Suivez-nous

Politique

Direct | 45e vendredi du Hirak : Abane Ramdane et la primauté du civil sur le militaire mis en avant

L’Algérie s’apprête à vivre le dernier vendredi de mobilisation populaire pour l’année 2019. Un hasard du calendrier fait que ce 45e vendredi de la révolution du sourire coïncide avec le 62e anniversaire du décès de l’architecte du congrès de la Soummam, Abane Ramdane, assassiné par ses compagnons de lutte.
Les Algériens devraient lui rendre hommage, d’autant qu’il est à l’origine du principe de “primauté du civil sur le militaire”, que les manifestants entonnent lors des marches “Dawla madanya machi aaskaria”, refusant ainsi la mainmise des militaires sur la décision politique.
Ce vendredi marque également un tournant historique avec la disparition du chef d’Etat-major de l’ANP, le général Ahmed Gaid Salah, décédé ce lundi et enterré mercredi.

Achour Nait Tahar

Publié

le

© INTERLIGNES | 45e vendredi du Hirak, les manifestants rendent hommage à Abane Ramdane.

Fin de journée pour ce 45e vendredi du Hirak qui a vu, comme à l’accoutumée, une très forte mobilisation des manifestants à travers le territoire national.

D’Est en Ouest, du Nord au Sud, la communion entre le peuple a été une nouvelle fois prouvée par l’hommage rendu, à titre posthume, à Abane Randane, architecte du congrès de la Soummam, à l’occasion du 62e anniversaire de son assassinat.

C’est ’est bien pour la première fois de l’histoire de l’Algérie indépendante qu’un tel hommage est rendu à celui qui a été l’initiateur de « La primauté du civil sur le militaire ». Ce dogme péremptoire a été repris par le Hirak qui l’a remis à jour, sous une forme contextuelle, « Dawla madaniya, machi Aâskariya (Etat civil et non militaire) ».

Autres faits notables de la journée, les slogans entonnés lors des marches et dans les différentes villes du pays. Après le décès du chef d’Etat-major de l’ANP, qui était une des cibles principales des manifestants et qui n’ont pas, à un seul moment, cité son nom lors de cette journée, ont été tournés vers d’autres figures politiques ou militaires. Principalement, c’est Abdelmadjid Tebboune, le nouveau chef de l’Etat, qui en a pris pour son grade et hérite d’un nombre important de slogans dans lesquels il est décrié.

Autres cibles des slogans des manifestants, les généraux de l’Armée et Said Chengriha, le nouveau chef d’Etat-Major intérimaire de l’ANP. A peine ce dernier a pris ses fonctions qu’il est visé par la bronca populaire.

Parmi les faits marquants de cette journée également, l’interdiction de la marche pacifique à Tiaret. Pour le deuxième vendredi de suite, les forces de l’ordre se sont opposées aux rassemblements populaires dans cette ville, qui n’a pourtant connu aucun débordement ou incivilités, lors des précédentes marches, de la part des manifestants et qui auraient motivé cette décision. « Hogra », clament des citoyens de la ville.

Enfin, à Annaba, les marcheurs de la contestation populaire ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre, qui ont procédé à des arrestations parmi les manifestants. Tout cela « pour permettre à une quarantaine de personnes de rendre hommage au chef d’Etat-major décédé », déclarent des internautes.

Rendez-vous vendredi prochain, premier vendredi de la nouvelle année.

16H50

Alger : tout est résumé dans ce tweet où on entend les commentaires suivants “Vendredi 45 et on n’est pas prêts de s’arrêter. Voilà le vrai peuple, le peuple vient à pied, pas transporté par des bus loués. Le peuple qui n’a pas besoin qu’on lui paye de sandwich. 45e vendredi, date anniversaire de Abane Ramdane qui à dit : primauté du civil sur le militaire. Allah Yerahmou“.

16H40

Sétif : les manifestants de la capitale des Hauts-plateaux toujours au rendez-vous et fidèles au Hirak.

