Connect with us

Accueil

Devant les hommes d’affaires égyptiens, le Premier ministre expose «les opportunités d’investissement» en Algérie

Published

on

Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a appelé jeudi, les hommes d’affaires égyptiens à «saisir les opportunités d’investissement», les assurant de trouver toutes les facilités nécessaires, à la lumière de l’adoption du nouveau Code d’investissement.

«La nouvelle loi relative à l’investissement accompagnera les hommes d’affaires et les sociétés étrangères, dans le transfert des bénéfices et consacre la liberté d’investir, et garantie l’égalité entre investisseurs», a déclaré le Premier ministre, dans une allocution à l’ouverture du Forum d’affaires algéro-égyptien, ouvert ce matin au CIC, avec son homologue d’Egypte, Moustafa Madbouli.

Affirmant que l’Egypte «est l’un des partenaires importants de l’Algérie», en termes de valeur des investissements et d’échanges commerciaux, Benabderrahmane a assuré que «le champ est ouvert devant les hommes d’affaires égyptiens pour investir». Et la nouvelle loi relative à l’investissement «leur ouvre de nouveaux horizons et leur accorde les facilités nécessaires, pour notamment passer de la production à l’exportation».

Facilitées accordées dans la nouvelle loi relative à l’investissement

«Vous avez la responsabilité de pousser les relations bilatérales entre les deux pays, vers de nouveaux horizons», a lancé le chef de l’Exécutif en direction des hommes d’affaires égyptiens, non sans exprimer «sa confiance» que leurs entreprises «pourront, en coordination avec leurs partenaires algériens, exploiter les vraies opportunités pour lancer des partenariats sur le marché algérien».

Dans son discours, Aïmene Benabderrahmane, a loué la destination de notre pays. «L’Algérie, a-t-il expliqué, dispose de caractéristiques qui font d’elle une destination attractive par excellence pour les investissements». «Sa situation géographique la qualifie pour être, d’un côté le trait d’union entre l’Europe et l’Afrique et de l’autre, la porte de l’Afrique», a-t-il ajouté, rappelant qu’il s’agit du «plus grand pays africain et arabe» en superficie.

L’Algérie «porte de l’Afrique»

Pour appuyer son argumentaire, il dira que les infrastructures de base (routes, ports et aéroports…) et les routes transsahariennes ouvertes et en chantier dont une avec la Mauritanie (Tindouf-Zaouiret) notamment, «ouvrent aux investisseurs des pistes commerciales vers un marché africain de plus d’un milliard habitants».

Pour lui, «l’Algérie offre toutes les conditions de réussite pour l’investissement et le partenariat, en particulier dans les projets à vocation d’exportation vers les pays africains et autres». Surtout que, souligne-t-il, «le pays est désormais un grand chantier de projets vitaux dans divers domaines tels que l’agriculture, le tourisme, les énergies renouvelables, les télécommunication, les industries et services, outre l’équipement public qui offre une grande part de ses marchés aux entreprises étrangères».

D’ailleurs, le gouvernement algérien, a expliqué son Chef, «a adopté, durant les dernières années, des réformes structurelles dans le cadre d’une vision profonde visant à développer les secteurs économiques créateurs de postes d’emploi».

Continue Reading
Advertisement
Comments