 

 

 

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR