Connect with us

Politique

Des centaines d’avocats marchent à Alger: “Non à la justice du téléphone”

Au lendemain de nouveaux cortèges monstres à l’occasion de la 36 marche populaire réclamant le départ du pouvoir en place à travers le pays, les avocats sont descendus dans la rue ce jeudi à Alger pour appeler au changement de régime et la libération de justice en proie aux mains des magistrats véreux et au régime autoritaire. 

Avatar

Published

on

Crédit photo: INTERLIGNES Media l Une centaine d'avocat marchent à Alger pour protester contre le pouvoir en place

Les robes sont sortis en masse ce jeudi 24 octobre à Alger soulignent que cette action de protestation vise à dénoncer et condamner les multiples arrestations et mises sous mandat de dépôt de manifestants qui n’ont, selon eux, fait que de revendiquer leurs droits les plus absolus à savoir l’instauration d’un Etat civil et démocratique où toutes libertés seront respectées.

Rassemblés devant le tribunal de Sidi M’hamed, les robes noires ont également réclamé la libération de la justice qui obéit, selon eux, aux instructions des tenant du pouvoir cherchant par tous les moyens à se maintenir à travers une élection présidentielle que le peuple ne cesse de récuser.

“Y’en a marre de ce pouvoir”, “système dégage”, “libérez la justice”, “Ya mouhami Ya moudafi3, sama3 soutek Kel Madafi3”, ont scandés les centaines d’avocats venus de plusieurs régions du pays.

Une avocate s’est vu déchiré une pancarte sur laquelle est écrit “nous voulons une justice de droit et non une justice de téléphone”. “Regardez comment les policiers ont déchiré ma pancarte! regardez ce que fait la dictature militaire! ces gens-là n’ont pas honte!”, s’indigne l’avocate.

“La famille de la défense s’est rassemblée ce jeudi pour protester contre cette justice qui n’applique pas loi. Nous dénonçons également le non respect des droits dans les poursuites judiciaires et réclamons par la même l’indépendance de la justice et la protections des libertés”, a déclaré un des avocats protestataires

Les avocats ont également réitéré leur rejet de l’élection présidentielle que le régime politique veut organiser le 12 décembre prochain scandant à gorges déployées “Makach intikhabat yel Issabat”, “il n’y aura pas d’élection avec la bande au pouvoir”, “oui à une période de transition”.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR