Suivez-nous

Politique

DIRECT 114e vendredi du Hirak | “non à la criminalisation de la politique”

Publié

le

© Samir Sid | 106e vendredi du hirak à Alger
© Samir Sid | 106e vendredi du hirak à Alger

Une nouvelle journée de mobilisation du hirak est attendu pour ce vendredi 23 avril 2021 dans plusieurs ville du pays. Pour ce 114e vendredi de protestation, le hirak fait de nouveau face au harcèlement judiciaire visant des militants, acteurs du mouvements associatif, enseignants universitaires, dont le dernier en date, la condamnation à une peine de trois ans de prison ferme à l’encontre de l’islamologue Said Djablkheir. “Cette cabale judiciaire a pour objectif de semer la terreur parmi les militants du hirak et imposer la feuille de route du pouvoir à travers les élections législatives du 12 juin prochain” ont dénoncé plusieurs militants sur les réseaux sociaux.

16H55

Alger, quelques pancartes brandies par les manifestants lors de cette journée de mobilisation.

© Meriem Nait Lounis, 114e vendredi du hirak à Alger
© Meriem Nait Lounis | 114e vendredi du hirak à Alger
© Abdelghani Aichoun | 114e vendredi du hirak à Alger

16H00

Oum El Bouaghi, des centaines de manifestants ont envahi les rues de la ville à l’occasion de ce 114e vendredi du hirak. Les manifestants munis de drapeaux et des pancartes ont sillonné la ville scandant les slogans habituel du hirak.

15H30

Annaba, les habitants de cette ville ont battu le pavé à l’occasion de cette nouvelle de mobilisation. Pour ce deuxième vendredi qui coïncide avec le mois de Ramadhan, les manifestants n’ont pas été dissuadé de tenir leur marche. Des slogans anti-pouvoir ont été entonné tout au long de cette manifestation.

15H20

Setif, la mobilisation est rendez vous pour ce 114e vendredi de mobilisation. Les harcèlements judiciaires et les arrestations visants les militants du hirak n’ont pas venu à bout de la volonté des citoyens de la capitale des hauts plateaux de poursuivre la révolution jusqu’à satisfaction des revendications du hirak. Les manifestants ont entonné tout au long de la marche des slogans appelant à la liberté et la démocratie. Parmi ces slogans “Dawla madania machi 3askaria, houria houria, houria” (Etat Civil et non militaire, liberté, liberté, liberté); “Seyada chaabia, marhala intiqalia, houria, houria, houria” ( souverainté populaire, période de transtion, liberté) chanté sur les airs d’une chanson de Louins Ait Menguellet.

15H15

Oran, plusieurs centaines de manifestants sont descendus dans la rue de la capitale de l’ouest du pays. La mobilisation était au rendez vous malgré un dispositif sécuritaire déployé dans les principales artères pour dissuader les citoyens de faire marche. La foule a entonné les slogans habituel anti-pouvoir.

14H55

Alger, une foule compacte venue de Bab El Oued arrive au niveau de la rue Zighoud Youcef. La révolution poursuit son chemin malgré toutes les manœuvres visant sa division.

© Meriem Nait Lounis | 114e vendredi du hirak à Alger, une foule compacte à la rue Zighoud Youcef

14H30

Tizi-Ouzou, les manifestants ont rendu hommage aux détenus d’opinion et au journaliste, Rabah Kareche du quotidien Liberté, incarcéré à Tamanrasset pour ses écrits. Ainsi, l’une banderole déployée lors de cette marche est dédiée à ce journaliste, sur laquelle on pouvait lire “Libérez l’Algérie, libérez les détenus d’opinion, libérez la presse, libérez Rabah Kareche”.

© Radio Tizi ouzou| une banderole dédiée au journaliste Rabah Kareche, incarcéré à Tamanrasset

14H15

Alger, une foule de importante venue de Bab El Oued et ses environs a envahi la rue Zighoud Youcef aux cris des slogans “les généraux ya khawana maranach habsin” (les généraux espèce de traitres, nous n’allons pas nous arrêter) , “moukhabarat irhabia tasqet el mafia el 3askaria” (les service de renseignement terroristes, la mafia militaire tombera); “edouna ga3 lhabes wa echaab mahouch habes, Olé Ola” ( jetez nous tous en prison, le peuple ne s’arrêtera pas), “fi el assima yasqet enidham” (le système chutera à Alger).

14H00

Tizi Ouzou, la mobilisation est intacte à l’occasion de ce 114e vendredi du soulèvement populaire. La présence des femmes est remarquable en dépit des contraintes du mois sacré. Elles ont pris la tête de la marche banderoles et pancartes en main, elles scandaient en choeur “ne3ya di lbatel système dégage” ( y’en marre de l’arbitraire, système dégage).

13H50

Bejaia, la mobilisation est au rendez vous pour ce 114e vendredi de mobilisation. Munis de drapeaux et de pancartes, scandaient les slogans habituel du hirak. La foule a scandé “Lzayer tessawaled agdud is yerad awal, at rohem” (l’Algérie appelle son peuple a répondu présent, partez). Sur l’une des bandroles déployée par les manifestants on pouvait lire: Pour un gouvernement de transition, une assemblée constituante”.

13H30

Bouira, début de la marche du 114e vendredi du hirak. Les manifestants se sont rassemblés à la place du 1e novembre, munis de pancartes et de drapeaux national et Amazigh, ils scandaient les slogans hostile au pouvoir en attendant de donner le coup d’envoi à la marche.

13H20

Alger, Début de la manifestation. Une foule importante s’est déferlait sur la rue Didouche Mourad. Les manifestants ont entonné les slogans habituel du hirak à savoir “Dawla madania machi 3askaria (pour un Etat Civil et Non Mililtaire).

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR