Accueil

Détenus d’opinion: Zaki Hannache remis en liberté provisoire, la vague se poursuit

Published

on

La vague de remise en liberté provisoire de plusieurs dizaines de détenus d’opinion s’est piursuivie durant la soirée de mercredi à jeudi jusqu’à une heure tardive.

Parmi les militants libérés figure le défenseur des droits de l’homme et activiste, Zaki Hannache, affirme le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Zaki Hannache a quitté la prison vers 23h00 après 35 jours de détention. Arrêté le 18 février, le lanceur d’alerte considéré comme « porte-voix » des détenus d’opinion, a été placé sous mandat de dépôt le 24 du même mois.

Il est poursuivi pour «apologie d’actes terroristes», «réception de sommes d’argent», «atteinte à l’intégrité et à l’unité nationale», «publication et promotion de fausses nouvelles» et «diffusion et distribution de publications portant atteinte à l’intérêt national».

Le 16 mars denier, la chambre d’accusation près la Cour d’Alger, a rejeté sa demande de liberté provisoire, déposée par ses avocats.

Une cinquantaine de détenus d’opinion ont été libérés mercredi. L’opération qui a commencé en début d’après-midi avec Brahim Lalami, Abdelkrim Zeghileche, Faleh Hamoudi et autres, s’est piursuivie jusqu’aux premières heures de ce jeudi 31 mars.

Il est fort probable que la liste des détenus qui seront remis en liberté s’allonge encore puisque plusieurs procès et auditions devant différents tribunaux sont « programmés » pour aujourd’hui, indique le CNLD.

« Les avocats étaient notre lumière »

À sa sortie de prison et dans une première déclaration, Zaki Hannache a rendu un vibrant hommage et collectif des avocats des détenus d’opinion. « Les avocats étaient notre lumière et on ne peut mesurer l’énorme travail qu’ils accomplissent vraiment que lorsque l’on est en prison », a-t-il déclaré dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux.

Le militant a également soutenu que « la cause des détenus d’opinion doit être l’affaire de tous les acteurs » et que « le combat continue jusqu’à leur libération sans aucune exception ni distinction ».

Comments
Quitter la version mobile