Suivez-nous

Politique

Définie comme une réponse au statu quo politique : naissance d’une « perspective algérienne »

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© Meriem Nait Lounis | 54e vendredi du Hirak à Alger

Une nouvelle initiative politique de sortie de la crise politique qui, dure depuis des mois, vient de voir le jour. Des jeunes de plusieurs wilayas du pays viennent de lancer « la perspective algérienne ».

« Face à ce blocage, plusieurs initiatives de sortie de crise ont été lancées. Pour l’instant, aucune n’a apporté la réponse attendue par le peuple : le départ du système. Les intérêts partisans ou les calculs clientélistes empêchent le recentrage des luttes et l’unification des rangs. Le peuple avec sa jeunesse n’ont que trop attendu. Trop de temps a été perdu. Il est temps pour la jeunesse de reprendre son destin en main », lit-on dans un document signé par plusieurs dizaines de personnes.

Les signataires estiment que cette initiative « est animé par des citoyennes et citoyens qui assument les revendications du peuple sur le terrain et dans toutes les villes du pays ». « C’est dans le feu de l’action qu’ils se sont rencontrés. Ses membres ne s’inscrivent dans aucune chapelle. Le succès de la révolution transcende les intérêts partisans et les calculs politiciens », précisent-ils.

« Les assises de ‘’Perspectives algériennes’’ auxquelles nous travaillons porteront la vérité du peuple, uniquement la vérité du peuple, toute la vérité du peuple. Celle-ci est aujourd’hui dans la rue. C’est là que nous luttons », précise-t-on.
Les initiateurs affirment aussi que « leur seul combat, leur seul but est le changement de système ». « Les offres de service faites à un pouvoir illégitime au nom de la rue seront combattues sans relâche. les jeunes et les femmes d’Algérie appellent tous les Algériens à se regrouper, en dehors de toute autre considération, autour des perspectives portées par les manifestations populaires pour le changement radical », ajoute-t-on dans le même document.

Selon la même source, « le changement radical passe nécessairement par l’instauration d’un nouveau système politique qui redonne le pouvoir au peuple et, particulièrement, à la jeunesse qui revendique son droit naturel et imprescriptible de vivre libre et en paix dans son pays ».
«La mobilisation de la jeunesse appelle un monde nouveau, construit dans de nouveaux cadres, par de nouvelles méthodes et avec de nouvelles figures », soulignent-ils, accusant, sans les citer les partis actuels, notamment ceux regroupés dans le PAD, qualifié « des groupes d’intérêt », d’essayer de détourner ce noble destin pour se poser en intermédiaires entre la rue et le système ».

« Tout en essayant de légitimer le coup de force du 12 décembre, ils demandent à un pouvoir illégitime des mesures d’apaisement, comme la libération des détenus. Tous les citoyens incarcérés doivent sortir de prison sans conditions et ceux qui les y ont conduits doivent être jugés et rendre des comptes », dénoncent encore les signataires.

Lire la suite
Publicité
Commentaires
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR