Des milliers d’étudiants dans la rue: « rien n’arrêtera la machine contestataire »

Crédit photo: Interlignes MEDIA. Des milliers d’étudiants dans la rue pour exiger le départ du pouvoir en ce mardi 14 mai 2019

Grand Angle (300x600)

Déterminés et fidèles et leur engagement, les étudiants ne ressemblent plus à l’idée que certains s’étaient faite autrefois d’eux. Ces jeunes universitaires sont désormais d’une maturité politique hors pair. Aujourd’hui, les étudiants ont entamé leur marche pour le 12e mardi consécutif pour dénoncer « l’entêtement du pouvoir à maintenir sa feuille de route totalement rejetée par le peuple » et réclamer « le départ de ses symboles ».

 

Des milliers d’étudiants sont sortis, ce mardi 14 mai, dans les rues d’Alger mais également dans d’autres wilayas pour faire entendre, pour la énième fois, leur voix qui se lèvent contre un pouvoir usant de tous les moyens pour se maintenir. Les mêmes mots d’ordre sont retenus: « exiger le départ de Bensalah et du gouvernement Bedoui », « rejet de l’élection présidentielle du 04 juillet prochain ».

A Alger, empêchés de se rassembler devant la Grande Poste, des milliers d’étudiants ont marché vers le siège de l’APN où ils ont tenu un rassemblement en préservant les mêmes slogans. « Daoula madania machi aâskariya », « c’est un Etat civil et non pas militaire », « non au règne de la mafia ». Les manifestants ont également protesté contre la tenue de l’élection présidentielle du 04 juillet. « On ne comprend pas l’entêtement du pouvoir à vouloir maintenir cette élection. On a l’impression que le message du peuple ne passe pas. Nous refusons cette élection tant que cette mafia est toujours là. Partez, on veut l’application de l’article 7 de la constitution. Le peuple est la source de tout pouvoir, Qu’il laisse le peuple fonder son pays. Ils ont fait beaucoup de mal », témoigne l’un des étudiants qui dirige le mouvement de protestation.

Crédit photo: Interlignes MEDIA

« Nous avons tout dit. et je réitère la phrase que des millions d’Algériens ont scandé, à cor et à cri depuis le début des manifestations. « Echaâb yourid yetnahaw ga3 », « le peuple réclame le départ de toutes les figures du système », lâche un autre étudiant.

Devant un impressionnant dispositif policier, les milliers d’étudiants, revêtus de drapeau algérien, manifestent dans le calme. Le jeûne ne semble pas entamer leur ardeur ni leur détermination. Comme tous les Algériens, les étudiants exigent le départ de toutes les figures qui incarnent le régime politique « honni ». Rien ne semble pouvoir arrêter la machine contestataire.

A Béjaia comme à Constantine,les étudiants sont sortis par milliers pour manifester contre le pouvoir et ses hommes. Les mots d’ordres sont maintenus aussi bien que le caractère pacifique des marches.

Les étudiants ont marché jusqu’à le tribunal de Sidi M’hamed ( Alger) réclamant ainsi l’indépendance de la justice. « le peuple veut une justice indépendante », scandent les manifestants.

Crédit photo: Interlignes MEDIA

Adsence Milieu article