16H30

Constantine : “Ya Hna, Ya N’touma, Maranache Habssine (Ou c’est nous, ou c’est vous ; nous on ne s’arrêtera pas)”, scandent les manifestants à l’attention du pouvoir. Ils affichent ainsi la volonté du peuple de poursuivre la contestation jusqu’à la satisfaction de ses revendications.

16H00

Alger : des nouvelles font état de l’arrestation de Me Bouchachi par des agents de police en civil. L’avocat, figure connue du Hirak, s’était dévoué, en compagnie d’autres de ses confrères, à la défense bénévolement des détenus politiques.

15H50

Alger : les manifestants usent d’un humour incroyable pour tourner dérision les images diffusées des obsèques du chef d’Etat-major, enterré à El-Alia. Images où a pu voir des gens courir tout le long de la route moutonnière, à côté du cortège funèbre. “Qouloulou Hekmek El Var Tedjri F’lautoroute, Teq3ag Lehass Hata N’har T’mout (Dites-lui qu’il a été filmé en flagrant délit à courir sur l’autoroute, il restera un lèche-bottes jusqu’à la fin de ses jours)”, est-il clamé par les marcheurs.

15H45

Bou Saâda : les manifestants marchent dans cette ville de la wilaya de M’sila en scandant leur rejet de l’élection du nouveau président Président. “Tebboune El cocaïne”, martèlent-t-ils.

15H30

Tlemcen : les citoyens de la capitale des Zianides marchent pour le changement en scandant “Allahou Akbar Abane Ramdane”. Bel hommage posthume, venu de l’extrême Ouest du pays, en ce 62e anniversaire de l’assassinat de cette figure emblématique de la Révolution algérienne.

15H20

Tiaret : la marche pacifiste des citoyens de Tiaret a été empêchée ce vendredi encore, comme cela fut le cas week-end passé.

15H15

Alger : la procession de manifestants est à l’arrêt à la rue Didouche Mourad, plus d’espace devant pour avancer. Les centaines de milliers de citoyens sortis pour ce 45e vendredi de suite ont rempli tous les espaces au Centre-ville. Nouveau slogan : “Dégage Madjid Tebboune, Had Echa3b Machi Aggoune (Dégage Tebboune, ce peuple n’est pas muet)”.

15H05

Alger : Enorme ! Les manifestants continuent d’affluer sur le Centre-ville. Le boulevard Zighout Youcef est archi-comble de monde. Dans quelques minutes, la Grande poste sera submergée.

15H00

Annaba : la répression s’abat sur les manifestants sortis marcher en ce 45e vendredi du Hirak. “Arrestation, répression et usage de gaz lacrymogènes contres des manifestants pacifiques pour faire place nette à 40 personnes venues organiser une marche de soutien à la mémoire chef d’Etat-major décédé”, écrit un citoyen dans un post sur facebook.

14H55

Bordj Bou Arréridj : des milliers de manifestants marchent en ce 45e vendredi du Hirak. A l’instar des autres villes du pays, la principale cible des slogans sont les généraux de l’armée, qui sont tenus pour responsables de la situation qui prévaut dans le pays.

14H50

Alger : une véritable marée humaine se déverse sur le Centre-ville, venant de Bab El Oued et de la basse Casbah et empruntant le front de mer puis la rue Asselah Hocine. Ces milliers de manifestants marchent sous les slogans “Allahou Akbar, Abane Ramdane”, “Ya Issaba Tebboune Ma Yehkamnach (Ô bande, Tebboune ne nous gouverne pas)” ou “Djaboulna Rais Ibi3 El Ghobra (Ils nous ont ramené un président qui deal la coke)”

14H48

Constantine : la capitale de l’Est algérien est envahie par les manifestants du Hirak pour ce vendredi. On entend clairement les marcheurs clamer “Dawla Madaniya, Machi 3askariya (Etat civil et non militaire)”. Les Constantinois signifient clairement leur rejet du système politique géré, de derrière le rideau, par les militaires.

14H45

Jijel : les mêmes slogans, entendus dans les autres villes du pays, sont repris par les manifestants à Jijel “Dawla Madaniya, Machi 3askariya (Etat civil et non militaire)”.

14H45

Blida : les manifestants de la ville des roses défilent en entonnant “Dégage les généraux”.

14H40

Tizi Ouzou : les slogans que les manifestants entonnaient à l’attention de feu l’ancien chef d’Etat-major de l’ANP, Gaid Salah, sont désormais adressés à Abdelmadjid Tebboune. Ecoutez !

14H35

Oran : la ville qui a connu un élan de sympathie grandiose, la semaine passée, voit aujourd’hui les manifestants défiler aux chants de “Hna Ouled Amirouche, marche arrière Ma N’wellouche (Nous, enfants de Amirouche, on ne reviendra pas en arrière).

14H20

Béjaïa : une foule immense de manifestants arpente les rues de la ville, comme à chaque vendredi, et scande les slogans du Hirak, dont “Les généraux à la poubelle, El Djazaïr Teddi Listiklal (Les généraux à la poubelle, l’Algérie aura son indépendance)” ou autre “Pouvoir assassin“.

14H10

Mostaganem : les manifestants rassemblés au Centre-ville scandent “Tebboune cocaïne”. Ils dénoncent l’élection de Abdelmadjid Tebboune à la présidence de la République.

14H00

Tizi Ouzou : entre-autres messages de ce 45e vendredi du Hirak, les manifestants confirment leur volonté de continuer le combat jusqu’à l’édification d’une seconde République.

© INTERLIGNES | Tizi Ouzou

13H55

Alger : les manifestants brandissent les portraits de Abane Ramdane et des pancartes sur lesquelles est inscrite son principe de “Primauté du civil sur le militaire”. Ce slogan est repris par la génération du 22 février 2019.

© INTERLIGNES | Portrait de Abane Ramdane, porté par les manifestants 62 ans après son assassinat.

13H45

Alger : les manifestants mettent en avant le legs de Abane Ramdane qui est derrière “Abane Ramdane Khella W’saya, Dawla Madaniya”. Par ce chant, ils rendent un vibrant hommage au Martyr longtemps ignoré par les tenants successifs du pouvoir.

13H30

Alger : énorme dispositif policier mis en place pour canaliser la manifestation et empêcher les manifestants de marcher sur la rue Didouche Mourad. Les manifestants font face en entonnant “Djazaïr Horra Dimocratiya”. Le bras de fer engagé par la police ne tiendra pas avec l’afflux des manifestants qui arrivent de tous les quartiers de la ville.

13H20

Bouira : début de la grande procession hebdomadaire de contestation à “Thuvirets”. “Sem3ou Sem3ou Ya Nas, Abane Khela W’saya, Dawla Madania Machi 3askariya (Ecoutez ô gens, Abane a laissé un testament, Etat civil et non militaire)”, scandent-ils en ce jour anniversaire de l’assassinat de l’architecte du congrès de la Soummam.

13H10

Tizi Ouzou : les manifestants, qui se sont mis en mouvement plus tôt que d’habitude, entonnent des chants contestataires et portent des portraits de la figure emblématique de la Révolution, Abane Ramdane, dont c’est le 62e anniversaire de son assassinat.

12H50

Alger : les manifestant scandent “libérez les détenus, ils n’ont pas vendu la cocaïne”, en préambule à la manifestation qui s’annonce grandiose.

11H50

Alger : arrivée des premiers manifestants à la rue Victor Hugo qui débouche sur la rue Didouche Mourad, lieu de convergence des manifestants à chaque vendredi.

Politique

Coronavirus : Tebboune ordonne au gouvernement “de faire preuve de la plus grande vigilance”

Avatar

Publié

le

© DR | Abdelmadjid Tebboune, candidat à la présidentielle du 12 décembre 2019 (archives)

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné au gouvernement et à toutes les autorités sanitaires de faire preuve de la plus grande vigilance suite à l’annonce par le ministre de la Santé d’un premier cas de contamination au Coronavirus en Algérie.

