Connect with us

Politique

Détournement de foncier agricole : 15 ans de prison requis contre Hamel

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Abdelghani Hamel condamné à quinze ans de prison ferme

Le procureur de la République près le tribunal de Boumerdes a requis mercredi une peine de 15 ans de prison ferme et 01 million DA d’amende contre l’ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, rapporte l’agence de presse officielle.

Le Procureur a également requis 5 ans de prison ferme et 500.000 DA contre son fils Chafik. Les deux sont poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation, dont “détournement de foncier agricole”, “trafic d’influence” et “abus de fonction”.

Le procureur de la République près le même tribunal a requis des peines allant de 5 à 10 ans et des amendes à l’encontre de l’ex directeur des domaines de la wilaya de Tipasa, Bouamrane Ali et l’ex directeur de l’industrie et des mines de la même wilaya, Haddoud Abderrezak.

Le représentant du ministère public a également requis les mêmes peines à l’encontre de l’accusé Bouamama Madjid, ancien conservateur foncier de Koléa, Djai Djai Salim, ancien chef de la sûreté de la wilaya de Tipasa, Kheznadji Djamel, l’actuel directeur général des domaines, et Zerad Abdelhakim, un investisseur privé.

Les accusés dans cette affaire sont poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation, notamment “détournent de foncier agricole”, “abus de fonction”, “trafic d’influence”, “bénéfice du pouvoir et de l’influence des agents de l’Etat à l’effet d’augmenter les prix et modifier la qualité des matériaux et des services et des délais de livraison”.

Selon l’APS, l’ancien DGSN a rejeté lors de son audience “toutes les accusations” portées contre lui.

Il a affirmé n’avoir exercé “aucune pression de quelque nature que ce soit” sur des responsables de la wilaya de Tipasa, pour que son fils puisse bénéficier d’un foncier pour investissement, en considérant les accusations portées contre lui “infondées”, et “sans preuves tangibles”.

“Je n’ai ni interféré, ni intervenu, ni demandé une intervention d’aucun haut responsable de l’Etat dans cette affaire qui m’est reprochée”, a-t-il ajouté, pour répondre aux déclarations de certains responsables-accusés, qui lui ont reproché d’avoir usé de “pressions” à leur égard, pour faire bénéficier son fils du foncier suscité, sis dans la région de “Megtaà Kheira” de Tipasa.

Rappelons, par ailleurs que l’ancien DGSN et des membres de sa famille et d’anciens dirigeants, poursuivis dans plusieurs affaires de corruption, principalement liées au “blanchiment d’argent, enrichissement illicite, trafic d’influence et obtention de fonciers par des moyens illégaux”, ont été condamnés, le 1er avril dernier, à de lourdes peines par le tribunal de Sidi M’hamed.

Abdelghani Hamel a été condamné à quinze (15) ans de prison ferme assortis d’une amende de huit (08) millions de DA. Son épouse est quant à elle condamnée à deux (2) ans de prison ferme assortis d’une amende d’un (1) million de DA. Ses deux enfants Amyar, Chafik , eux, ont écopé respectivement de dix (10) ans de prison et six (06) millions de DA d’amende, huit (08) ans de prison et cinq (05) millions de DA d’amende. Ses deux autres enfants Mourad et Chahinez, aussi impliqués dans l’affaire ont, quant à eux, écopé de la même peine soit sept (07) ans de prison et cinq (05) million de DA d’amende chacun.

Avec APS


INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR