fbpx
Suivez-nous

En continu

DIRECT. 31e vendredi: Le Hirak brave la menace et les restrictions du pouvoir

Un vendredi qui s’annonce particulier. Cette nouvelle journée de mobilisation populaire sera décisif pour l’avenir du hirak car elle survient au lendemain d’un énième discours pour le moins offensif du chef de corps d’armée, Ahmed Gaid Salah traduisant clairement la volonté du pouvoir de mettre termes au mouvement populaire. En visite dans la sixième région militaire, le général de corps d’armée a annoncé des « instructions » données à la gendarmerie pour interdire l’accès à la Capitale en prévision des marches hebdomadaires. Une décision que les Algériens ont fortement contesté et répondu par la poursuite du hirak bravant toutes les manoeuvres du pouvoir dont le seul objectif est d’aller vers une élection présidentielle quand même rejetée par la quasi majorité de la population.

Kenza Ait Bachir

Publié

le

 

« Nous avons constaté sur le terrain que certaines parties, parmi les relais de la bande, aux intentions malveillantes, font de la liberté de déplacement un prétexte, pour justifier leur dangereux comportement, qui consiste à créer tous les facteurs qui perturbent la quiétude des citoyens, en drainant chaque semaine des citoyens issus de différentes wilayas du pays vers la capitale, afin d’amplifier les flux humains, dans les places publiques », avait annoncé Ahmed Gaïd Salah à partir de Tamanrasset, cinq jours après la convocation du corps électoral par Abdelkader Bensalah avant de conclure son discours par l’annonce d’une instruction à la gendarmerie d’interdire l’accès à Alger.

« J’ai donné des instructions à la Gendarmerie nationale pour faire face avec fermeté à ces agissements, à travers l’application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris l’interpellation des véhicules et des autocars utilisés à ces fins, en les saisissant et en imposant des amendes à leurs propriétaires », a-t-il indiqué.

Il convient de rappeler que ces restrictions ne sont pas chose nouvelle pour les manifestants car, faut-il le préciser, les barrages filtrants de la gendarmerie refoulent systématiquement et depuis plusieurs semaines toute personne soupçonnée de prendre la route vers la Capitale pour participer à la marche. Mais ce qu’il s’avère nouveau, c’est la menace directe de Gaid Salah de prendre des mesures extrêmes allant jusqu’à la saisie des véhicules et auto-cars transportant les manifestants.

Sur les réseaux sociaux, les appels se sont multipliés en faveur d’une grande mobilisation pour ce 31e vendredi et pour le maintien du caractère pacifique du mouvement populaire exhortant ainsi les manifestants à mettre une crampe aux provocations qui pourrait émaner de la police.

16H00

Mostaganem : imposante mobilisation pour ce 31e vendredi. Les manifestants ont réitéré leurs revendications portées depuis le début du hirak, notamment l’instauration d’un Etat civil de droit. Les manifestants expriment leur refus quant à l’organisation des élections en présence des symboles de l’ancien régime.

15H45

Oran. « Les généraux à la poubelle et l’Algérie gagnera son indépendance », scandent les milliers de manifestants dans la rue qui n’ont pas manqué de rendre hommage aux jeunes décédés lors des affrontement à Relizane.

15H30

Sidi Bel Abbès: Les manifestants forts présents pour ce 31e vendredi du hirak.

15H19

Un tsunami humain à Alger pour dire non aux élections présidentielles.

15H14

Une marche grandiose à Alger. Les foules qui affluent de tous les quartiers de la capitale vers la Grande Poste, disent « non aux élections du 12 décembre »

Crédit photo l INTERLIGNES Media

15H00

Forte mobilisation à Mascara.  « Y en a marre de ce pouvoir, Irhalou », scandent les manifestants qui réclament un « Etat civil et non militaire ».

14H50

Des milliers de manifestants battent le pavé dans le centre ville de la wilaya d’Oran et rejettent l’élection présidentielle.

14H38

Tsunami humain à Béjaia. Des centaines de milliers de manifestants rejettent les élections présidentielles. « Pas d’élections avec la bande », scandent à gorges déployées les marcheurs.

14H35

La connexion Internet est fortement perturbée ce vendredi.

14H30

Foule impressionnante à Constantine. Les manifestants scandent des slogans hostiles au pouvoir et rejettent l’élection présidentielles du 12 décembre. Le dispositif policier est fortement déployé dans la ville.

Crédit photol El Khabar

14H22

Réaction de l’avocat Mustapha Bouchachi sur la fermeture d’accès à la Capitale. « L’interdiction d’accès à la Capitale constitue une violation de la Constitution »

14H19

Un tsunami humain à Alger. Des centaines de milliers de manifestants défilent dans le centre-ville.

14H15

Comme ceux à Alger, les manifestants sortis en masse ce vendredi à Béjaia scandent « Ali la Pointe, l’Algérie est de retour »

14H05

Les manifestants à Tizi Ouzou ont entamé leur marche pour le 31e vendredi de mobilisation populaire contre le pouvoir en place. Ils scandent des slogans hostiles au chef de corps d’armée et rejettent par la même les élections présidentielles du 12 décembre.

13H55

Alger est noire de monde. Des milliers de manifestants ont envahis les rues de la Capitale pour réclamer le départ du pouvoir et rejettent les élections présidentielles. « écoute Gaid!  Etat civil et non militaire », scandent comme une seul homme les marcheurs.

13H50

Mobilisation impressionnante à Bouira. Les manifestants exigent le départ des figures du régime et de Gaid Salah.

13H42

Début de manifestation à Béjaia.

13H05

Plusieurs arrestations parmi les manifestants devant la Grande poste. La répression bat son plein pour ce 31e vendredi de mobilisation populaire.

12H58

Rassemblés par plusieurs centaines à la la Grande Poste, les manifestants scandent « nous sommes venus clandestinement à la Capitale »

 

12H50

Le cordon policier mis en place à la Place Audin n’a pas résisté à la pression des manifestants. Marchant par plusieurs centaines, les protestataires scandent « Etat cvil et non militaire »

12H45

Alger.

12H37

Forte mobilisation à Didouche Mourad, les manifestants rejettent catégoriquement les élections présidentielles.

12H25

« Emmenez-nous tous en prison, sachez que le peuple ne s’arrêtera pas », lancent les manifestants à Alger comme pour exprimer leur determination à aller jusqu’au bout de leur engagement pour l’édification d’un Etat civil où toutes les libertés seront respectées.

12H20

Les manifestants à Alger scandent « faites les élections aux Emirates » en guise de leur rejet du scrutin du 12 décembre.

12H05

Les services de sécurité ferment l’accès à la rue Didouche Mourad.

Crédit photol INTERLIGNES Media

11H59

Les premiers manifestants à Alger expriment leur rejet de l’élection présidentielle scandant « Pas de votevous ne le ferez pas, Bedoui et Ben Salah doivent partir. Même si vous deviez nous tirer dessus, par Dieu on ne s’arrêtera pas », « le peuple veut la destitution de Gaid Salah »

11H50

Les manifestants à Alger dénoncent les agissements de la police qui ont procédé à l’interpellation des manifestants sans aucun motif clair, scandant « Quelle honte! la Capitale en état de siège ».

11H25

Toutes les mesures de restrictions pour empêcher la marche de ce vendredi, ont été adoptées. Dispositifs policiers impressionnant, barrages filtrants de la police et la gendarmerie à l’entrée et au centre d’Alger et des Fouilles et arrestations présumé de manifestants et porteurs de drapeaux national

11H05

Des témoins présents à Alger centre font état de plusieurs arrestations dans les rangs des manifestants à la rue Didouche Mourad et à la place Maurice Audin.

10H50

Une centaine de manifestants sont déjà à Alger-centre. Ils scandent des slogans hostiles au Gaid Salah au milieu d’un important dispositif policier.

10H20

A Alger centre, la police interpelle toute personne qu’ils considèrent comme manifestants. Le dispositif policier est impression, pour ce 31e vendredi

9H55

Le dispositif policier est fortement déployé en prévision de la marche de ce vendredi.

En continu

Liste des détenus d’opinion arrêté(e)s durant le Hirak (CNLD)

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a rendu public aujourd’hui 26 septembre la liste des détenus arrêté durant le mouvement populaire. Le comité précise que cette liste n’est pas complète et sera mise à jours dès que les avocats leurs signalent un nouveau cas.

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.
© Interlignes MEDIA | Arrestation de manifestants qui portent le drapeau Amazigh à Alger.

1/ Arretés le vendredi 21 juin 2019:

Kamel BELEKEHAL;
Akli OKBI;
Ali IDIR;
Mohamed BOUDJEMIL;
Hamza KAROUNE;
Bilal BACHA;
Djaber AIBECHE;
Messaoud Leftissi;
Khaled OUDIHAT;
Hamza MEHARZI;
Tahar SAFI ;
Mouloud CHATRI ;
Samir idir GERROUDJ ;
Nacer TIMSI ;
Amine OULD TALEB ;
Abderrahmane BOUDRAA ;
Khaled OUIDIR;
Makhlouf BIBI;

2/ Arrétés le vendredi 28 juin 2019:

Mohamed AGOUAZI;
Hafid BARACHE;
Bakir BETLICHE;
Aala DEROUICHE;
Arezki AZOUG;
Samira MESSOUCI ;
Amokrane CHALLAL ;
Elhadi KICHOU ;
Mustapha Hocine AOUISSI ;
Amar ACHERFOUCHE ;
Arezki CHAMI ;
Hilal YAHIAOUI ;
Abdelbasset KHEBANI ;
Mohand Ameziane BELHOUL ;
Nabil BOUNOUH ;
Kamel BOUALOUACHE ;
Ghimouz AKRAM ;
Abdelkader Toufik BACHA ;
Kheiredine BENZINE ;
Fazil DECHICHA ;

3/Arrétés le vendredi 13 Septembre 2019:
Rachid HIRET;
Sammy ABBAS;
Boualem OUAHABI;
Mohamed SMALLAH;
Menad TISSEMLAL ;
Menaouar OUAÂZANE ;
Rachid SADAOUI ;
Sadek LOUAIL ;
Mohamed DAADI ;
Nabil BOUALAKMAH ;
Réda BOUARISSA ;
Bilal ZIANI ;
Mohamed Amine CHELALI;
Ahcene HAMZA;
Kheireddine MEDJANI;
Bachir ARHAB;
Kader RASSELMA;
Hakim MIHOUBI;
Sid Ahmed BOUHRAOUA;
Rabah MAHROUCHE;
Wafi TIGRINE;
Laamouri BELAIDI;
Toufik DJILALI;
Mohamed GADI;
Hamidou GARIDI ;
Fatehi DIYAOUI;
Mohamed BOUHERAOUA ;

4/ Arrétés le mardi 17 septembre 2019:
Nour Houda DAHMANI;
Salah MAATI;

5/ Arrêté le mercredi 19 septembre à Constantine actuellement à la prison de Tidia (Constantine). Son procès fixé pour mercredi 2 Octobre : Semmani Amazigh.

Sadeddine Youcef islam ;
Zineddine Bouguetaya.
Lakhdar BOURAGÂA, arrété le samedi 29 juin 2019;
Samir BELARBI arrété le lundi 16 septembre 2019;
Fodil BOUMALA arrété le jeudi 19 septembre 2019;
Khaled ChOUITER, arrété le lundi 24 juin 2019;
Hamza DJAOUDI, arrété le jeudi 22 aout 2019;
5/ Détenus libérés :
*Salim Ihaddaden et Ait yahia Ali smail (Chlef, arrétés le vendredi 21 juin et libérés le 28 juillet 2019;
*Nadir Fetissi (Annaba , le jeudi 8 aout 2019) ;
*Hakim Aissi (Mostaganem; arrété le vendredi 5 juillet et libéré le mercredi 09 septembre 2019)
*Benhabib Madjid et Sayah Aissam (Tlemcen, le mardi 24 septembre 2019) ;
*Karim TABBOU arrété le mercredi 11 septembre 2019 et libéré (provisoire) le mercredi 25 septembre.

Lire la suite

En continu

L’ancien président Français Jacques Chirac est mort

L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Baroux à l’AFP.

Avatar

Publié

le

Le président Jacques Chirac le 22 février 2005
© Dr | Le président Jacques Chirac le 22 février 2005

« Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement », a déclaré M. Salat-Baroux, époux de Claude Chirac.

Lire la suite

Accueil

Boudjemaa Talaï devant la Cour suprême ce lundi

Avatar

Publié

le

L’ancien ministre des transports et des travaux publics, Boudjemaa Talaï, comparait ce lundi, devant le juge enquêteur près la Cour suprême pour être entendu sur des affaires liées à la corruption.

 

Boudjmaa Talaï qui est cité dans des affaires de malversation enregistrées dans le secteur des travaux publics, doit répondre aux chefs d’accusation d’octroi d’indus avantages dans les marchés et contrats publics, de dilapidation de deniers publics, d’abus de fonction et conflit d’intérêt et corruption dans l’octroi des marchés publics.

Pour rappel,  le ministère de la Justice avait demandé, en juin dernier, la levée de son immunité parlementaire.

Lire la suite

Tendances