“J’ai ordonné au gouvernement et à toutes les autorités sanitaires du pays de faire preuve de la plus grande vigilance”, a écrit Tebboune sur son compte Twitter.

Il a également demandé aux autorités de lancer “une grande campagne de sensibilisation par tous les moyens de communication afin de protéger la santé publique”.

Hier un cas a été confirmé positif au coronavirus (Covid-19) parmi les deux cas suspects de nationalité Italienne, indique mardi soir le ministère de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière dans un communiqué.

“Le dispositif de surveillance et d’alerte mis en place au niveau national a permis de détecter deux (02) cas répondant à la définition du cas suspect (fièvre, symptômes respiratoires et notion de voyage d’une zone de circulation du coronavirus Covid-19)”, note le ministère de la Santé, précisant que “les deux cas suspects de nationalité Italienne, âgés de 55 ans et 61 ans, présentant les deux une comorbidité, ont été pris en charge conformément aux directives nationales”.

Lire la suite

Politique

L’émir du Qatar : “Nous avons besoin, aujourd’hui, de l’Algérie, d’autant que le monde arabe vit plusieurs crises”

Avatar

Publié

le

Par

L’émir de l’Etat du Qatar, Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani a valorisé, mardi à Alger, “le rôle de l’Algérie aux niveaux régional et arabe” et sa contribution au “règlement de nombreux conflits”.

Dans une déclaration à la presse à l’issue des discussions qu’il a eues avec le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune au siège de la Présidence de la République, Cheikh Tamim a indiqué: “nous valorisons le rôle de l’Algérie aux niveaux régional et arabe”, soulignant que “l’Algérie a une histoire honorable en matière de résolution des conflits survenus dans la région et le monde arabe. Nous avons besoin, aujourd’hui, de l’Algérie, d’autant que le monde arabe vit, malheureusement, plusieurs crises”.

Dans le même cadre, l’émir de l’Etat du Qatar a souhaité “la réussite” du prochain sommet arabe prévu à Alger.

Concernant ses discussions avec le Président Tebboune, il a affirmé qu’elles étaient “constructives et bonnes”. “Nous sommes d’accord sur tous les points”, a-t-il soutenu, exprimant sa détermination à œuvrer “à la promotion des relations bilatérales dans tous les domaines, notamment les domaines économiques et d’investissement”.

Lire la suite

Politique

Cour de Blida : “Aucuns propos attentatoires” à Abane Ramdane” n’ont été tenus par le procureur

Avatar

Publié

le

Par

Le Parquet général de la Cour de Blida a affirmé lundi qu'”aucuns propos attentatoires aux symboles de la Révolution de libération ni à la personne du Chahid Abane Ramdhane n’ont été tenus de la part du représentant du ministère public”, rapporte l’agence officielle.

“Le Parquet général de la Cour de Blida informe l’opinion publique qu’il tiens à démentir toutes les informations relayées par certains médias privés, certains sites et réseaux sociaux concernant le procès du nommée H.H qui s’est déroulé au Tribunal de Larbaa le 20 février en cours”, lit-on dans un communiqué de presse dont une copie a été remise à l’APS.

“Après investigation sur le déroulement de ce procès, il s’est avéré que le représentant du ministère public, lors de l’audience en question, n’a tenu aucun propos susceptibles de porter atteinte aux symboles de la révolution de libération ni à l’encontre du Chahid Abane Ramdhane”, a ajouté le communiqué.

Au cours de cette audience, le représentant du ministère public s’est employé dans son réquisitoire à mettre en évidence, conformément à ses prérogatives, les éléments du crime pour lequel est poursuivi le mis en cause.

“Contrairement à ce qui a été relayé, le Tribunal s’est retiré, au terme des plaidoiries, pour délibérer et non pas en raison d’une urgence quelconque qui aurait pu avoir lieu entre le représentant du ministère public et la défense de l’accusé”, a conclu la source.

Lire la suite

Tendances